29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 15:16

                                              

             J’avais un grand besoin de polar et avec cette lecture, j’ai également allégé ma PAL puisque ce petit pavé ne compte pas moins de 523 pages.

             La jeune et jolie inspectrice Petra Connor est affublée d’un assistant, Isaac, un Salvadorien surdoué. D’abord un peu agacée par la promiscuité de ce grand adolescent timide, elle se rend vite compte qu’il est très doué puisqu’il comprend (lui, tout seul comme un grand), que de nombreux meurtres ont été commis un 28 juin de la même manière : une sorte de tuyau avait été enfoncé dans la nuque de la victime. Alors, meurtres en série ou pas ? Petra commence à y croire mais elle doit d’abord résoudre l’assassinat de quatre jeunes gens à la sortie d’une discothèque.

             Lecture simple, fluide, addictive, certes, mais qui ne m’a rien apporté. Le style est plat, de nombreux passages sont inutiles et l’intrigue est finalement, très très classique. Le personnage d’Isaac vaut un peu mieux que les autres mais ça ne vole pas très haut dans l’ensemble. Je vais donc tâcher de me souvenir du nom de cet écrivain afin de l’éviter, à l’avenir.

Partager cet article

26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 14:50

 

                   C’est avec un grand plaisir que j’ai retrouvé notre petit couple, Manu et Mariette, ainsi que leur nouvel univers bucolique des Ravenelles.

                  Manu, à la fois narrateur, auteur et personnage principal, commence à s’y faire à cette campagne où il a décidé d’aller s’installer. Il a même envie de faire un potager. Certes, il achète un peu trop de bulbes de tulipes (1200 !) mais il est très fier de son premier petit radis ! Il s’essaye également à la cueillette des champignons, avec plus ou moins de bonheur… Des peurs effroyables gâchent le bonheur de nos tourtereaux : un horrible lézard s’est permis d’entrer dans leur maison et des limaces par centaines occupent le jardin envahi par les hautes herbes (où Manu se perd si souvent !)

                  Manu passe toujours et encore ses journées à écrire et à réaliser des bandes dessinées même si les villageois les confondent inlassablement avec les dessins animés, et même s’il y a pénurie de gommes blanches à l’épicerie du village ! Les semaines passent, Mariette a de plus en plus envie d’un bébé, Manu se planque à chaque fois sous les cartons du déménagement (oui, encore !) quand elle évoque l’épineux sujet. Il lui arrive aussi de consulter l’ermite, cet homme à la longue barbe blanche reclus au sommet d’un arbre (on aimerait tous avoir son ermite !)

          Un grand moment de bonheur que cet album que j'ai préféré au premier ! On s’attache énormément à Manu et son côté enfantin, qui, avec sa casquette, son gros nez rond et ses défauts si typiquement masculins nous fait craquer… vivement la suite !

 

                                                                 19/20

 

 

 

Partager cet article

Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 15:02

 

 

             Une amie, grande sportive, m’a conseillé ce livre, une biographie romancée, sachant que je pratique la course à pied de plus en plus régulièrement et avec plus en plus de plaisir.

               En 1945, Emile Zatopek a commencé sa vie d’adulte à fabriquer des chaussures de tennis dans l’usine Bata, à Zlin, en Tchécoslovaquie. Alors que les Allemands nazis envahissent la ville, la Wehrmacht organise une course opposant des Allemands sportifs et en grande forme et des Tchèques maigrichons et affaiblis par les restrictions. Emile, même s’il a « horreur du sport », suit le mouvement parce qu’il est discipliné. Il finit deuxième, sans vraiment avoir cherché à être bon. Les copains lui demandent de participer à d’autres courses, il accepte pour leur faire plaisir. Ses performances s’améliorent mais il court de manière anarchique, comme il le sent, il fonce, court très vite sans réfléchir. Rapidement (c’est le cas de le dire !), il devient le meilleur de son pays. Quand les autorités politiques l’y autorisent, il franchit les frontières et gagne, gagne, gagne. Trois fois champion du monde, il arrive premier quatre fois aux Jeux Olympiques de Londres en 1948 puis d’Helsinki en 1952. Son exploit, jamais égalé, est d’avoir remporté successivement le 10 000 mètres, le 5 000 mères et le marathon à Helsinki.

             L’itinéraire de ce vainqueur est décrit avec humilité et simplicité. L’athlète n’a jamais joué la star, on lui a reproché d’avoir un style peu esthétique, il fait des grimaces en courant, progresse de « façon lourde, heurtée, torturée, tout en à-coups ». Il souffre mais il aime ça. Il ne cherche pas la gloire mais le dépassement de lui-même. Un bel exemple mis en valeur par l’écriture sans fioritures de Jean Echenoz qui sait attraper le lecteur dès la première page. J’ai beaucoup aimé !

 

A ses débuts : « Au bout de quelques semaines voici même qu’il se met à courir seul, pour son propre plaisir, ce qui l’étonne lui-même et il aime mieux ne pas en parler à qui que ce soit. La nuit tombée, quand personne ne peut le voir, il faut aussi vite que possible l’aller-retour entre l’usine et la forêt. »

« Il veut toujours savoir jusqu’où. »

Partager cet article

20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 10:30

                                
 

               Dans ce second et donc dernier tome du diptyque, on retrouve Gaja dix ans plus tard. Elle est une belle jeune femme hélas toujours isolée du monde à cause de son œil droit difforme. Elle vit toujours avec son père, aussi mauvais et ruiné que dix auparavant, et se console de l’entourage de ses poupées à qui elle parle comme lorsqu’elle était une fillette.

             Un voile élégant masque son œil droit quand elle sort de chez elle. Ses poupées ont du succès mais sa propriétaire aussi et de nombreux hommes la courtisent jusqu’à qu’elle se dévoile et leur montre sa malformation qui les fait tous fuir. Tous sauf un. Un peintre prénommé Sébastien tombe amoureux de Gaja tout en sachant qu’elle a un physique particulier. Connaissant les mensonges dont sa mère a été victime, la jeune femme a un mal fou à lui faire confiance. Son père, par peur de se retrouver complètement seul, crée un quiproquo qui éloigne Gaja du jeune homme. Pas un mot sur la fin tout à fait réussie.

                J’avais trouvé le premier tome assez classique dans son scénario, cette suite a réussi à me captiver et à me surprendre. Les auteurs travaillent le thème du rejet et de la différence avec brio, montrant une Gaja presque magique, supérieure aux autres. Les tons rouges et violets dans un univers dix-neuvièmiste m’ont séduite et j’aurais apprécié d’en découvrir davantage. 

 

18/20 

Partager cet article

Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 16:53

                 

 

                       C’est en peaufinant une séquence sur Vendredi ou la Vie sauvage de Tournier que je suis tombée sur ce roman qui est également une réécriture du mythe de Robinson.

                          Au-dessus de l’océan Pacifique, un avion se crashe avant de s’enfoncer dans l’eau. Des 56 passagers, 54 ont survécu au choc. Grâce au radeau pneumatique, ils arrivent à regagner l’île la plus proche. Les rescapés finlandais et suédois sont principalement composés de sages-femmes et de bûcherons mais c’est un journaliste qui est le narrateur.

                      Se construire une cabane, chasser le sanglier, se confectionner de la corde, pêcher, essayer de recueillir le sel de la mer sont des activités qui pourraient sembler banales et évidentes pour des rescapés. C’est sans compter l’humour de Paasilinna ! En effet, certains mettent en place une distillerie et installent une buvette sur la plage, d’autres utilisent à bon escient le stock de stérilets que les sages-femmes entreprennent de poser à de jeunes et moins jeunes filles. Débarque aussi un Vendredi peu ordinaire puisque c’est un déserteur indonésien (car le centre de l’île, inaccessible, est en guerre). Les singes deviennent des animaux domestiques, des couples se forment et on ne se trouve pas si mal sur cette île au bout de quelques mois… Pourtant, certains éprouvent le désir de retrouver leur famille européenne et se mettent à débroussailler un SOS géant dans la jungle avant de l’incendier pour qu’il soit visible des satellites… et ça marche !

                     Beaucoup d’invraisemblances, une pointe de parodie, des pistes de réflexion sur la vie en société mais un très bon moment de divertissement. Dommage que le style soit un peu faiblard.

Partager cet article

14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 16:45

Ça fait très longtemps que j’avais été attirée par la couverture de cette BD pour la beauté de ses dessins.

Gaja est une petite fille qui n’est pas gâtée par la nature, elle est née avec une partie du visage déformée. Sa mère, malade, est tenue loin d’elle, et son père, un arriviste cupide, la déteste. Gaja trouve ainsi consolation et tendresse dans ses poupées. De jolies poupées cousues par sa maman et qu’elle possède par dizaines. Elle leur parle, elle ne parle d’ailleurs qu’à ses poupées. Les enfants de l’école la rejettent, elle doit quitter l’école. Son père la traite de monstre, de « caprice détraqué de la nature » et il réussit à se débarrasser de sa femme dont il n’aimait que la fortune. A la mort de son épouse, le cruel Monsieur Perron n’hérite pas, à sa grande surprise. C’est à Gaja que reviennent tous les biens de la mère. Il la hait encore plus.

Les dessins ne m’ont pas déçue, très raffinés, ils fourmillent de détails et de couleurs travaillées et m’ont fait penser aux œuvres d’Almanza avec ce brin de gothique.  La laideur de Gaja devient presque un signe de beauté.

J’ai un peu été déçue par l’aspect caricatural des personnages, le père méchant et cupide, la mère douce et naïve… mais je crois que l’album est à lire comme un conte qui, de toute manière, est destiné à des (grands) enfants.

Une jolie découverte qui a une suite que je vais me dépêcher de lire !

 

 

»   17/20   »

Partager cet article

Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 22:06

Après avoir aimé Opération Sweet Tooth et adoré Sur la plage de Chesil, j’aurais vraiment aimé crier que Ian McEwan est mon nouveau dieu. Eh ben non.

Michael Beard est un chercheur, un physicien spécialisé dans le réchauffement climatique. Il a même obtenu le prix Nobel. Mais il n’est pas que cela, il est aussi… un homme, un homme dans toute sa splendeur : il mange trop et boit trop, ne pratique aucun sport, courtise autant de femmes qu’il y a de jours dans l’année en leur faisant pourtant des promesses qu’il a parfois l’audace de tenir (il a été marié cinq fois), il n’hésite pas à escroquer un collègue en usurpant la paternité d’un super projet, il devient papa mais néglige sa petite fille de trois ans, il n’a ni scrupules ni remords…

Je me suis bien trop souvent ennuyée lors de cette lecture qui allie réchauffement climatique (avec des détails techniques dont je me serais bien passée, je ne suis qu’un pauvre pseudo littéraire, moi…) et décrépitude d’un homme à qui on mettrait bien quelques paires de claques. Oui, c’est du second degré mais ça ressemble à du déjà vu (La vie en sourdine de David Lodge par exemple) en moins subtil et ça m’a beaucoup déçue.

Quand je m’ennuie, j’aime bien repérer des bourdes d’écrivain. Ainsi, la petite fille de trois ans de Michael répond-elle au téléphone « Tu es dans ton lit, parce que tu as une vois rauque. » Sans évoquer la syntaxe et la prononciation parfaites, une gamine de trois ans connaît l’adjectif « rauque » ?  Michael adore manger des cochonneries, des trucs bien gras et pas diététiques du tout. Si jamais le lecteur n’avait pas bien compris, Ian McEwan en remet une couche à la toute fin du livre avec ce repas au restaurant qui a même réussi à m’écœurer, moi, la gourmande que je suis : « son entrée arriva : des losanges de fromage orange plongés dans de la pâte à beignets, puis roulés dans le sel et la chapelure avant d’être frits, et servis avec une sauce crémeuse d’un vert très pâle » suivie du plat principal : « Quatre blancs de poulet sans la peau, entre lesquels étaient intercalés trois steaks minuscules, le tout entouré de bacon, nappé d’une sauce au fromage et au miel, et accompagné de pommes de terre au four grillée, elles-mêmes fourrées de beurre et de fromage à la crème. »

 

Remarquez, le bouquin qui suit la lecture du grandiose Confiteor n’avait aucune chance, c’était perdu d’avance…

Partager cet article

8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 21:25

Avec les enfants, nous lisons souvent des Yakari et ces lectures ne valaient pas, pour l’instant, un billet. Mais ce tome-là, le 25ème de la série, est différent et mérite qu’on s’y attarde un peu.

Un vieil Indien, Celui-qui-sait, explique à Yakari que les oies sauvages vont bientôt arriver, la tribu étant sur une de leurs voies de passage. Leur venue annonce bien évidemment le retour des beaux jours. Alors que Yakari et son cheval Petit Tonnerre font connaissance avec les oies, ils remarquent qu’une oie s’est isolée sur le haut d’une falaise. Pourquoi ? Elle grattait, elle grattait à chacun de ses passages pour mettre à nu le fossile d’un fantastique oiseau préhistorique. Intrigué par ce très grand oiseau aux si petites ailes, Yakari demande au magicien Nanabozo d’intercéder : rien qu’avec un petit « Pop », voilà nos amis au temps de la Préhistoire.

Dans une forêt tropicale chaude et humide, Petit Tonnerre va faire la connaissance de ces ancêtres, de tout petits chevaux zébrés, les Eohippus. Yakari sera effrayé en buvant l’eau d’un lac en découvrant l’ancêtre du crocodile. Et enfin, ils vont tous rencontrer le Diatryma qui se révèle être l’aïeul lointain de l’oie. Menacés par la lave d’un volcan (et c’est ainsi qu’ils comprendront ce qu’a tué le Diatryma), nos amis, sur un petit « Pop », retournent dans le monde actuel.

Cette histoire fait rêver (peut-être que je ne suis pas objective car j'ai toujours été fascinée par les migrations des oies), elle est simple à comprendre et tout à fait accessible aux enfants de plus de sept ans. Ma demoiselle de 5 ans 1/2 a adoré, elle aussi.

 

»   17/20   »


Partager cet article

Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 18:38

Le roman commence ainsi : « Ce n’est qu’hier soir, alors que je marchais dans les rues trempées de Vallcarca, que j’ai compris que naître dans cette famille avait été une erreur impardonnable. »

Un vieil homme, atteint par la maladie d’Alzheimer, entreprend de raconter, dans une longue lettre, sa vie, son parcours, ses amours. Cette lettre, qui deviendra ce livre, est destinée à l’amour de sa vie, Sara, et c’est son meilleur ami, Bernat, qui fait figure d’intermédiaire.

 Barcelone dans les années 50. Adrià Ardèvol est un enfant doué, surdoué même. Il apprend différentes langues à la vitesse de la lumière. Pourtant, sa vie n’est pas aisée : son père est sévère et exigeant avec lui, sa mère ne montrant pas plus d’affection envers son fils, souhaite qu’il devienne un violoniste professionnel. A la mort de son père, l’adolescent comprendra progressivement que son père était un escroc, un voleur. En effet, Félix Ardèvol tenait une boutique d’antiquités dont la plupart des trésors avaient été acquis de manière frauduleuse.

Il est difficile voire impossible de résumer un tel livre qui, la quatrième de couverture l’explique très bien, « défie les lois de la narration ». Non seulement la trame n’est pas linéaire mais les contours de cette autobiographie ne sont pas nets non plus, Adrià s’exprime tantôt à la première personne, tantôt à la troisième ; dans une même phrase, il passe du présent d’énonciation au passé plus ou moins lointain. Un violon très précieux, un Storioni, constitue un des personnages centraux du roman, il nous guide à travers les âges et les lieux, de l’Italie du XVIIIème siècle à Auschwitz en passant par la dictature franquiste et un petit salon bourgeois barcelonien… D’autres objets revêtent une grande importance : un morceau de linge usé, une médaille.

N’ayons pas peur des mots, ce livre est un chef-d’œuvre. D’une richesse, d’une intelligence rares, il est difficile à lire à plusieurs égards : la trame narrative malmène le lecteur (j’ai fait l’erreur d’emporter le roman en vacances et c’est tout sauf une lecture de plage !) mais les sujets traités sont également poignants : la mort, la maladie, les camps de concentration, le mal et surtout le rapport entre l’homme et le mal. Ponctué par des pointes d’humour et d’auto-dérision, ce livre érudit au style remarquable, reste fluide et très agréable à lire.

Lire ce roman, c’est un peu comme être face à un océan déchaîné, on observe, on admire, on se tait. Je sais déjà que les livres que je lirai après celui-là me paraîtront fades. Un monument, une somme, un classique, un bouleversement littéraire… il est temps que je me taise !

 « Si bien que j’étais un enfant unique observé par des parents avides de voir leur fils intelligent faire des étincelles. Ceci peut être le résumé de mon enfance : la barre très haut. »

« Un livre qui ne mérite pas d’être relu ne méritait pas davantage d’être lu. »

 

« l’œuvre d’art naît de l’insatisfaction ; le ventre plein, on ne crée pas d’œuvre d’art, on fait la sieste. »

 

Et voilà le génie  : 


 

 

Avec ses 772 pages, c'est mon deuxième pavé de l'été pour le challenge de Brize

Pavé 2014

Partager cet article

2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 09:39

Troisième opus pour cette très belle série qui comporterait une suite, comme le suggère la dernière planche de l’album.

Tim Bishop retrouve l’Indien blessé et abandonné par Margot. Celui-ci raconte son histoire, il n’a pas grand-chose du véritable Indien puisqu’il a été élevé dans le Nouveau Mexique. C’est tout à fait par hasard qu’il s’est trouvé à la merci des bandits mexicains. Tim comprend qu’il y a « un problème d’identité dans ce pays » quand il découvre un Noir dans une réserve d’Indiens.

Margot détient les précieux documents et a trouvé refuge dans un orphelinat dirigé par des bonnes sœurs blanches. Jouant à la pauvre femme bafouée par son mari, elle se prend pourtant d’affection pour une petite Indienne nommée Lucille… ce qui est étonnant ! Elle lui offre un petit miroir qui va permettre à la fillette de mettre le feu aux bâtiments alentours. Oui mais c’est aussi cette fumée qui va attirer Byron et ses nouveaux amis indiens. Après avoir arrêté Margot, les militaires américains s’en prennent à Byron et Hogaard. Margot s’enfuit avec Lucille mais une Indienne, amie de Byron, stoppe le train (oui, encore une fois), vole les documents et emmène Lucille. Hogaard, quant à lui, est pris d’une furieuse envie d’indépendance … et de vengeance.

La donne est bien différente dans ce dernier tome. Margot, dont on ne connaît toujours pas le passé, semble éprouver des sentiments de compassion et de tendresse pour la petite orpheline, Lucille, et c’est nouveau. Les Indiens se sentent de plus en plus mêlés à cette histoire de papiers qui pourraient modifier l’avenir des Etats-Unis et il est également question du Spider Rock, ces deux longues aiguilles rocheuses qui symbolisent la culture navajo. Le rocher a pris le nom d’une déesse vénérée par les Indiens, Spider Woman, qui protège le peuple navajo. Le sous-titre pourrait aussi faire référence à Margot qui, par son charme et son hypocrisie, emprisonne tout le monde dans ses filets.

C’est encore un bien bel album, riche et coloré. On ne s’ennuie pas une seconde, entre légèreté et sujets plus graves, la série est une très belle réussite que je conseille vivement… même à ceux qui ne sont pas fanas des BD. A quant le tome 4 ?

« Si un jour un Noir devient président des Etats-Unis, ce ne sera probablement pas à coups de revolver… Ha ha ha, un président noir ! voilà bien une idée d’avocat ! »

 

»   19/20   »

 

Bonne rentrée à tous !!!

Partager cet article

Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog