Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 11:34

 

             Cerise a maintenant douze ans. Un âge important que sa mère tient à fêter dignement. Pour cela, elle emmène sa fille une semaine dans un chalet breton, au bord de l’océan. La surprise ne s’arrête pas là, elles iront également, toutes les deux, faire un jeu de piste un peu particulier. C’est dans un imposant manoir qu’il s’agit de résoudre une énigme tout au long d’un parcours semé d’indices. Le petit séjour se passe comme dans un rêve, alors que les mouettes tournoient autour du beau manoir, mère et fille découvrent l’énigme qui leur est destinée « Quand Monsieur Loyal s’envolera-t-il jusqu’à Vénus ? »

           Alors que Cerise rencontre Marvin, le fils de la propriétaire du manoir, sa mère lui prépare une surprise en conviant ses deux meilleures amies, Line et Erica. Les trois filles vont s’associer pour tenter de résoudre l’énigme. Elles découvrent un tableau s’intitulant « La Belle Vénus » d’une femme à qui il manque la tête, elles vont tomber sur le costume de Monsieur Loyal, Cerise va interroger un libraire qui va lui raconter une étrange histoire autour d’une Anna et d’une Eva… Et les apparences sont bien trompeuses, Cerise va le découvrir à ses dépens.

          Cerise a grandi, les sujets traités dans la série ont évolué avec elle. Elle pense souvent à son père disparu, elle se confronte souvent à une mère qui reste son seul parent. Ma fille a très justement remarqué que le visage de Cerise a changé depuis le premier tome. Ce dernier opus est très émouvant, j’ai l’impression qu’il était plus mûr et plus adulte que les précédents et pourtant, mes enfants l’ont aimé aussi. A l’unanimité, c’est notre préféré avec le premier tome. On a même droit à un petit rappel avec ce cher peintre Michel qui vient faire un coucou à Cerise. Le voyage en Bretagne en valait bien la peine, Cerise revient plus lucide et plus ouverte pour affronter une adolescence qui nous promet encore de belles surprises !

 

« 20/20 »

 

 

Published by Violette - dans Lectures - jeunesse
commenter cet article
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 09:50

 

 

             Cyrano de Bergerac est une de mes pièces préférées, chaque fois que je la relis, je m’émerveille.

             Faut-il résumer la pièce ? Dire que Cyrano est le plus grand des bretteurs, le plus grand des poètes, le plus grand des amoureux… mais qu’il est aussi affublé du plus grand des nez ? Si le physique de Christian séduit d’abord la belle Roxane, son cœur va doucettement pencher pour l’esprit, les mots, l’âme de Cyrano à travers le corps de Christian. Ce que j’adore dans cette pièce, c’est qu’elle mêle différents registres ici parfaitement retranscrits par la troupe : le comique, le pathétique, le tragique.

               Le Grenier de Babouchka propose une version musicale, virevoltante et rythmée de la pièce de Rostand. Musicale car accompagnée d’un violoniste de talent, Petr Ruzicka qui se veut un double, une ombre de Cyrano ; dansante car les Cadets proposent un numéro drôle et énergique qui prouve leur cohésion. Mention spéciale aux hommes de la troupe et extra-spéciale à Stéphane Dauch qui est un Cyrano splendide. Il entre en scène, il est le plus petit, pas très épais non plus (on est loin du physique imposant de Depardieu) et pourtant, panache et sublime l’emportent très vite sur le reste, il court, il chante, il parle avec un naturel déconcertant, il émeut, il vole, il danse !  Voilà un prix du Off du Festival d'Avignon 2014 de la révélation masculine bien bien mérité ! Les costumes sont d’époque alors que le décor est minimaliste, un banc, un balcon, une petite table. Les deux heures de spectacle filent. Car il s’agit bien d’un spectacle complet, on en prend plein les yeux, plein les oreilles, on rit et on frémit d’émotion. Merci pour ce beau moment !

           La Compagnie du Grenier de Babouchka jouera Cyrano en février, en avril et en automne au théâtre du Ranelagh à Paris et propose quelques dates en province (Orvault, Chasseneuil-du-Poitou, Lucé, Roanne)

 

« Roxane n'aura pas de désillusions!

Dis, veux-tu qu'à nous deux nous la séduisions?

Veux-tu sentir passer, de mon pourpoint de buffle

Dans ton pourpoint brodé, l'âme que je t'insuffle! »

 

« Puisque tu crains, tout seul, de refroidir son coeur,

Veux-tu que nous fassions--et bientôt tu l'embrases!--

Collaborer un peu tes lèvres et mes phrases?. . . »

 

« C'est une expérience à tenter un poète.

Veux-tu me compléter et que je te complète?

Tu marcheras, j'irai dans l'ombre à ton côté:

Je serai ton esprit, tu seras ma beauté. »

 

 

 

 

 

 

Et je participe au challenge théâtral d’Eimelle !

5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 21:51

 

 

 

             La narratrice est née de parents comiques ; durant son enfance, elle a sillonné la France tantôt dans une valise pour les besoins d’un numéro, tantôt à distribuer des tracts. C’est peut-être de là que naît son excentricité qu’elle nommerait plutôt imperfection. Car elle se compare souvent à sa voisine, Julie, qu’elle trouve parfaite à tous points de vue : mère idéale, femme d’affaires hors pair, elle est toujours très bien maquillée, très bien coiffée, très bien habillée. La femme parfaite quoi. Jusqu’au jour où Julie pète une pile et se retrouve à l’hôpital. Notre narratrice imparfaite, photographe, s’attache à travailler sur un projet : celui de présenter quelques clichés de femmes parfaites. Des rencontres vont en amener d’autres et, au final, ces femmes qui semblaient toutes parfaites au départ, révèlent bien des failles.


           J’ai trouvé le début de ce roman extrêmement frais et stimulant, c’est presque une invitation à aller danser et chanter. Ensuite, je me suis un peu lassée. Les portraits de femmes sont originaux et sympathiques, pourtant l’effet répétitif m’a ennuyée. La quête de la narratrice (retrouver cette Georgia avec qui elle a passé une nuit) m’a paru artificielle et superflue. La morale est claire : aucune femme n’est parfaite, aucune femme ne doit chercher à l’être. Rien de bien neuf sous le soleil et pourtant, l’évolution des mœurs se fait-elle vraiment ? J’en doute de plus en plus. Un exemple tout frais : je vais au cinéma avec mes enfants, dans la même salle se trouvent une mère et sa petite fille. En sortant je me rends compte qu’elles vont attendre le père qui est allé voir un autre film (pas destiné aux enfants sans aucun doute). La femme doit donc toujours se sacrifier et passer en 2ème, en 3ème, ... en dernier. Ça je le savais déjà, et ce livre en faisant la démonstration ne me semble donc pas indispensable… sauf pour les hommes ! Rahhh me revoilà persifleuse. Ce roman se lit bien, il est drôle, déculpabilisant, féministe (vous l’aurez compris) et distille même au compte-gouttes quelques réflexions intéressantes sur le thème de la photographie.

« Nos mères ont cru faire la révolution. Mais en fait, elles nous ont précipitées, tel le joueur de flûte, au bord du précipice ! Car non seulement nous devons désormais être performantes dans tous les domaines : travail, famille et couple. Non seulement nous devons avoir toutes les qualités, mais il faut les posséder ad vitam aeternam »

« Si vous n’allez pas bien, il vaut mieux se confier à une femme comme Julie qui connaît les phrases réconfortantes, celles qui soulagent. Moi non. Au contraire, quand les gens me parlent de leurs problèmes, je suis embêtée pour eux, voilà tout, mais malheureusement je ne vois pas pourquoi j’aurai plus d’imagination qu’eux pour trouver des solutions à leur propre vie. »

2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 12:09

 

 

          Cette BD a pour sous-titre « Biographie dessinée », ainsi les choses sont claires dès le départ. Enfin… comment résumer la vie et l’œuvre d’un si grand homme en 54 planches ?

           L’enfance de Freud est marquée par l’amour inconditionnel et réciproque pour sa mère. Juif, né dans une famille nombreuse et aisée, il s’entête à vouloir épouser Martha. La famille de la jeune femme s’y oppose un moment avant d’accepter. Ils auront six enfants. Freud s’insurge contre l’absence de réponses face aux maladies nerveuses. Quelques cas spécifiques sont exposés, ceux traités dans le « cabinet du Docteur Freud » qui allonge ses patients sur un divan. Certains auront déjà entendu parler d’Anna O., de Dora, de l’homme à rats, du petit Hans… et du complexe d’Œdipe. L’Anschluss de 1938 a exilé Freud et Martha à Londres.

          Commençons par le positif parce qu’il faut bien en trouver. J’ai eu envie de me replonger soit dans les œuvres de Freud, soit dans une de ses biographies. Par contre, je n’ai rien appris que je ne savais déjà. Etudié au lycée et la à la fac, ce psychanalyste me semble assez connu pour éviter les évidences et les banalités. Peut-être que cet album s’adresse à des gens qui n’ont jamais entendu parler de Freud (hum…) ? Les dessins sont originaux, fantaisistes et mettent en valeur l’époque tourmentée de Freud, ses hésitations et les méandres de ses recherches. D’ailleurs certaines planches m’ont fait penser au style de Lucie Durbiano ou celui de Joann Sfar. Pour le reste… c’est à me freiner quant aux hypothétiques futures autres « biographies dessinées » que je pourrai croiser à l’avenir ! Une déception, oui ! Je n’avais qu’à aller chez Mo’ avant d’ouvrir cette BD, n’est-ce pas ?

« 13/20 »

 

Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
30 janvier 2016 6 30 /01 /janvier /2016 21:27

 

 

          Ce livre est le doudou de mon enfance. J’ai des souvenirs précis de ma maman me racontant cette histoire-conte de fée et qui me faisait tant rêver.

          Militaire, le jeune Moutier découvre deux garçonnets cachés à l’abri d’un vieux chêne. Ils ont été abandonnés. Moutier les prend sous son aile et se rend à l’auberge de l’Ange-Gardien où il découvre des hôtesses chaleureuses et accueillantes, Madame Blidot et sa sœur Elfy. Les femmes, seules, n’hésitent pas un instant à adopter Jacques et Paul. Les années passent, les enfants grandissent et Moutier vient régulièrement les voir ; il tombe amoureux d’Elfy. Le général Dourakine, un Russe qui était hébergé dans l’auberge voisine, tenue par les méchants Bournier, croise leur chemin et, telle une bonne fée, va jeter un coup de baguette magique sur tous ces êtres et leur rendre la vie magnifiquement belle !

          J’ai lu ce roman à mes enfants. Quelle déception ! Alors que je croyais les subjuguer, je les ai ennuyés comme jamais ! Des longueurs et des répétitions alourdissent cette histoire. Ce qui m’a personnellement le plus refroidie, c’est le caractère désuet de l’intrigue, évidemment machiste mais aussi prompte à donner des coups de fouet aux garçons désobéissants et surtout manichéenne, terriblement manichéenne ! Patriotisme exacerbé, religion comme ligne directrice… et le tout saupoudré d’une bonne dose de naïveté ! Je lui poserai la question mais je crois me souvenir que ma maman lisait un chapitre puis me le résumait l’agrémentant de commentaires personnels. Je ne sais pas si c’est pour ça ou si j’ai vraiment trop vieilli et que la magie de l’enfance n’opère plus sur moi mais je suis ressortie attristée d’avoir si peu aimé.

 

Une image dont je me souviens bien et qui m’a encore fait sourire. Moutier était accompagné de son chien Capitaine : « L’homme et l’enfant suivis de Capitaine qui portait le petit Paul sur son dos, se mirent en route. L’enfant apprit à son bienfaiteur que sa mère était morte après avoir été longtemps malade, que les meubles avaient été vendus et que leur papa, toujours triste, cherchait en vain de l’ouvrage… Un jour les gendarmes l’avaient emmené et promis aux enfants de revenir. En vain. »

 

Que d’éditions différentes !!!

               ...

Published by Violette - dans Lectures - jeunesse
commenter cet article
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 14:02

 

 

          De cet auteur, j’ai lu Petit éloge de la nuit qui m’avait un peu déçue. Je savais pourtant que je n’en resterais pas là et c’est avec plaisir que j’ai découvert ce polar parisien.

           A quelques jours de Noël, la Brigade fluviale parisienne découvre un cadavre dans une barque amarrée au quai des Orfèvres. La morte a cela de particulier qu’elle est superbe, que son corps semble intacte et que son pâle visage est niché au creux d’une épaisse chevelure noire. Jo Desprez, commandant de la Brigade criminelle, mène l’enquête mais s’inquiète très vite des suites de ce meurtre : la carte de visite d’un de ses amis parfumeurs est retrouvée sur le cadavre.  L’enquête gravite autour de l’univers de la mode, de l’art, de la beauté. Et des morts, il y en a d’autres.

          D’après moi, deux points forts se dégagent de ce polar : la situation géographique car la Seine est un personnage à elle toute seule, fascinante, envoûtante et inquiétante. On devine aisément une Ingrid Astier passionnée par Paris.  Quant à l’intrigue, lorsqu’on pense que l’affaire est bouclée, cent pages avant la fin, le moteur redémarre et crée la surprise en dévoilant le coupable. D’autres petits plus dans ce polar intelligent : une grande connaissance des sensations olfactives (si vous êtes fan de parfum, vous risquez de vous régaler), une écriture élégante, des variations de rythme, des personnages hauts en couleur … bref, malgré quelques maladresses et longueurs, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman policier. Il n’y a pas que Mankell dans le genre, n’est-ce pas.

 

Quand un flic se laisse séduire bien malgré lui : « Marc Valparisis ferma les yeux, habité par le son. Dans sa tête dansaient els jambes en éventail de la femme fuselée faite coccinelle. Anatomique et atomique. Putain de sexualité qui dirigeait tout. »

Un petit congé de Noël pour un flic qui en a bien besoin : « Jo aurait bien échangé sa condition contre celle des rochers, le temps des vacances. Le règne humain et ses turpitudes contre le règne minéral et son assise. Jo se demanda pourquoi l’homme avait sans cesse besoin de s’imaginer une autre vie, à l’horizon meilleur. Sans doute se trompait-il, le rêve n’était pas une barrière étanche, on pouvait tenter de le vivre sans se brûler, sans traversée du miroir. »

24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 12:45

 

 

        Voilà un petite livre bleu qui fait l’unanimité !

         Mat débarque pour la première fois dans un nouveau collège, en 5ème. Un peu perdu dans les bâtiments, le nouveau ne semble pourtant pas très impressionné, des déménagements, il en a connu d’autres. Il se lie rapidement d’amitié avec Jeanne mais doit faire face à la rivalité de son petit ami, Franck, un petit caïd qui roule des mécaniques. Très vite on comprend -primo que Mat est très proche de sa petite sœur Lili et de son petit frère Benji, secundo que le trio doit garder précieusement un secret. Lequel ? celui de ne plus avoir de parents ? Celui de venir d’une autre planète ? Ils ne le savent pas eux-mêmes, ce qui est sûr en revanche, c’est qu’ils disposent de supers pouvoirs : ils volent dans les airs, ils ont une force inouïe, ils sont insensibles à la douleur, ils sont très intelligents… Mais ça crie souvent à la maison parce que le désir de Mat de se faire le plus discret possible est contrecarré par les envies de justicier du petit Benji.

 

           La BD a fait un malheur à la maison, elle a captivé mes enfants émerveillés par les pouvoirs des trois enfants. Ma fille au caractère bien trempé s’est carrément rebellée à la fin du tome parce que « c’est pas possible, des BD qui se terminent comme ça » alors qu’on veut savoir la suite… eh oui, on aimerait en lire davantage. Alors la suite devrait arriver, mais quand ? Toujours est-il que les dessins sont sublimes, ronds, colorés, précis. C’est le contraste avec cette impression d’immortalité des enfants et leur vulnérabilité – voire leur détresse- d’être sans parents, qui fonctionne très très bien. Suite à ne pas manquer…

« 18/20 »

 

Published by Violette - dans Lectures - jeunesse
commenter cet article
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 12:43

 

 

            Découvert en livre audio, ce petit roman est une histoire d’amour mais aussi un livre sur les livres…

           Guylain Vignolles a toujours été raillé à cause de son nom. Il travaille dans une entreprise qui détruit les livres pour les recycler, et cela lui fend le cœur, car Guylain adore les livres.  Il aime tant la lecture qu’il récupère quelques feuilles abandonnées par la monstrueuse machine et lit dans le RER le matin. Même si ce ne sont que des bouts de romans et que l’ensemble n’a ni unité ni cohérence, ça plaît aux gens qui entourent Guylain. Une vieille dame va même lui faire une folle proposition : lire ces mêmes pages dans une maison de retraite afin de distraire les pensionnaires. La vie de Guylain va se trouver réellement chamboulée le jour où il ramasse une clé USB perdue. Cette clé contient des textes écrits par Julie, une dame pipi. Guylain ne connaît rien de cette Julie mais il la découvre à travers ses textes, apprend à connaître sa vie, apprécie son humour et… finit par tomber amoureux d’elle. Mais comment va-t-il bien pouvoir la retrouver ?

         C’est sympa, ça ne mange pas de pain, mais ça ne va pas au-delà d’après moi. Ça s’écoute très bien, c’est parfois rigolo et ça essaye de ressembler vaguement à L’Elégance du hérisson sans y parvenir. Certains personnages ont le mérite d’être originaux (le collègue qui s’est fait faucher les deux jambes par la méchante machine et qui essaye de les « retrouver » par le biais du papier recyclé). Et puis voilà. Pas grand-chose à rajouter à part que le succès qu’a connu ce livre ne m’étonne pas. L’interprétation - excellente – de Dominique Pinon n’y est pour rien dans mon avis en demi-teinte.

Published by Violette - dans Livres audio
commenter cet article
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 12:40

 

 

 

            Première découverte de cet auteur pour moi, qui devrait être suivie de nombreuses lectures !

            Adam et Cassandra vivent à Up Callow, une petite ville anglaise. Lui, est un écrivain avec tous les défauts stéréotypés de l’écrivain : égoïste, nombriliste, capricieux, misanthrope, prétentieux. Elle, couve son mari comme un enfant, elle acquiesce à toutes ses velléités, elle le nourrit, le cajole, le soigne alors qu’il n’est pas malade, l’écoute lire ses textes, le rassure. Le couple est entouré de gens bienveillants : la grosse Mrs Gower est peut-être un peu trop curieuse, Miss Gay cherche désespérément un mari, Mr Gay a peut-être trouvé une épouse en la personne de Mrs Gower… tout ce petit monde voit sa routine perturbée par l’arrivée d’un Hongrois, Mr Tilos, qui se montre spontané, sympathique, sincère et surtout amoureux de Cassandra. Cette dernière va justement se mettre à réfléchir à son couple, à l’amour qu’elle porte à Adam, aux avances pressantes de Mr Tilos. Se pourrait-il que les apparences soient trompeuses ?

             D’un charme suranné pimenté par des réflexions ironiques, cette satire de la société britannique se lit au deuxième degré, avec un sourire constant aux lèvres. C’est fin, c’est délicieux, c’est doux. La petite ville d'Up Callow semble être un château de cartes, fragile car hypocrite et guindé, que Barbara Pym s’amuse à détruire insidieusement. Je me suis beaucoup amusée et j’ai hâte d’en découvrir plus de cet auteur plutôt méconnu !

 

« En des lieux tels qu’Up Callow les épouses devaient toujours prendre au sérieux leurs maris. Au moins en public. »

« Aux yeux des habitants d’Up Callow, Stefan Tilos était paré de tous les prestiges de Budapest, des châteaux du Moyen Âge, des orchestres tziganes et des vampires. Sans compter qu’il semblait être célibataire. »

15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 19:38

 

 

           Je continue mon petit bonhomme de chemin dans cette série qui me plaît toujours autant.

           Angleterre, 1922. Le capitaine Phillips tient absolument à emmener l’illustre Ernest Patisson, détective helvète de son état, dans un manoir perché sur le sommet d’une falaise, car il s’inquiète pour son amie et maîtresse de maison, Marissa. En effet, la jeune femme a l’impression, depuis deux ans, de vivre dans une demeure hantée, elle se sent persécutée par l’ancêtre de son mari, Georges Wallace. Ernest Patisson, sceptique et cartésien par nature, n’y croit pas, mais il faut bien avouer que cette arrivée sous une pluie battante, ce trajet en bateau mené par un type qui a tout du pirate d’un autre siècle, cette imposante demeure qui se détache de ce ciel zébré d’éclairs menaçants a de quoi en faire frémir plus d’un. Par son comportement débridé et décalé, Marissa semble bien avoir une sauterelle dans la guitare… mais Patisson ne se fie pas aux apparences et quand la jeune femme est retrouvée morte la nuit suivante, un poignard dans le dos, c’est bien le seul à garder son sang froid. Le mari est immédiatement montré du doigt, il se disputait avec Marissa quelques minutes auparavant… mais quand son cadavre est découvert dans la cave du manoir, les soupçons se portent… sur tout le monde !

         C’est dans l’univers d’Agatha Christie que les auteurs nous transportent. Dans ce huis clos effrayant, chacun a l’air coupable. Si j’ai eu l’impression que la plupart des personnages n’étaient pas assez fouillés, je me suis régalée avec Patisson, qui, aux allures de savant fou, parle avec des accents circonflexes et ne réfléchit bien qu’habillé élégamment. Une belle lecture, encore une fois ! La suite de la série m’attend déjà !

« 17.5/20 »

« Je ne peux pas penser en chemise de nuit. Ce n’est pas un accoutrement taillé pour penser, voyez-vous ? »

 

Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages