Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 octobre 2021 2 26 /10 /octobre /2021 15:36

Là où chantent les écrevisses de Delia Owens | Audiolib

Après une longue pause, je me remets à écouter des livres audio grâce à … un lecteur MP3 tout simplement.

Kya est une petite fille de même pas dix ans qui vit avec sa famille dans une cabane au cœur du marais. Violence et alcool détruisent les uns et les autres et Ma, la mère, s’en va du jour au lendemain pour ne plus revenir. Jodie, le frère aîné de Kya en fait autant et après une cohabitation plus que délicate avec son père, ce dernier disparaît aussi. Kya est livrée à elle-même, elle pêche, elle se cache, elle évite l’école, elle échange des coquillages et du poisson contre un peu d’essence pour sa barque, elle observe la nature et fait collection des plus belles plumes. Sauvage, seule, elle grandit, devient une belle adolescente qui, heureusement, trouve sur son chemin des êtres qui vont l’aider à mûrir. Tate, un adolescent un peu plus âgé, va lui faire découvrir l’amour en douceur et la lecture qui va unir les deux jeunes dans leur soif d’en savoir plus sur la faune et la flore des marais. Mais Tate est aussi attiré par les études, les grandes villes et l’université, il va délaisser Kya qui va faire des rencontres moins favorables. Le meurtre d’un jeune homme, Chase, fil directeur de ce roman, va autant intriguer le lecteur que les personnages, d’autant plus, qu’à un moment donné, Kya a de très bonnes raisons de se débarrasser de celui qui a été son amant.

J’ai enfin réussi à renouer avec l’écoute de livres audio ! Quelle chance j’ai eu d’être tombée sur un livre d’une telle qualité, sur une si bonne lectrice. Le décor associé à ce personnage central sont d’une harmonie parfaite. Au fur et à mesure que j’avançais dans mon écoute, j’ai de plus en plus été séduite par ce roman où j’ai tout aimé : ce marais à la fois inquiétant ; protecteur et nourricier, les personnages si bien dessinés et surtout celui de Kya, véritable héroïne si belle, si pure, si sensible ; le suspense et le mystère qui rôdent autour de cette mort. J’ai du mal à mettre des mots sur l’émotion que j’ai ressentie en terminant cette histoire extraordinaire mettant en scène une femme dans la nature, cette « fille du marais », si bouleversante, si unique, d’une rare profondeur.

Je vous dévoile le secret de ce titre sublime : « là où chantent les écrevisses » est un endroit tellement reculé que la nature reprend ses droits, sans être souillée par la présence de l’homme. Sans aucune hésitation, c’est un immense COUP DE CŒUR.

Le Prix Audiolib 2021 a été décerné à cette excellente lectrice, Marie du Bled. C'est amplement mérité !

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2020 7 31 /05 /mai /2020 19:25

Mange, prie, aime. Changer de vie, on en a tous rêvé... Elle a osé ...

       J’ai un peu l’impression de faire une chronique à la « J’ai testé pour vous… »  Et attention, ça va casser du bouquin !  Souvent, quand j’entends énormément parler d’un livre, je finis par craquer, trop curieuse.

       Si ça n’avait pas été un livre audio, j’aurais laissé tomber. Je me suis dit que plutôt que d’écouter un énième bilan sur le nombre de contaminés du coronavirus, autant entendre parler de pizza et divorce. Parce que … comment dire ? Que fait Elizabeth Gilbert à part nous raconter sa vie ? Certes, cette Américaine, après une double rupture amoureuse, a assez d’argent pour se permettre de vivre en Italie, tant mieux pour elle, certes, elle se montre hyper excentrique (hum) parce qu’elle ne veut pas d’enfants, mais « changer de vie » (c’est le sous-titre) quand on a assez de thunes pour changer de pays et apprendre une nouvelle langue… euh, où est l’audace ? Les banalités mais aussi les clichés s’accumulent : on grossit en Italie, les hommes sont tous super beaux, c’est en Inde qu’elle peut prier du matin au soir dans un ashram et c’est finalement en Indonésie qu’elle renoue avec l’amour physique. Je me sens franchement les capacités d’écrire un livre de cet acabit. Ça m’arrive rarement de dénigrer le travail du lecteur mais Catherine Creux a une voix de coiffeuse hypermaquillée qui vous pose des ongles-en-gel-pas-de-problème, elle surjoue les émotions déjà omniprésentes dans le livre, bref, elle m’a agacée. Alors oui, j’ai le mérite d’avoir tenu les 14h38 d’écoute, et je m’en vante (bon, ça m'a fait le confinement). Si vous aimez la simplicité, n’ayez crainte : la première partie, c’est « Mange », la 2ème partie c’est « prie » et la dernière … ben voui. Je ne rajoute rien, hein ?

       Un petit extrait : « Il vaut mieux vivre imparfaitement sa propre destinée que vivre en imitant la vie de quelqu’un d’autre à la perfection. » Ben oui, vis ta vie, n’écoute pas les autres, suis ton propre chemin, je suis sûre qu’on ne vous l’avait jamais faite, celle-là !

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 19:25

Résultat de recherche d'images pour "livre audio rouge et noir vuillermoz""

 

- Lu par Michel Vuillermoz -

          Voilà un classique que je n’avais pas aimé ado, que je n’ai pas plus apprécié étudiante. J'attendais une étincelle…!

          Faut-il résumer l’histoire ? Julien Sorel, fils de scieur, est le seul de sa famille à être attiré par les livres et l’instruction. Soutenu par l’abbé Chélan, il est placé dans la maison du maire de Verrières en tant que précepteur. Chez les Rênal, Julien est très apprécié et, s’il est de plus en plus attiré par la jolie Madame de Rênal, il arrive à la séduire aussi, elle qui n’a jamais connu l’amour. A la suite de rumeurs et d’une lettre anonyme dénonçant Julien, il quitte les Rênal et entre au séminaire de Besançon. Quelque temps plus tard, il devient secrétaire auprès du Marquis de la Mole et suit une liaison orageuse avec sa fille, Mathilde. De cette relation à la « Je t’aime moi non plus » naissent des conflits : Mathilde enceinte de Julien essaie de convaincre son père de l’épouser mais il refuse, et Julien, en colère contre Madame de Rênal, lui tire dessus en pleine messe, sans parvenir à la tuer. Condamné à mort, Julien reste tiraillé jusqu’à la fin entre les deux femmes.

           Le texte lu par Michel Vuillermoz (dont on peut souligner le talent) est une version abrégée du roman de Stendhal, il me semble que la partie consacrée au séminaire est quasiment entièrement passée sous silence. Sinon, que dire ? Il ne me semble pas avoir appris quoi que ce soit et je suis encore restée indifférente à ce trio infernal. Julien m’agace. J’ai préféré La Chartreuse de Parme.

Quelques jolies citations pourraient faire un recueil entier !

« A vingt ans, l'idée du monde et de l'effet à y produire l'emporte sur tout »

« Chacun pour soi dans ce désert d'égoïsme qu'on appelle la vie. »

« Je croyais vivre ; je me préparais seulement à la vie, me voici enfin dans le monde, tel que je le trouverai jusqu'à la fin de mon rôle, entouré de vrais ennemis. Quelle immense difficulté, ajoutait-il, que cette hypocrisie de chaque minute : c'est à faire pâlir les travaux d'Hercule »

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2019 1 08 /07 /juillet /2019 15:13

Résultat de recherche d'images pour "sœurs bernard minier livre audio"

            J’ai volontairement choisi cet auteur que je n’avais jamais lu pour cette découverte en livre audio.

            Deux sœurs, Ambre et Alice, la vingtaine, sont retrouvées mortes, en robes de communiantes, dans une forêt. Leur point commun ? Vouer une passion sans nom à leur auteur de polars préféré : Erik Lang. Le plus troublant, c’est que cette scène des deux communiantes assassinées est issue d’un de ses romans. Les soupçons qui pèsent sur cet écrivain pédant, prétentieux et peu sensible ne suffisent pas à l’accuser. Martin Servaz, un jeune flic qui ne l’aime guère se retrouvera face à lui vingt-cinq ans plus tard dans une nouvelle enquête dans laquelle l’écrivain et sa femme seront intimement liés.

          Dans ce polar plutôt original, j’ai aimé la mise en abyme de l’auteur de romans policiers qui fascine tant certains fans… ce serait intéressant de savoir si Bernard Minier lui-même a rencontré ce problème d’avoir des lecteurs complètement subjugués par l’ensemble de son œuvre. L’enquête qui reprend une génération plus tard avec un flic abîmé par la vie, des protagonistes qui ont évolué, nourrit également la densité de ce roman. On pense avoir tout compris quand on découvre qu’on s’est fait manipuler. Minier a réussi à me captiver avec ce bon policier et à me donner envie de lire un autre de ses romans.

L’histoire est impeccablement lue par Hugues Martel. (13h d'écoute)

Partager cet article
Repost0
9 avril 2019 2 09 /04 /avril /2019 19:23

Résultat de recherche d'images pour "livre audio messieurs bruxelles schmitt audiolib"

                 J’entretiens avec cet auteur des relations sur le fameux thème « Je t’aime moi non plus », tantôt charmée par certains de ses écrits, tantôt excédée pas d’autres. Voici un recueil de cinq nouvelles découvertes en livre audio (lues par l’auteur lui-même).

« Les deux messieurs de Bruxelles » :  Deux homosexuels profitent du mariage de Geneviève et Edouard pour sceller leur union, cachés au fond de la cathédrale Sainte Gudule. Jean et Laurent continueront à suivre de loin ce couple hétérosexuel, s’attachant de plus en plus à Geneviève, cette mère Courage qu’on retrouve en vieille dame accueillant une très belle surprise.

« Le chien » : un médecin de campagne prend sa retraite et vit reclus en compagnie de son chien, Argos. Lorsque son compagnon meurt renversé, le maître se donne la mort. Comment un homme peut-il à ce point s’attacher à un animal ? Retour en arrière pour raconter une enfance pendant la Deuxième guerre mondiale.

 « Ménage à trois » : un homme séduit la veuve d'un musicien et la femme finit par se demander si c’est elle qui l’intéresse ou son défunt mari. Mais le musicien en question n’est pas non plus n’importe qui !

« Un coeur sous la cendre » : Alba est l’heureuse marraine de Jonas, grand insuffisant cardiaque, qu’elle chérit peut-être plus que son propre fils, Thor. Quand ce dernier meurt, il est question de dons d’organes et d’analyser les sentiments d’Alba en profondeur. Et nous sommes en Islande et le volcan Eyjafjöll est en éruption…

 « L'enfant fantôme » : un couple très amoureux a du mal à avoir un enfant et finalement, on leur annonce un début de grossesse difficile puisque l’enfant à venir serait atteint de mucoviscidose. Le couple décide de mettre une croix sur le désir d’être parent mais quand il se fait secourir, en haute montagne, par une jeune fille alerte, jolie, vive, aimée et aimante… et atteinte par la même maladie, le couple se remet en question.

 

             Quel conteur ! Monsieur Schmitt parvient toujours à entourer ses personnages de tendresse, d’une délicatesse et d’une profondeur très pertinente (oui la profondeur peut être pertinente…) ça laisse rêveur, songeur, plongé dans une réflexion philosophique pas désagréable du tout. J’ai beaucoup beaucoup aimé. La voix de l’écrivain, les intonations qu’il maîtrise aussi bien qu’un comédien (et puis, c’est son oeuvre) rendent l’ensemble attachant. Les cinq nouvelles sont suivies d’un journal d’écriture où l’auteur nous révèle quelques secrets de rédaction tout à fait passionnants (et frustrants, certaines nouvelles ont été écrites si vite !) Je me souviens avoir tout autant aimé Concerto à la mémoire d’un ange (également un recueil de nouvelles découvert en livre audio). A noter que c’est un livre audio parfait pour apprivoiser ce nouveau mode de lecture… avis aux novices !

Lu dans le cadre du mois belge chez Anne :

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2019 6 19 /01 /janvier /2019 20:20

Résultat de recherche d'images pour "Les huit montagnes de Paolo Cognetti livre audio"

          Pietro a 11 ans et vient de Milan. Même si son père est un adepte de la randonnée en haute montagne, c’est un garçon de son âge, Bruno, qui va l’initier aux sentiers abrupts, aux forêts et à cette nature sauvage et âpre. Les vacances prennent une saveur d’aventure qui va marquer à jamais Pietro. Les années passent, les garçons se perdent de vue et se retrouvent. Ils finissent par se rendre compte qu’à part quelques femmes, il n’y eut dans leur vie que l’autre, ce cher ami, compagnon d’aventure.

           Je ne peux trop raconter, je ne veux trop raconter, c’est un livre à découvrir par soi-même. Nature, sauvage, brut, contemplatif, authentique, il se laisse apprivoiser et apprécier dans la durée. On se pose, on observe, on attend, on respire, on vit doucement au rythme des saisons. C’est un roman qui se relit facilement, d’ailleurs il tourne encore dans le lecteur de ma voiture. De petites bribes éparses qu’il fait bon réentendre pour se rappeler l’essentiel et ralentir.

           C’est l’aimable Sylire qui m’avait soufflé cette idée de livre audio - on sent la spécialiste en la matière - et je la remercie pour ce précieux conseil. Et, comble de bonheur, c’est Emmanuel Dekoninck qui lit… j’avoue qu’il restera toujours pour moi la voix de Lisbeth Salander lorsqu’il avait si bien mis en bouche Millenium.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 11:04

Résultat de recherche d'images pour "Réparer les vivants de Maylis de Kerangal livre audio"

             Voui, voui, voui, j'arrive tardivement après la bataille, quand tout le monde a fini depuis longtemps de lire ce livre. J’ai freiné des quatre fers  à cause des thèmes que je savais effrayants : la mort d’un enfant et les hôpitaux. C’est en livre audio que je l’ai découvert.

             Simon, 19 ans, meurt dans un accident de la route. C’est son cerveau qui ne fonctionne plus, ses organes, le foie, les reins, le cœur et les poumons sont en parfait état. Ses parents, en plus du choc de la nouvelle, se voient proposer l’impensable : disloquer le corps de son fils pour y prélever ce qui peut sauver d’autres. Le tuer une seconde fois, pensent-ils. Pourtant, ils acceptent. Les greffes vont se faire très vite, c’est un marathon dédié à la vie qui suit de près la mort.

                Ce roman est dur, touchant, âpre, bouleversant. La voix de l’auteur, que je trouvais de prime abord plutôt monotone et triste, convient, en réalité, parfaitement à son texte. Difficile de conduire et d’entendre des mots qui font si mal, d’assister à une histoire brisée, celle de Simon et de sa jeunesse stoppée si brutalement. Heureusement, il y a l’écriture de l’auteur, si juste, si travaillée, si élégante ; il y a ce souffle de vie qui traverse les pages malgré tout. Le phrasé m’a vraiment épatée, Maylis de Kerangal parvient, dans n’importe quelle situation, à creuser au plus profond, à suggérer toujours davantage, à surprendre et à émerveiller. Quelle artiste ! On sent aussi que les recherches sur les greffes ont été poussées et pointues. Si la mort de ce grand enfant m’a profondément touchée, ce thème de la greffe l’emporte peut-être, il est magnifié et sublimé tout en restant très terre-à-terre, la romancière s’attachant à décrire tous les détails concrets entre donneur, médecins et receveur. C’est une épopée moderne, une seconde chance qu’il ne faut pas négliger.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2018 4 22 /11 /novembre /2018 17:45

Résultat de recherche d'images pour "ma vie de pingouin de katarina mazetti livre audio"

Découvert en livre audio.

              Des êtres que tout sépare se retrouvent pour une croisière exceptionnelle en Antarctique. Il y a Wilma la jeune femme toujours positive qui cache un lourd secret, Alba la vieille dame drôle et baroudeuse, Tomas le jeune divorcé dépressif, mais aussi le couple à la femme volage, le médecin de bord, les sœurs ennemies, et j’en passe. Tout ce beau monde va devoir cohabiter quelque temps tout en découvrant de somptueux paysages et d’impressionnants animaux de mer qu’Alba ne cessera de comparer aux humains. D’histoire d’amour en tentative de suicide, de scandale en coming out, ce microcosme va évoluer, grandir, s’émanciper.

                Ça fait un long moment que j’avais lu Le mec de la tombe d’à côté (8 ans) et je n’avais pas entendu que du bien sur les dernières sorties de cette écrivaine suédoise. C’est donc un peu sceptique que j’ai glissé le livre audio dans son lecteur et pourtant, je dois dire que c’était une bonne surprise. Peut-être que j’étais tellement en manque de livres audio que j’aurais pu tout entendre ? Non, je crois que ce roman m’a plu, déjà parce qu’il nous emmène vraiment ailleurs, cette croisière en Antarctique se savoure pleinement, ensuite parce le côté feel good ne m’a pas agacée – pour une fois, je suis très difficile pour ce genre de lecture guimauve. Certes, la fin souffre de gnangnantisme aigu largement prévisible mais la croisière s’est amusée et nous aussi un peu avec.

Cinq acteurs interprètent parfaitement bien les personnages principaux.

« Tous les humains sont des icebergs. Il faut se souvenir que neuf dixièmes de nous sont invisibles sous la surface. C'est ce qui rend l'existence si intéressante. »

« Je choisis mes souvenirs, seulement les meilleurs, je les polis et les fais briller, j'en rajoute un peu là où c'est nécessaire et je les sors quand j'en ai besoin. »

Partager cet article
Repost0
21 juin 2018 4 21 /06 /juin /2018 09:29

Résultat de recherche d'images pour "foenkinos charlotte livre audio mp3"

 

            Il ne faut jamais dire jamais, n’est-ce pas. Alors que j’avais détesté La délicatesse (oui, on peut dire ça comme ça), j’ai tout de même réitéré l’expérience Foenkinos et j’ai bien fait !

             Une épée de Damoclès plane sur la famille de la petite Charlotte : sa tante s’est donné la mort, puis sa mère mais aussi sa grand-mère. Dans cette lignée de femmes suicidées, et dans un contexte particulièrement difficile puisque pour Charlotte, juive, est née à Berlin en 1917, il est difficile de se faire une place. Après la mort de sa femme, son médecin de père va épouser une cantatrice qui l’aimera et, surtout, lui fera connaître le grand amour de sa vie : Alfred. Les conversations avec ce professeur de musique autour de la créativité vont pousser Charlotte à persister dans sa passion qu’est la peinture. En 1939, Charlotte quitte parents, amant et Berlin pour s’installer chez ses grands-parents réfugiés dans le sud de la France. C’est à peu près à ce moment-là que sa grand-mère se suicide et seulement ainsi que son grand-père lui révèle la vérité sur les morts de ses ancêtres. Internée avec le vieillard -en qui elle ne peut plus faire confiance- au camp de Gurs, Charlotte perd ses repères mais se retrouvera finalement libérée. En 1943, le grand-père meurt ; Charlotte ne cessera ne peindre et de créer des œuvres personnelles et symboliques (qui me font penser à celles de Frida Kahlo) et, peu de temps après, épousera Alexander. Un bonheur de courte durée puisque, suite à une dénonciation, le couple est emmené à Auschwitz. Charlotte, enceinte de 4 mois, y mourra, suivie de peu par son mari.

             Non seulement Foenkinos raconte la vie d’une artiste et d’une femme mais il se glisse subrepticement dans le récit en apportant une touche personnelle à ses recherches,  à cette quête de la vérité – et cela, en toute humilité. C’est une découverte en livre audio pour moi, Yves Heck lit le roman et, s’il a tendance à interpréter le texte, s’il n’est pas neutre dans sa lecture,  ça ne m’a pas dérangée, bien au contraire, ça m’a aidée à me plonger encore plus facilement dans l’univers de cette jeune femme à qui on s’attache très vite. J’ai beaucoup apprécié ces cinq heures d’écoute retraçant le parcours exceptionnel d’une femme qui, on le sent bien, a complètement passionné l’auteur.

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 11:04

Résultat de recherche d'images pour "semeurs d'espoirs rabhi livre audio"

             Découvert en livre audio, ce texte relate la discussion entre Olivier Naire et Pierre Rabhi. Au cours de ces entretiens, divers sujets sont évoqués : l’écologie évidemment, la religion, les médias, la famille, le mariage, les voyages, la vieillesse, la mort, la culture et bien d’autres encore.

               Je suis gênée pour donner mon avis pour plusieurs raisons : j’aurais vraiment souhaité entendre la voix de Pierre Rabhi et de son interlocuteur et les lecteurs qui ont pris leur place ne m’ont pas convaincue. La voix douceâtre et un peu monotone de Pauline Huruguen a rendu les questions parfois niaises. Quant au contenu,… disons que je partage 80% des idées de Pierre Rabhi mais sa manière de caricaturer la société actuelle m’a profondément agacée. Il brasse du vide quand il dit que notre terre nourricière devrait passer avant le profit et l’argent. Il est sacrément gonflé quand il prétend qu’en littérature, il n’y a plus rien à découvrir. Il m’a agacée quand il affirme que de nombreuses personnes (cette tendance à généraliser aussi, aïe !) vont s’extasier devant un tableau de maître mais restés indifférentes à la beauté d’un paysage naturel (mais qui donc ??) ou encore que la nature fait peur aux citadins. Il est contre la procréation médicalement assistée, il n‘a rien contre le mariage homosexuel mais s’oppose à l’adoption d’enfants dans ce cadre. Il préconise une éducation à l’écologie dès le plus jeune âge mais n’est-ce pas ce qui est fait déjà ? Le titre du livre s’annonce optimiste mais les propos de l’agriculteur-penseur sont plutôt pessimistes.

              Et puis, comme toujours face à ces discours pro-écolo (auxquels j’adhère, je le répète), on se sent toujours coupables et on se retrouve là, les bras ballants, sans savoir que faire pour améliorer les choses et rendre notre planète moins polluée. Alors bien sûr qu’on a toujours besoin de ces voix qui réveillent les consciences endormies mais je préfèrerais du concret, du solide, du palpable. … rahhh, c’est difficile de dire que je n’ai pas aimé ce livre, zut alors ! Gardons en tête ces notions de modération et de sobriété si chers à Pierre Rabhi et que j’approuve totalement.

 

Qui est contre ? « Je suis pour l’abolition de l’asservissement de la personne humaine lorsque l’on crée des richesses qu’une minorité accapare et concentre à son profit »

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages