Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 13:08

Alors que j’avais aimé  Est-ce ainsi que les femmes meurent,  Avec vue sur la mer ou encore  Jésus le dieu qui riait, j’ai été moins conquise par ce roman.

New-York. John l’Enfer, un Cheyenne grimpe sur les parois des gratte-ciel. Pourquoi ? Parce que c’est son métier, laveur de carreaux. Un métier à hauts risques car les accidents sont fréquents et fatals. C’est en bas que John rencontre une belle aveugle, Dorothy Kayne. Avec un Polonais, Ashton Mysha, ancien marin, il va s’occuper d’elle. Le ménage à trois est particulier, John est amoureux de Dorothy mais c’est avec Ashton que la jeune femme couche… à contrecœur.

Le personnage principal de ce roman est la ville elle-même, une ville qui souffre, une ville dont les bâtiments s’ébrèchent, une ville où tout se détraque. Une de preuves les plus impressionnantes, ce sont les chiens. Dans une première phase, ils ont quitté en masse leurs maîtres pour se réfugier dans les montagnes voisines de la ville et dans une deuxième phase, ils sont revenus pour envahir New-York, de manière parfois agressive, adoptant un comportement illogique et pourtant intelligent.

Des personnages atypiques, une ambiance de fin du monde et des réflexions prophétiques pour un livre écrit en 1977 et qui a reçu le prix Goncourt la même année. Et justement… c’est un Goncourt, avec tout ce qu’un Goncourt peut avoir de soporifique et d’opaque. Il m’est arrivé de relire plusieurs fois la même phrase sans la comprendre pour autant ! Je me suis plutôt ennuyée malgré l’animation, les couleurs, les bruits, les odeurs newyorkaises que Decoin sait si bien retranscrire. J’ai regretté de ne pas aimer ce livre, j’y ai pourtant mis tout mon cœurJ, je ne nierai en aucun cas la qualité d’écriture de Decoin ni certains passages, très beaux. John a une petite maison qu’il va devoir rapidement hypothéquer (pour payer la caution qui lui permettra de sortir de prison) mais dans un premier temps, il accueille Dorothy et, pour qu’elle soit à l’aise, il parfume les murs de sa maison, comme l’explique l’extrait ci-dessous (que j’aime vraiment beaucoup !)

« Cette nuit, John l’Enfer ne dormira pas : il travaillera sa maison comme une pâte à pain.

Et d’abord, puisque cette fille n’y voit pas, offrons-lui des odeurs. Que la maison tout en bois sente le navire à trois, quatre ou cinq mâts : que miss Kayne ne quitte pas le parfum rugueux d’un béton d’hôpital pour retrouver, plus loin, le relent d’un autre béton. Ici, il faut que ça pue franchement la cale, le grand large. A cet effet, John a acheté douze bouteilles de rhum, de ce rhum gras et bon marché dont les Portoricains arrosent les crêpes et flambent les bananes ; il les débouche, en répand le contenu sur les murs de sa maison : le bois retiendra les principes alcooliques, mais restituera les effluves essentiels ; il faut ensuite introduire, dans les interstices des parois, des gousses de vanille fendues par le milieu. »

« Le douzième laveur de carreaux qui s’écrase en moins de six mois. Tous des Indiens. Je le croyais pourtant différents de nous autres, insensibles au vertige ? Oui, ça se passe dans leur oreille interne. Maintenant, si ça se trouve, ils s’adaptent. Et ils en meurent. »

« Un pigeon, un soir, se posera sur la poitrine du Cheyenne. Un pigeon ou un cormoran. Et l'homme laissera faire. Ce serait beau qu'un oiseau vienne comme ça pondre sur moi, pendant que je lui ressemble. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Annick de la Villanelle 01/01/2015 14:34

moi c'est tout le contraire. j'avais aimé "Abraham de Broklyn" comme j'ai aimé "John l'enfer". au fond ce sont nos sdf à nous, nos paumés, nos naufragés comme ceux que nous pourrions être si nous nous laissions emporter par un tsunami imaginaire mais terriblement destructeur mentalement. Decoin est devenu un de ceux qui élisent les "meilleurs" prix ; ça le regarde mais il avait le bois qui font les vrais écrivains qu'il ne sera plus à moins d'un sursaut auquel je ne crois pas car il est "rangé des voitures" confortable dans ses pantoufles de bourgeois.

Violette 04/01/2015 11:34

:-) Merci pour ton commentaire, très constructif. Ça me rappelle juste que j'ai bien envie de lire d'autres de ses romans, à ce monsieur Decoin...

dasola 17/07/2013 22:22


Bonsoir Violette, j'avais découvert Didier Decoin avec ce roman (il y a plus de 20 ans), je me suis arrêtée là. Pas aimé du tout. Bonne soirée.

Violette 27/07/2013 10:58


Il a écrit de très beaux textes, je te conseille de persévérer :-)


Neph 17/07/2013 15:31


Didier Decoin parle si bien des femmes que je crois que ce John ne me plairait pas vraiment ! J'ai lu récemment son tout dernier titre, "La Dernière Pendue de Londres", et je te le conseille
vivement.

Violette 17/07/2013 21:03


Ok, merci, je note le titre.


Lilibook 16/07/2013 18:49


Je dois bien avouer que je n'ai jamais lu cet auteur encore...

Violette 17/07/2013 21:07


Ce n'est pas un souci, il existe tant de titres que tu as le choix :-)


Alex-Mot-à-Mots 14/07/2013 08:13


La dernière citation est.... étrange.

niki 12/07/2013 16:49


si ça sse passe à new york, ça devrait me plaire 


je n'ai encore rien lu de didier decoin, mais vu diverses interviews dans lesquelles il parle de son père, le réalisateur henri decoin - j'avoue que j'aime bien

Violette 12/07/2013 18:57



c'est un homme touchant. Son oeuvre est vaste!



sous les galets 12/07/2013 12:21


Moi, je n'ai rien lu de lui....et ce n'est visiblement pas par celui-là que je vais commencer. Par contre j'adore ta phrase littérairement incorrecte "tout ce que le Goncourt a de soporifique".
Il y a des Goncourt qui m'ont emballée et d'autres qui me sont vraiment tombés des mains ;-)

Violette 12/07/2013 19:06



:-) Comme déjà dit, je suis sûre que certains apprécieraient ce roman. Je suis passée à côté, c'est tout.



jerome 11/07/2013 20:21


J'aime bien Decoin moi aussi mais il faut reconnaître que sa production est parfois inégale.

Violette 12/07/2013 19:08



très variée aussi! Bah, j'en lirai d'autres!



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages