Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 16:50

S'adapter - Clara Dupont-Monod - Babelio

Le hasard fait bien les choses, j’ai lu ce roman au moment où il a reçu le Prix Goncourt des Lycéens, et la récompense est méritée.

Une famille ordinaire quelque part dans les Cévennes. Un troisième enfant naît mais la mère se rend compte qu’il est aveugle, quelques semaines plus tard, qu’il ne tient pas sa tête et ne réagit à aucun stimulus. Le verdict tombe : il va rester handicapé, ne saura ni marcher ni parler ni même se tenir assis. Il faudra lui donner des purées, lui changer les couches, le porter ; et son espérance de vie sera très courte.  L’aîné se sent rapidement investi d’une mission, c’est lui qui s’occupe de cet « être évanoui avec les yeux ouverts », veille à ce qu’il ait chaud, qu’il porte son pyjama violet préféré, il lui parle, lui décrit la nature, lui caresse la joue. La cadette se braque, rejetant ce petit frère si différent qui lui interdit d’inviter des copines à la maison, qui lui a pris son grand frère. Elle s’oppose sans cesse, refuse ; seule sa grand-mère lui offre une normalité où elle va s’engouffrer sans rien plus voir d’autre. Mais la mort du petit frère constitue pour elle un réveil, elle aura à cœur de mettre ses élans de rébellion de côté et d’apaiser l’ambiance familiale, en veillant au grain au bonheur des autres. Enfin, il y a « le dernier » car, à la mort de l’enfant handicapé, les parents ont eu un quatrième enfant qui a su très tôt qu’il venait après un être à part qu’il a considéré comme un « invisible compagnon. »

C’est un roman de pure beauté dans tous les sens du terme. L’écriture est sublime, un brin suranné, elle enivre le lecteur de mots choisis avec élégance et justesse. Le contenu, quant à lui, est tout aussi précieux : le garçon handicapé devient le centre de cette famille dont les membres tournent autour de cet astre lumineux qui reste présent et influent même après sa mort. Les narratrices sont les pierres, de « vieilles gardiennes », et ce choix rend le texte encore plus fort car, comme chez Cécile Coulon, le lieu revêt une importance capitale. Montagne, rivière, crapauds, pipistrelles, gloméris, sapins, … sont les témoins muets de l’existence de cette famille si remarquable. J’ai vraiment été très touchée par ce récit qui est tout sauf larmoyant mais solaire, vivant et plein d’amour, et qui prouve que chacun « s’adapte » à sa manière à l’arrivée d’un être différent -  c’est aussi une vision étrangement rassurante de la mort.

COUP DE CŒUR ! Il vous reste deux choses à faire : lire ce beau livre si ce n’est pas déjà fait et me proposer d’autres titres de cette autrice que je suivrai désormais de près !

« Enchâssées dans le mur, nous surplombons leurs vies. Depuis des millénaires, nous sommes les témoins. Les enfants sont toujours les oubliés d’une histoire. On les rentre comme des petites brebis, on les écarte plus qu’on ne les protège. Or les enfants sont les seuls à prendre les pierres pour des jouets. Ils nous nomment, nous bariolent, nous couvrent de dessins et d’écritures, ils nous peignent, nous collent des yeux, une bouche, des cheveux d’herbe, nous empilent en maison, nous lancent pour faire un ricochet, nous alignent en limites de goal ou en rails de train. »

L’aîné : « Il aimait par-dessus tout l’impassible bonté, la primaire candeur de l’enfant. Le pardon était dans sa nature puisqu’il n’émettait aucun jugement. Son âme ignorait, de façon absolue, la cruauté. Son bonheur se réduisait à des choses simples, la propreté, la satiété, le moelleux de son pyjama violet ou une caresse. L’aîné comprenait qu’il tenait là l’expérience de la pureté. »

Le dernier : « Voilà, c’était aussi simple qu’un panorama, aussi limpide : il était là tandis que l’enfant n’était plus là. Il le pensait sans dramaturgie i tristesse, c’était le constat d’un compagnonnage, je suis ici tandis que toi, tu es ailleurs, et ceci valait pour lien. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

T
Bon bon je le lirai sans doute. Il le semble que j'ai Le roi disait que j'étais diable, il faudrait que je vérifie.
Répondre
A
Il vient d'arriver chez moi, j'ai hâte de le lire ! <3
Répondre
V
je viendrai lire ton avis avec plaisir !
K
Bien sûr que je vais le lire !
Répondre
V
tant mieux:)
I
Coucou Violette,

Je me suis permis de récupérer ton lien pour l'ajouter au récapitulatif (pour le moment balbutiant) de l'activité "lie autour du handicap lancée par Eva, Patrice et moi, et consistant à lire, entre décembre 2021 et décembre 2022, des textes traitant du handicap, ou ayant comme héros un personnage handicapé.
Ton billet est donc tout à fait d'actualité !
Répondre
V
ah oui, avec plaisir ! Je n'ai pas vu passer ça, j'ai un peu la tête dans le guidon en ce moment...
E
sublime!!! quelle sensibilité ! un de mes coups de cœur de cette rentrée :-)
ses prix sont amplement mérités
ses précédents livres m'avaient déjà beaucoup plu elle est excellents dans ce domaine aussi :-)
Répondre
V
J'ai découvert l'autrice et ce fut un beau succès ! Quel talent, en effet !
A
Un roman magnifique, mon coup de coeur de cette rentrée.
Répondre
V
Je te comprends!
M
On va me le prêter bientôt et je suis vraiment curieuse de découvrir ce roman dont on parle tant.
Répondre
V
J'étais sceptique au départ et chaque page tournée m'a convaincue que c'était un excellent roman.
Z
Je l'ai dans ma pile ramenée de la bib
Répondre
V
Bonne lecture, alors !!
P
Je vois actuellement ce livre partout, mais s'il a reçu le Goncourt des Lycéens, c'est normal. Je le lirai quand il sortira en poche. Bonne semaine.
Répondre
V
Le Goncourt des Lycéens est assez fiable, je trouve, en général. Bonne semaine à toi !
D
Un thème qui me touche beaucoup. Je le lirai.
Répondre
V
Il m'effraie un peu et il est magnifiquement traité ici, vraiment !
C
Jamais lu cette autrice, mais me voila tentée par ton billet tellement enthousiaste. J'ai souvent beaucoup aimé le goncourt des lycéens.
Répondre
V
Oui, le Goncourt des Lycéens est un bon repère, je trouve aussi.
K
Je pense bien le lire aussi. Je crois que ses autres romans sont des romans historiques, sans comparaison donc avec celui-ci (mais sans doute très bien aussi !)
Répondre
V
Oui, c'est ce que j'ai cru comprendre aussi, comme j'aime moins les romans historiques, je vais voir...
M
Pour moi aussi c'est un coup de cœur ! Je l'ai d'ailleurs présenté récemment sur mon blog...
Répondre
V
Je viens te lire !
A
Je l'emprunterai à la bibliothèque dans quelque temps.
Répondre
V
C'est un beau roman.
K
J'espère le lire, sans me laisser troubler par l'avalanche de pris reçus par ce roman. ^_^
Répondre
V
Il suffit de ne pas y penser ;)