Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 19:31

Je ne connaissais pas cette pièce de Vian, alors qu’elle est sa pièce la plus jouée en France et à l’étranger.

Le premier acte se passe dans un appartement bourgeois où débarque une famille par l’escalier d’en bas. Il y a le père et la mère, leur fille, Zénobie, et Cruche, la bonne. On comprend que si la famille s’installe dans cet endroit, c’est parce qu’elle a fui le précédent logement, celui du dessous, bien plus vaste et plus confortable que celui-ci. Un cinquième personnage se tient à l’écart, déjà présent dans la pièce. C’est le Schmürz. Il est le bouc émissaire des adultes. Chaque fois que l’un d’eux est contrarié, gêné ou ne sait pas quoi dire, il va aller le bastonner.  Seule Zénobie l’épargne. Seule Zénobie remarque sa présence et parle de lui. Il est question de marier la jeune fille au voisin, Xavier.

Dans le deuxième acte, la famille a encore déménagé à un étage supérieur, pour un appartement plus petit. Pourquoi ce changement ? A cause du « Bruit », une menace indéterminée venant de l’extérieur. Le Schmürz est toujours là aussi, il prend des coups de plus en plus violents, sans broncher. On apprend que Xavier est mort, mais ça n’a pas l’air d’affecter la famille. « Notre sort est enviable » répète le père. La bonne quitte le navire. A la fin de l’acte, les parents envoient Zénobie toquer chez les voisins. Lorsque le Bruit retentit, le père claque la porte, condamnant ainsi sa fille : « Les enfants finissent toujours par quitter leurs parents. C’est la vie. »

Le dernier décor est misérable. De la même manière que le père avait lâchement abandonné sa fille, il mure la trappe de l’escalier où se trouve sa femme. Il se retrouve seul. Diverses réflexions parsèment son monologue, il nie son passé et dit s’être toujours trouvé seul.


            Le Schmürz pourrait symboliser un exutoire, un défouloir. La quatrième de couverture de mon livre donne une autre piste : celle de la figure du travailleur immigré, rejeté et humilié par les Français. Ainsi, la jeune génération serait plus à même d’accepter l’étranger ; Zénobie, balayant le conservatisme et l’aveuglement de ses parents,  se montre plus ouverte et plus tolérante vis-à-vis du Schmürz.

            Voilà une pièce intéressante qui prête à réfléchir. Le lecteur-spectateur est sans cesse tiraillé entre le rire, provoqué par le cocasse des situations, et la honte, l’indignation face au traitement infligé au bouc émissaire de la pièce mais aussi à l’individualisme et à l’égoïsme des personnages. L’absurde fonctionne à plein régime, les jeux sur le langage m’ont beaucoup amusée, la bonne, par exemple, est l’incarnation d’une figure de style : l’énumération. Elle ne s’exprime que pour faire des listes :

« Zénobie : Qu’est-ce que tu vas faire avec cette laine ?

Cruche : Un chandail, un tricot, un vêtement, un jersey, un sweater, un pull-over, une camisole, un ouvrage au crochet. »

La question du jeu de l’acteur incarnant le Schmürz peut être posée : rôle ingrat par excellence, le pauvre bonhomme encaisse coups et crachats, il se fait même piquer avec une épingle à chapeau !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Moka 03/03/2013 18:11


Je ne connaissais pas ce titre !


Et je participe aussi au défi !

Violette 03/03/2013 18:31



le théâtre n'est pas toujours "facile à lire"...



Philippe D 26/02/2013 21:35


Je n'ai encore jamais rien lu de Boris Vian. Il manque à ma culture!


Bonne fin de soirée. 

Violette 27/02/2013 10:19



moi j'ai envie de relire L'Ecume des jours... Bonne journée!



Eimelle 26/02/2013 12:05


si tu as un problème (il commence à y avoir bcp de commentaires sur la page du challenge, ça rame) tu peux m'envoyer les liens par mail

Violette 26/02/2013 21:01



ok, ça marche. Chez moi, tout rame, c'est pénible...



Eimelle 26/02/2013 10:59


une pièce que je ne connaissais pas du tout non plus, je l'ajoute à ma liste à lire, merci pour cette participation au challenge!

Violette 26/02/2013 11:23



ça me fait plaisir (même si je mets souvent un temps fou à réussir à laisser un commentaire sur ton blog!)



L'Irrégulière 25/02/2013 13:57


Je ne connais pas du tout Vian dramaturge... à voir, donc !

Violette 26/02/2013 10:10



ça mérite une lecture!



isa tout simplement ... 24/02/2013 09:50


je t'avoue que je ne connaissais pas non plus et que je découvre avec ton billet ... pourtant , Boris Vian , j'en ai lu quelques uns dans ma jeunesse mais les pièces ne sont pas forcement un
genre qui me plait ! 

Violette 24/02/2013 18:58



tu n'es pas la seule à ne pas lire de pièces de théâtre. Je n'avais jamais lu celle-ci mais au final, l'histoire me disait quelque chose...



Malika 24/02/2013 08:56


Je ne connaissais pas du tout cette pièce non plus !!!

Violette 24/02/2013 18:59



elle est à découvrir!



Yspaddaden 23/02/2013 22:23


Je ne connaissais pas non plus, je serais curieuse de voir cette pièce représentée.

Violette 26/02/2013 09:56



oh, moi aussi !



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages