Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 19:01

 

null

Rohhhh, je suis déçue d’avoir été déçue. J’avais mis de grands espoirs en ce roman américain à la séduisante couverture…

            Le narrateur, Gabriel,  est un adolescent de 17 ans qui a perdu père et mère, et, parce qu’il s’est fait renvoyer de l’école pour avoir commis quelques bêtises nicotiniques, se retrouve à vivre avec son frère, Spencer, de 10 ans son aîné. C’est alors que Gabriel entend parler de Lilian Dawes comme d’une femme naturellement belle et attirante. Il l’entraperçoit la première fois à cheval puis la surprend en train de danser le tango dans un bar cubain avant d'entendre dire qu’on l’aurait vue à Venise avec un faux comte italien et qu’elle voyageait sous un autre nom… Les apparitions fugaces de cette jeune femme mystérieuse aux multiples talents rythment le roman jusqu’au moment où Gabriel entretient enfin une relation (amicale) plus stable avec elle. Evidemment, le grand frère Spencer n’a d’yeux que pour Lilian et les deux compères sont très vite comparables aux mouches sur un pot de miel…

            Pourquoi n’ai-je pas aimé cette description de la jeunesse dorée (et moins dorée) newyorkaise des années 50 ? Je me suis ennuyée. J’ai eu un mal fou à me raccrocher à l’intrigue que j’ai trouvée maigrichonne, les nombreux pseudos de Lillian et la naïveté de Gabriel m’ont agacée. Est-elle artiste, espionne, aventurière ? nous demande le texte de la quatrième de couverture. On n’en sait trop rien, un peu de tout ça sans doute mais … je m’en fichais.

Il est vrai que ma lecture s’est prolongée, que je n’ai pas eu l’occasion de lire des longs passages qui m’auraient peut-être permis de m'immiscer beaucoup plus dans l’atmosphère du bouquin.

Voilà quoi.

Pour terminer sur quelques notes positives car il y en, je n’ai pas détesté le roman non plus, certains personnages m’ont fait sourire, à commencer par l’excentrique Tante Lavinia, grosse bourgeoise imbue d’elle-même, ne jurant que par son chien qu’elle considère comme un noble, et distribuant des cadeaux en veux-tu en voilà. Spencer n’est pas mal non plus dans le rôle de l’artiste incompris.
Et surtout, certains passages m’ont fait penser à Irving par leur humour. Les préoccupations de Gabriel se résument à peu près à cela : « J’attrapai une poignée de chocolats, espérant en trouver un au caramel ou à la noix de coco. Nous avions depuis longtemps perdu la fiche qui accompagnait la boîte, si bien que la seule façon de savoir quel chocolat on mangeait, à moins d’y goûter, était de piquer une épingle par en dessous et de regarder la couleur de la petite perle qui en sortait. De cette façon, on pouvait, ni vu, ni connu, reposer ceux qu’on n’aimait pas. » Fumer est également une activité étrange pour le narrateur, « une sensation désagréable, comme de se brosser les sourcils dans le mauvais sens ».

Il y a enfin cette belle citation que j’ai déjà rencontrée sur de nombreux blogs : « Apprendre à connaître quelqu’un est un plaisir à savourer, comme du chocolat. On ne peut pas l'avaler tout rond, il faut le laisser fondre lentement afin que le palais en goûte chaque infime nuance. »

Il y a de quoi, me direz-vous à raison, d’aimer ce livre, mais la magie n’a pas opéré dans ma petite tête… Le texte est remarquablement bien écrit mais justement, pour moi, c’est un bijou qu’on aurait tant et tant poli et travaillé, qu’il en aurait perdu son éclat.

Pour lire un avis résolument enthousiaste, allez donc voir L’Irrégulière !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Iluze 14/01/2011 10:57


Il me plaisait mais je suis un peu moins enthousiaste maintenant...


Violette 14/01/2011 13:07



peut-être ne faut-il pas se fier à mon seul jugement?



soukee 12/01/2011 20:00


Un de mes coups de coeur 2010 ! J'avais justement adoré cette description de la jeunesse new-yorkaise. ;)


Irrégulière 12/01/2011 14:41


Désolée...


Violette 12/01/2011 14:49



nan, nan, ne sois pas désolée, hein! surtout pas!!! c'est peut-être moi qui l'ai mal lu, à lire 3 pages par-ci, 3 pages par-là...



pimprenelle 11/01/2011 21:41


Mince, c'est toujours frustrant quand on en attend trop et qu'on est déçue... pour ma part, je passe mon tour sur ce titre!


Violette 12/01/2011 11:50



ben oui, m'enfin, ça arrive ! je ne veux dégoûter personne de cette lecture, cependant !



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages