Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 décembre 2018 1 03 /12 /décembre /2018 16:29

Résultat de recherche d'images pour "leurs enfants après eux"

            En été 1992, à Heillange, dans l’est de la France, Anthony et son cousin tuent le temps comme ils peuvent. Anthony a 14 ans ;  la poitrine et la queue-de-cheval sexy de Steph l’attirent, il essaye de l’approcher mais se heurte à sa propre timidité, à l’arrogance de la belle, au qu’en-dira-t-on. Un soir, pour rejoindre une soirée sans parents, il pique la bécane de son père, celle qu’il n’utilise jamais. Mais, alors qu’il fume et s’enivre, Hacine, un petit caïd qui doit se faire un nom, vole l’engin. Dans ce microcosme où Paris fait rêver, où les parents perdent leur boulot ou divorcent après la fermeture des hauts-fourneaux, les grands enfants se dépatouillent comme ils peuvent en découvrant alcool, sexe et drogue. Deux ans plus tard, toujours en été, sur l’air de « You could be mine », Anthony a grandi et un peu mûri. Grâce à Vanessa, le sexe n’a plus que très peu de secrets pour lui mais il convoite encore Steph en secret. Hacine, lui, a fait une virée très productive au Maroc, et revient avec une Volvo remplie de barres de shit. Les années s’écoulent et après 94, on se retrouve en 96 puis en 98 lors de ces quelques jours enchanteurs qui ont bouleversé le pays entier, la Coupe du monde et la victoire de la France contre la Croatie. Les choses ont bougé mais finalement peu changé, comme si une malédiction pesait sur cette petite ville, qu’on se refilerait de père en fils, de mère en fille. Peu s’en sortent et réussissent.

          Il m’a bien fallu une cinquantaine de pages pour apprécier à la fois l’histoire, l’univers et les personnages. Si on se limite aux beuveries, fumettes, tentatives de drague d’ados de 14 ans, on risque de dépérir à force de soupirer. Et pourtant, l’auteur réussit, par un exploit assez extraordinaire, à rendre cet univers plutôt navrant, ces personnages un peu agaçants et platement ordinaires tout à fait attachants et passionnants ! Mon engouement grandissait à mesure que je tournais les pages et j’en aurais bien rajouté une centaine ! Nicolas Mathieu avait 14 ans en 1992 comme Anthony, un de personnages principaux… et il se trouve que j’ai le même âge. Alors les balades à  biclou (je n’avais plus entendu ce mot depuis des décennies !), les pulls Waïkiki, les baskets Torsion, Miguel Indurain, la Coup du Monde de 98, tout ça fait bien plus que me parler, c’était mon adolescence avec ce qu’elle comportait de rêves, de complexes, d’affranchissements, de doutes et d’espoirs. Entre un foisonnement à la Zola et un réalisme social façon frères Dardenne, le roman dissèque de manière très juste un monde resté clos où les ados semblent perdus entre l’enfance et l’adolescence dans une jungle âpre et sans concession où les adultes, encore plus paumés, ne sont plus des repères. Il se trouve que j’ai regardé la série Aux animaux la guerre diffusée sur France 3 à la même période que la lecture de ce roman et j’ai retrouvé les mêmes ingrédients chers à l’auteur, cette volonté de se sortir d’un bourbier par n’importe quel moyen, les malchances, les déviances, le réalisme fouillé et juste, les personnages brillamment dessinés. Attention, je suis en passe de devenir fan !

         Pour sa perspicacité, ce pessimisme révélateur d’une génération et d’une région, la tendresse insufflée aux personnages, ce roman mérite amplement le prix Goncourt. J’en fais un coup de cœur.

Merci à Tiphanie pour ce prêt –je suis jalouse de la dédicace !!!

Le choc de l’adolescence : « Il courut comme ça un moment, mais il ne savait pas où aller et n’avait pas l’intention de rentrer. Il en voulait à la terre entière. Il n’y a pas si longtemps, il lui suffisait de se taper des popcorn devant un bon film pour être content. La vie se justifiait toute seule alors, dans son recommencement même. Il se levait le matin, allait au bahut, il y avait le rythme des cours, les copains, tout s’enchaînait avec déconcertante facilité, la détresse maximale advenant quand tombait une interro surprise. Et puis maintenant, ça, ce sentiment de boue, cette prison des jours. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Clément 30/12/2018 10:53

Je viens de terminer ce livre évident et reflet toujours actuel de notre société. Hugo (Les Misérables), Zola (Les Rougon-Macquart) puis Céline (Voyage au bout de la nuit) entre autres avaient déjà, avec leur style et leur langue, décrit cet univers, hélas, sans pitié d'une France exploitée par le fric toujours détenu par les mêmes : une poignée de valets à la solde d'un très petit nombre qui se fiche éperdument de la vie et de l'avenir de l'autre.

Même avec le progrès, le développement de la technologie (aujourd'hui le tout numérique qui transforme peu à peu les humains en robots leur donnant pour leur éviter de penser et d'analyser - selon l'expression latine bien ancienne mais toujours aussi vraie et vérifiable - panem et circenses : du pain et des jeux), rien ne change et l'homme est - et sera - encore un loup pour l'homme.
........
"J'ai bu l'alcool transparent des cerises
J'ai bu les serments échangés tout bas
Qu'ils étaient beaux les palais les églises
J'avais vingt ans Je ne comprenais pas
.......
Comme l'enfant surpris parmi ses rêves
Les regars bleus des vaincus sont gênants
Le pas des pelotons à la relève
Faisait frémir le silence rhénan." (Aragon, Les larmes se ressemblent)

MTG 08/12/2018 12:00

On en parle beaucoup de ce livre . Trop dense et compact pour moi si je peux dire mais ce doit être un vrai bon livre !

Violette 08/12/2018 13:06

Il se lit bien, et vite… parole de lectrice débordée!

A_girl_from_earth 07/12/2018 22:01

Ah oui un coup de coeur, carrément ? Une libraire m'en a parlé avec le même enthousiasme, elle a failli me convaincre la bougresse, mais j'ai du mal avec les histoires d'adolescents. Elle m'a dit qu'elle aussi mais vraiment ce livre était une véritable réussite. Je reste sceptique, me connaissant mais peut-être qu'un jour, je céderai à la curiosité.

Violette 07/12/2018 22:12

oui ! et plus le temps passe, lus je me rends compte que je l'ai vraiment adoré ! Je pourrais dire comme ta libraire, surtout que j'avais cumulé les lectures sur les ados avant celui-là et ben, que nenni, c'est du bon, du très bon!!

manou 07/12/2018 07:32

Il devrait être dans la hotte du père noël pour une fois qu'un Goncourt mérite son prix :) Merci pour ta chronique qui prouve bien que parfois il faut s'accrocher pour faire de belles découvertes

Violette 07/12/2018 22:13

:) Oui il mérite le Goncourt! Bonne lecture alors!

Lili 06/12/2018 20:37

Ah ben tu vois, a priori, il ne m'attire pas du tout, ce bouquin, mais tu as réussi à me le vendre à fond ! J'ai envie de le lire maintenant !

Violette 06/12/2018 22:27

oui, il vaut le détour, il ne me faisait pas non plus envie de prime abord!

Alex-Mot-à-Mots 06/12/2018 11:37

Il me tarde maintenant de le lire.

Violette 06/12/2018 16:08

tant mieux!

monpetitchapitre 06/12/2018 09:54

Tu n'es pas la permière à dire qu'il faut un peu de temps avant de rentrer dans l'histoire. C'est bon à savoir. Mais j'attends un peu que l'engouement du Goncourt retombe avant de le lire.

Violette 06/12/2018 16:08

et il ne faut surtout pas le lâcher ce livre! Il mérite vraiment qu'on s'y intéresse !

dasola 06/12/2018 07:53

Bonjour Violette, alors comme ça, tu as 16 ans de moins que moi : veinarde. Quant au roman, je le lirais certainement mais avant, j'ai "Aux animaux la guerre" le roman précédent qui m'attend dans ma PAL. Bonne journée.

Violette 06/12/2018 16:07

Eh oui, je ne cache plus mon âge… :)
j'ai vu la série Aux animaux la guerre, c'est très noir mais je pense aussi qu'il est judicieux de lire celui-ci avant les enfants après eux. Bonne journée à toi !

Jerome 05/12/2018 14:50

Une très belle écriture et une construction du récit efficace mais on tombe parfois dans la caricature avec certains personnages (et certains de leurs comportements surtout), c'est dommage.

Violette 05/12/2018 16:00

tu penses à quels personnages? Je n'ai pas vraiment trouvé que les traits étaient grossis, que c'était assez juste, au contraire.

Tiphanie 05/12/2018 13:41

Quel beau billet!! ça donne envie limite de relire le roman, moi aussi j'ai beaucoup aimé, et j'ai déjà hâte d'en lire un autre! Il me reste la série que nous n'avons pas encore commencé. D'ailleurs si ça t'intéresse je l'ai le roman Aux animaux la guerre! Ah et toi tu ne t'es pas demandé ce qu'était devenu Vanessa? Moi j'aurais aimé savoir!

Violette 05/12/2018 16:01

oui, tu as raison! Sacrée professeure la Vanessa:) Je veux bien Aux animaux la guerre mais alors plus cette année, je n'y arriverai pas!
Sinon, merci pour ta jolie remarque:)

Luocine 05/12/2018 08:02

Un bien joli billet qui donne envie de lire ce roman.

Kathel 04/12/2018 18:17

J'ai beaucoup aimé aussi, bien que je ne sois pas de la même génération ;-) (mes filles étaient à l'école ou au collège à ce moment-là).

Violette 04/12/2018 20:19

ça ne fait pas tout mais ça a vraiment rajouté un petit plus...

Eve-Yeshé 04/12/2018 15:16

Je le lirai sûrement mais rien ne presse, j'attends aussi qu'il soit disponible à la BM :-)

Violette 04/12/2018 20:19

ah non, rien ne presse;)

Mimi 04/12/2018 12:41

Beaucoup de battage autour de ce livre, aussi j’attends que tombe la pression pour le lire. Car oui, j’ai envie de le lire et tu confirmes mon souhait par ta critique. Merci.

Violette 04/12/2018 15:37

un battage normal pour un Goncourt mais justifié et mérité.

Saxaoul 04/12/2018 10:20

C'est ma génération aussi et il y a certainement beaucoup de choses qui me parleront dans ce roman. J'ai quand même un peu peur de me lancer car je suis souvent fâchée avec le Goncourt. Je le lirai quand il sera sorti en poche ou alors je l'emprunterai.

Violette 04/12/2018 15:39

Il vaut vraiment vraiment le détour! Un peu comme Au revoir là-haut en 2013, le prix est mérité.

keisha 04/12/2018 07:40

Je peux attendre que l’intérêt soit retombé, et puis il est toujours emprunté

Violette 04/12/2018 16:09

le succès de Goncourt m'épatera toujours… et que certains ne lisent que cet unique livre dans l'année...

krol 03/12/2018 20:49

Je ne m'y attendais pas mais j'ai beaucoup aimé.

Violette 04/12/2018 15:39

il est assez formidable, n'est-ce pas?

Ingannmic 03/12/2018 19:42

J'avais beaucoup aimé son premier roman, "Aux animaux la guerre", et j'avais bien l'intention de lire ce second titre lorsqu'il est sorti. Je vais finalement attendre sa sortie poche, pour l'apprécier "a posteriori", une fois l'engouement retombé, mais je suis ravie que ce jeune auteur par ailleurs très sympathique (j'avais eu l'occasion de le rencontrer sur un salon au moment de la sortie de son premier titre) ait obtenu le Goncourt..

Violette 04/12/2018 15:40

j'ai l'intention de lire Aux animaux la guerre (vu la série, très bien) mais je vais surtout guetter les prochaines sorties de ce monsieur!

Anne 03/12/2018 19:36

J'attends avec impatience de tomber sur ce roman à la bibliothèque !

Violette 04/12/2018 16:08

je te comprends!

zazy 03/12/2018 19:20

Pas pour moi en ce moment

Violette 04/12/2018 16:08

oh? pourquoi?