Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2017 5 29 /09 /septembre /2017 09:23

 

 

 

               Schoch est un ancien employé de banque qui s’est retrouvé dans la rue suite à un chagrin d’amour. Vadrouillant à Zurich à son rythme de SDF, de gare en grotte et de trottoir en foyer, c’est un taiseux qui a tendance à abuser de bières. Un jour, il découvre dans sa grotte qui lui sert de refuge un petit éléphant rose luminescent. Cette créature est un véritable éléphant nain ! Non, Schoch ne délire pas : cette créature issue d’une manipulation génétique est à la fois brillante dans la nuit et minuscule pour un pachyderme, de la taille d’un chat. L’intrigue commence réellement parce que ce petit éléphant semble malade : Schoch se rend chez la vétérinaire des gens de la rue, Valérie, qui accepte de garder ce secret insensé et cache à la fois Schoch et la créature dans la maison vide de ses parents. En parallèle, les retours en arrière nous permettent de comprendre pourquoi la petite éléphante que Schoch va surnommer Sabou, se retrouve seul dans une grotte, comment il a été créé, quels ont été les enjeux de cette formidable trouvaille génétique qui, évidemment, est synonyme de médiatisation, succès et argent. Les nouveaux « parents » de Sabou ainsi que le cornac qui s’est occupé de sa mère ne souhaitent pourtant y voir qu’un don du ciel…

           Si le postulat de départ a de quoi surprendre et faire sourire, il est si bien amené qu’on y croit très vite et que ce petit éléphant rose brillant revêt rapidement une dimension sacrée, convoitée, adulée. Quant au style de Martin Suter, c’est un croisement entre Pierre Raufast, un roman de SF, un thriller au scénario bien ficelé et un conte des Mille et une nuits. Notre Schoch marginal m’a également fait penser à Harold et Maude de Colin Higgins et même à John Irving ! Bref, un mélange surprenant qui fait mouche et le résultat est un joli prétexte au rêve et à la réflexion, qui va nous faire aimer les animaux… et peut-être même les humains !

Quant à la luminescence des animaux, elle existe déjà et porte le nom de glowing animals (voir cet article… personnellement, ça me fait froid dans le dos !)

Jérôme fait du roman un de ses préférés de la rentrée littéraire!

Deuxième apparition de l’éléphant rose qui brille ! « Il était de nouveau là, rose luminescent, avec de petites oreilles déployées – le fantôme de la nuit passée ! Schoch retint son souffle et ne bougea plus. Le mini-éléphant restait lui aussi immobile. Tellement immobile que Schoch finit par pousser un soupir. C’était donc bien un jouet. Il pénétra dans la grotte, en rampant, et tendit la main pour l’attraper. Mais avant qu’il ne le touche, l’objet se déplaça. Il baissa la tête puis la releva d’un coup en lançant sa trompe en l’air. »

Les conclusions du vétérinaire au sujet de Sabou : « Elle n’a aucun point de comparaison. Mais elle se sent sûrement comme un éléphant. Fière comme un éléphant. Aussi terrifiante qu’un éléphant. Et digne comme un éléphant. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

N
effectivement cela a de quoi surprendre, mais ce que tu en dis donne vraiment envie de le découvrir ;) J'imagine qu'il y a aussi une dimension métaphorique et j'ai hâte de lire ce récit ;)
Répondre
V
on y pense tout le long du roman et ce petit éléphant rose brillant que tout le monde convoite fascine...
N
Le mélange des genres dont tu parles titille fortement ma curiosité !!
Répondre
V
c'est une bonne nouvelle!
N
Repéré chez Jérôme, je ne sais pas, j'ai lu "Le cuisinier" de cet auteur et ça m'avait mortellement ennuyée. Mais qui sait, celui-ci, peut-être... Bisous
Répondre
V
ravie d'avoir un avis sur Le cuisinier! je vais piocher un autre titre alors...
D
Comme quoi un éléphant ça trompe énormément...
Tu m'intrigues énormément
bises et bon dimanche
Répondre
V
le fait que j'adore les éléphants (héritage paternel qui sait les peindre parfaitement) rajoute à mon engouement!
E
On ne peut que le retenir suite à un tel article :)
Répondre
D
Pour ma part j'ai vu des éléphants peindre... C'était déroutant :-O
Les éléphants sont des animaux fascinants, je comprends ton engouement.
Bisous
V
:)
G
Oui alors c'est vrai que le pitch est assez loufoque, mais je dois dire que je suis assez tentée (alors que bon les animaux généralement, cela me laisse froide), j'aime beaucoup ce que tu dis de la rencontre de ce héros un peu tout cassé et de cet éléphant extraordinaire.
Répondre
V
c'est une rencontre atypique et tu ne pourras que craquer sur ce mini-éléphant! Un roman complet dans le sens où il nous balade à travers différentes genres.
J
Il est dingue de ce dire que tout cela est "scientifiquement possible" ! Un roman décalé qui m'a beaucoup amusé et qui pose quelques questions importantes sur le champ des possibles offert par la génétique, pour le meilleur et pour le pire.
Répondre
V
tout à fait, c'est à la fois effrayant et admirable!
K
On commence à le voir un peu partout ce roman qui amuse par son propos.
Répondre
V
c'est drôle, ça fait réfléchir, c'est original et l'intrigue est sympathique... tout y est finalement!
M
J'ai bien ri ! Un ancien employé de banque nommé Schoch (presque scotch du nom d'une fameuse boisson) qui abuse de la bière et qui voit des éléphants roses... on se moque de qui là ? Martin Suter a dû bien rire en écrivant son roman tiré un peu par les cheveux, dunmoins au début !
Répondre
V
j'ai eu la même réaction que toi mais je t'assure qu'elle ne dure pas, voilà tout le talent de l'auteur!
C
Suter semble sortir ici de sa zone de confort :)
Répondre
V
je n'ai aucun point de comparaison puisque c'est mon premier Suter!
A
Je l'avais noté chez Jérôme. J'ai hâte de le lire, d'autant plus que je vois que tu es aussi tombée sous le charme de cet "éléphant" et de la plume de l'auteur.
Répondre
V
oui, j'ai beaucoup aimé même si je n'en fais pas un coup de cœur.
L
Incroyable, je n'en ai pas entendu parler et pourtant ça a l'air vraiment spécial !
Répondre
V
Il y a tant de nouveautés... trop même !!
Z
Je l'avais déjà noté et tu enfonces le clou
Répondre
V
Il est particulier et marquant, c'est sa force.
N
je ne connais pas ce roman ci, mais j'aime bien martin suter, j'ai lu deux de ses romans et je les ai trouvés intéressants
Répondre
V
je découvre cet auteur avec ce roman... si particulier que je me demande ce que Suter a bien pu écrire d'autre!
M
Un roman qui m'a l'air empli de poésie et j'aime ce mélange des genres ! Merci de cette belle chronique
Répondre
V
merci à toi de venir me lire!
A
Quel mélange des genres pour ce roman.
Répondre
V
c'est tout à fait surprenant, en effet!