Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 09:04

 

 

              Dernier volet de cette série si forte en émotions…

              Très bon début, la première planche m’a déjà stupéfiée : Marco court à perdre haleine au milieu d’une forêt, il fuit, on l’imagine encore une fois poursuivi par ses démons, anéanti par ses angoisses. Il court, il court, et puis il tombe, il hurle, il s’est sans doute cassé une jambe. Eh bien non, c’est sa petit Maude, son enfant, qui le poursuit et un bisou magique suffit à lui réparer sa jambe cassée. Marco est donc papa, et ce n’est pas tous les jours facile. Il adore sa fille mais a aussi parfois envie d’être très loin d’elle. Il la cajole puis doit gérer son incompréhension face aux colères de la petite.

             Marco connaît les fêtes d’école et les dessins des enfants qui ont tenté de copier Picasso, celui qui « confond toujours les yeux et la bouche », il reste coi alors que sa fille aime beaucoup beaucoup un petit garçon méchant qui la tape. Une autre femme de sa vie, sa mère, se refait doucement après la mort de son mari, elle apprend à vivre seule, à être bien seule. Et puis il y a les ouvriers du chantier naval. Ils sont en grève contre un plan social qui menace de fermer tous les ateliers. Marco aide, soutient, dessine encore ceux qui bossent face à « ceux qui ne savent que planter des clous. »

              L’album se clôt d’abord avec une réflexion sur les élections (On est en2007, Sarko vient de gagner…), sur le racisme, sur le renouvellement du monde, sur l’évolution de la société, réflexion surtout délivrée par le copain ouvrier, puis, de très belles cases sans texte nous prouvent que Marco a trouvé un semblant de sérénité auprès des siens, qu’il arrive à intégrer le passé dans son présent sans pour autant être envahi par ses souvenirs…

            Des quatre albums de la série, c’est celui qui m’a le plus touchée. Les dessins sont magnifiques, le scénario autour de ce « combat ordinaire » qu’est la vie est parfait. Encore une série dégustée avec plaisir !

 

« 20/20 »

 

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
11 avril 2015 6 11 /04 /avril /2015 12:52

 

 

            En refermant le premier tome de cette série qui se passe à Vienne en 1900, on pouvait se douter de ce qui allait suivre.

             Victor a été soudoyé, Klement et surtout Alec, deux jeunes bourgeois arrogants, lui ont montré ce qu’étaient argent, femmes et pouvoir. A la fin du premier tome, on avait laissé Victor en train de courir dans les rues viennoises pour échapper à la police. Il avait semé la pagaille dans un restaurant huppé, faisant usage d’un revolver (volé). C’est le père de Victor qui paye les pots cassés et se retrouve en prison. Même si le jeune homme n’aime pas son père, il ne peut supporter cette injustice et va se résoudre à faire du chantage : le juge doit faire libérer son père en échange de la liberté de la belle Mathilde, la prostituée préférée du juge, que Victor a réussi à kidnapper…

             Ses proches, les personnes qui l’aident comme cet Hermann antisémite vont bien le regretter. Cet album pourrait avoir « Vengeance » pour sous-titre. Victor a perdu innocence et candeur, il doit désormais se battre même si on sent qu’il fait fausse route, Hermann lui ayant inculqué la haine des juifs.

            Suspense, sensualité, haine, richesse et pauvreté… le tout dans un décor somptueux. Tout y est, le dessin comme le scénario ravissent le lecteur. Vivement la suite !

« 19/20 »

 

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
5 avril 2015 7 05 /04 /avril /2015 18:17

 

 

           Ça fait un moment que je connais l’existence de ce surprenant manga, il me tardait de le découvrir. Je n’ai pas été déçue.

             Shizuku Kanzaki est le fils d’un œnologue mondialement connu. Pourtant, il ne boit pas de vin, il s’est plutôt spécialisé dans les bières. Son père, lui ayant fait sentir des centaines de parfums (la mine d’un crayon, une ceinture en cuir, des baies, …) dès son plus jeune âge, l’a complètement écœuré. Le célèbre œnologue meurt, son fils ne savait même pas qu’il était malade. Il s’imagine, la tristesse dans l’âme, hériter des bouteilles précieuses de son père mais l’affaire se révèle plus compliquée : une avocate lui explique que son père avait prévu une sorte de concours entre Shizuku et un œnologue expérimenté qu’il avait adopté avant de mourir. « Il se trouve que dans ce testament, maître Kanzaki a décrit 12 grands vins choisis par ses soins… ainsi qu’un treizième, qui se trouve au-dessus d’eux, son vin idéal qu’il a appelé « Les gouttes de Dieu ». « Celui qui arrivera, d’ici un an, à découvrir de quels vins et de quel millésime il s’agit, recevra la totalité de son héritage. »

            Accompagnée par une apprentie sommelière plutôt douée, Miyabi Shinohara, Shizuku va vite se rendre compte qu’il a un odorat particulièrement développé et les leçons de son père y sont sans doute pour beaucoup…

            Entre enquête policière (il s’agit de dénicher un vin très rare) et leçons sur le vin, ce manga en noir et blanc se lit délicieusement bien et précède un « b.a.-ba de l’œnologie » ainsi qu’une description et une évaluation des vins cités dans le livre. J’ai adoré, je bois beaucoup de vins, je sais ce que j’aime mais j’ai encore du mal à m’y retrouver vraiment, donc ce livre enfonce le clou, et c’est très bien. Reste à savoir si je vais continuer la série… elle compte 37 tomes, rien que ça. Toujours est-il que le concept me plaît même si la naïveté (propre aux mangas, non ?) des personnages me fait toujours marrer. Combien de fois les personnages sont-ils dessinés avec une perle de sueur sur la joue pour signifier soit l’angoisse, soit l’ignorance, soit la stupeur, soit … :-)

« 17/20 »

 

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
18 mars 2015 3 18 /03 /mars /2015 10:16

 

 

               Récompensé au festival d’Angoulême 2015 en obtenant le Fauve d’Or, le prix du meilleur album, cette grosse BD autobiographique raconte, comme le sous-titre l’indique, l’enfance de l’auteur de 1978 à 1984.

                Riad Sattouf nous narre d’abord la rencontre entre ses parents, au début des années 60. Alors qu’Abdel-Razaak, étudiant syrien, drague tout ce qui s’appelle fille dans un resto U parisien, la mère de l’auteur « eut pitié de lui ».  Cette étudiante bretonne s’installe avec le Sunnite et, en 1978, naît Riad. Le couple décide de partir vivre en Libye, le père ayant obtenu un poste de Maître à l’Université de Tripoli. Gouverné par Kadhafi, le pays semble déserté, Riad est encore petit, il passe ses journées avec sa mère dans l’appartement insalubre ou joue dans le couloir de l’immeuble avec une petite Indienne et un petit Yéménite. Pour se nourrir, il faut avoir la patience de faire la queue devant une coopérative qui, la plupart du temps, ne donne que des œufs, des boîtes de corned-beef et du jus d’orange lyophilisé. A cause de l’abolition de la propriété privée, les maisons sont à tout le monde, en partant le matin et en la laissant vide, on peut donc trouver sa propriété occupée par des inconnus le soir. Kadhafi impose aussi l’échange des emplois, l’instituteur pouvait devenir paysan du jour au lendemain et vice versa.

             Assez brusquement, en tous cas, du point de vue de Riad encore petit garçon aux cheveux blonds, la famille quitte la Libye, passe quelque temps en France avant de s’installer en Syrie,  le pays natal du père. Là, c’est Hafez Al-Assad qui règne. Les voitures et les bus ont des trous au plancher, la famille paternelle s’amuse de voir les enfants se bagarrer, l’appel à la prière retentit dans un haut-parleur, tous les matins à quatre heures. Les femmes mangent les restes du repas pris par les hommes dans la pièce d’à côté. Dans la rue, Riad qui a désormais un petit frère, peut voir des « criminels » pendus. Il a surtout très peur des autres garçons de son âge qui ne jurent que par la violence et les insultes. Quand il est victime d’une grosse fièvre et que sa mère, par la fenêtre, voit des gamins massacrer un pauvre chiot, c’en est trop, la famille retourne en France. Même si l’air y est « piquant », la maison familiale en Bretagne peut-être occupée par des fantômes, Anas et Moktar ne peuvent plus tuer Riad… jusqu’au jour où le père annonce leur retour en Syrie. C’est les larmes aux yeux que Riad s’apprête à rentrer dans l’avion, et c’est aussi la dernière planche de l’album qui nous promet une belle suite (trois tomes sont prévus en tout).

             Ce qui m’a frappée, plus encore que les aberrations vécues en Libye ou en Syrie, c’est la relation entre le père et la mère. La mère est quasi muette dans l’album, elle met sa vie et celle de ses enfants parfois en danger, s’installe dans un pays qui est lui est hostile, écoute à longueur de journée son mari pérorer mais ne pipe pas mot. Le père, quant à lui, domine. Par ses discours, par ses décisions. Il paraît contradictoire dans ses actes et dans ses paroles, semble hanté par un certain nombre de superstitions, vit comme un Français quand il est à Paris, mange du porc et ne pratique pas l’Islam mais devient un fervent croyant une fois en Syrie. Il rêve d’avoir une Mercedes, d’être puissant et se niche sur les genoux de sa vieille mère dès qu’il la voit.

             C’est un album riche, dense et intéressant qui m’a tenue en haleine pendant un bon bout de temps. Riad Sattouf y dénonce sans ambages une société syrienne gouvernée par la violence, y peint une famille sans concession ni tendresse (ou si peu !). Ce ton abrupt était encore plus incisif dans La vie secrète des jeunes dont une planche était publiée, chaque semaine, dans Charlie Hebdo, et ce, de 2004 à 2014.

 

"18/20"

 

 

 

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 18:42

 

 

              Monsieur Hasard m’a doublement surprise, il m’a fait découvrir une nouvelle BD gastronomique très chouette qui a été réalisée par un type qui n’habite vraiment pas loin de chez moi… et je n’en avais pas entendu parler !

                L’auteur a interrogé son exceptionnelle grand-mère sur son passé, ses déménagements, ses habitudes alimentaires et ses talents de cuisinière puisqu’elle est mère de neuf enfants ! Elle nous a fait faire, ainsi, un tour complet du XXème siècle, avec, en vrac, son amour pour les chapeaux, des voyages en Afrique du Nord, les deux guerres, les centaines de kilos de pommes de terre à acheter, les habitudes du dîner à onze ( !!!), et des recettes simples pour les grandes tablées : les pommes de terre sautées, l’aïoli, la confiture de châtaignes, le clafoutis, le gâteau aux groseilles, …

              J’ai commencé l’album en essayant de gérer une grosse frustration, celle de lire autre chose que des recettes de cuisine que j’attendais tellement… mais au final, j’ai été happée par l’histoire de cette vieille dame, son côté pragmatique, un peu bourru et optimiste m’a convaincue et j’ai avalé les 158 pages comme si c’était le meilleur bouillon du monde ! J’ai beaucoup aimé les dessins simples de l’auteur qui s’est permis, de temps en temps d’intercaler des photos dans ses œuvres. Sa grand-mère au long nez est un exemple de longévité, de bonne humeur et de persévérance, et il l’aime sa grand-mère, Etienne Gendrin, oh oui ! Quelle authenticité, bravo l’artiste et bravo la mamie !

« 18/20 »

 

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 14:43

 

 

              Une fois qu’on a goûté aux talents de Lupano, on ne peut plus s’arrêter de le lire.

              Nous sommes à Vienne en 1900. Deux dandys insolents et richissimes font un pari : l’un pense réussir à façonner un jeune homme pauvre à sa manière, « créer de toutes pièces un ennemi de la société à partir d’un être innocent. » Alec jette son dévolu sur Victor, un grand ado qu’il emmène voir des poules de luxe. Victor, battu par son père et contraint par lui de devenir tailleur de pierres profite pleinement de ces jolies femmes et s’amourache rapidement de la belle Mathilde. Ses copains pauvres comme lui voient d’un mauvais œil cette générosité gratuite. Et en effet, du jour au lendemain, Alec lui interdit l’accès au bordel à Victor qui commençait à y prendre ses habitudes. Victor ne l’entend pas ainsi, il vole un revolver et agresse les clients d’un restaurant chic et tire sur tout ce qui bouge demandant des comptes à son « bienfaiteur ».

               Alec a-t-il donc réussi son pari, transformer en un tournemain un gentil garçon un peu veule en un dangereux bandit ? La réponse ne figure pas dans ce premier tome !

             L’intrigue signée Lupano brille par son suspense, ses personnages bien campés, son rythme trépidant. J’ai souvent pensé à L’homme qui n’aimait pas les armes à feu. Lupano semble friand des histoires de banditisme, de western, il aime aussi jouer avec les limites entre le bien et le mal. Il me tarde de connaître la suite de cette série qui compte trois tomes !

 

"18/20"

 

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 10:24

 

 

            J’avais laissé Marco Louis, à la fin du tome 2, avec une nouvelle terrifiante (si vous avez pour projet la lecture de la série, ne continuez pas à lire…) : le suicide de son père. Comment vit-on avec ça ? Marco va passer par différentes étapes. Il va tenter de reconstruire le passé d’un père mystérieux et silencieux sur ses envies, ses amours, ses projets. Même son journal soi-disant intime ne révèle rien de personnel. Il n’y parle même pas de ses deux fils…

            A côté de ça, la vie doit continuer. Emilie et Marco poursuivent leur petit bout de chemin de couple, parfois troublé par l’envie grandissante d’Emilie d’avoir un bébé. Marco a aussi la bonne surprise de se voir proposer la publication d’un livre reprenant les photos des ouvriers (voir tome 2). Il y a, encore une fois, des moments magnifiques, comme celui où un vieil homme parvient à attirer une chouette tout près de lui, celui où un psy (car Marco retourne voir un psy, après une pause – de courte durée) lui demande s’il est libre les vingt prochaines années…

            Je baisse légèrement ma note en assumant totalement mon ingratitude et ma mauvaise foi. L’album est excellent mais il m’a sérieusement déprimée, les rayons de soleil propres à Larcenet ne sont que trop rarement apparus ici.

 

»   18/20   »

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 20:37

 

 

Encore un album de Lupano tout à fait extraordinaire !

               Un pêcheur breton s’en va, comme tous les matins, sur son petit bateau, avec son copain pêcheur. Il s’est levé tôt mais sa bigoudène d’épouse lui avait préparé une galette œufs/lard avec amour, il est d’aplomb pour commencer la journée. Un peu déprimés par les minuscules poissons pêchés, les deux compères s’aperçoivent trop tard qu’ils sont sur le point d’heurter un énorme chalutier. Le petit bateau « Maria » se fait happer par les immenses filets du « Goldfish » et se fait traîner sur des centaines de kilomètres. Lorsque l’épouse fidèle constate la disparition de son cher et tendre, elle va tout entreprendre pour le retrouver, et ça va la mener bien loin, notamment sur un paquebot de croisière et aux côtés de Fidel Castro, à Cuba.

               Sans dialogues, sans bulles, « sans textes ni onomatopées », cette belle histoire « se lit » avec plaisir. A mi-chemin entre l’épopée et le road trip, cette BD aux dessins sublimes se fait tantôt histoire d’amour, tantôt satire de notre société de consommation. Avec plein d’humour, beaucoup de tendresse et juste ce qu’il faut de poésie, comme toujours chez Lupano, les personnages suivent leur petit bout de chemin, avec détermination et assurance. On a ainsi une grosse bigoudène avec sa coiffe traditionnelle qui apprend à faire de la dentelle à des bimbos en croisière sur l’Atlantique, on a un petit bonhomme aux grandes lunettes perdu au milieu de l’océan et qui n’a pour seule compagne qu’une mouette efflanquée.  Et on se demande comment on peut mêler à ce point le subtil et le brut, le vrai, l’authentique.

 

« 19/20 »

 

 

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 12:07

 

 

              Si Marco Louis, le photographe en congé sabbatique, affirmait qu’il n’avait plus besoin de psy au début du tome 1, c’est tout le contraire à la fin de ce 2ème tome. Et pour cause… ses angoisses l’handicapent au point de le rendre incapable de s’occuper de sa petite nièce. Il avance doucement dans la vie, accepte de déménager avec sa compagne, découvre avec horreur que son père est atteint de la maladie d’Alzheimer, se réjouit d’exposer des portraits d’ouvriers auprès d’un grand photographe qu’il admire avant de se rendre compte que c’est un salaud, … Les portraits des ouvriers du chantier naval sont l’occasion de s’interroger sur l’art : « J’ai longtemps confondu l’artiste et son œuvre… ce n’est que grâce à la psychanalyse, par étapes successives, que j’ai vaguement pu dissocier les deux . On peut être un grand artiste et un sale con. On peut faire des choses très belles en étant soi-même assez moche. On peut saisir toute la beauté du monde sur du papier mais n’en jamais faire partie… »

               Larcenet avait réussi à nous amuser et à nous faire rire avec Le Retour à la terre, ici, il nous émeut avec le même talent. Sans être jamais larmoyant, il sonde l’âme humaine en extrayant le meilleur et le pire. Superbe. Ce n’est pas étonnant que ce tome ait reçu le Prix du Meilleur Album à Angoulême en 2004.

»   19/20   »

 

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 15:04

 

 

              Mon chagrin de quitter Manu Larcenet à la fin du Retour à la terre a été atténué lors de la découverte de cette série, avec ce premier tome très prometteur.

              Le héros de cet album s’appelle Marco, il est photographe mais a préféré faire une pause dans son métier de reporter. Il vit seul à la campagne et connaît régulièrement des crises d’angoisse. Pourtant, il a fait le choix de quitter le psy qui le suivait depuis huit ans. Marco a aussi un frère avec qui il fume de « gros pétards », un chat très méchant (Adolf !) qui lui fait malgré tout des câlins (j’ai le même à la maison !) et des parents qu’il ne voit pas souvent pour cause d’incompatibilité.

               Le « combat ordinaire », c’est celui de la vie de tous les jours ou comment vivre avec les autres, comment établir une relation stable et épanouissante avec sa nouvelle copine (la vétérinaire qui a soigné son chat), comment accepter que le gentil pêcheur à qui on se confie est un ancien tueur (et ce personnage a une ressemblance très forte avec l’ermite du Retour à la terre) ou comment supporter un voisin très con.

               Moins drôle que Le retour à la terre, l’album se veut plus sérieux, plus introspectif, plus pessimiste aussi à travers une vision sombre de la société actuelle. Il me tarde de découvrir la suite.

»   18/20   »

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages