Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 09:38

            Quand un livre est un coup de cœur récurrent dans la blogosphère, je risque fort de me laisser tenter. Ce fut le cas ici.

            Tantôt c’est Isabelle qui parle, trentenaire, mère de deux enfants, Romane et Adrien, divorcée, prof de physique et, surtout, huître fermée, « un étau de pudeur »,  elle a du mal à vivre avec les autres, à exprimer des émotions, à se fondre dans la masse, à vivre tout simplement. Tantôt c’est Romane à qui l’auteur donne la parole, la fille d’Isabelle. Romane est défigurée parce qu’elle a été brûlée. Romane incarne le feu alors que sa mère semble être figée dans la glace.

            Un événement va cependant venir bouleverser l’existence plus que monotone de notre anti-sociable. C’est l’été, les enfants ont été confiés à leur père ; Isabelle est seule et So What, un joueur de hautbois vagabond, lui propose de se faire héberger chez elle en échange de petits travaux. Paradoxalement, Isabelle accepte de faire retaper la chambre de Romane, sa cadette. Elle en est elle-même étonnée et, ces deux mois estivaux ne seront que surprises, bouleversements physiques et mentaux. Elle devient une autre femme, ouverte, audacieuse, assumant ses envies.

            Parallèlement, le récit de Romane nous dévoile ce secret, petit à petit, des dizaines d’années plus tard, alors que la mère est morte d’un cancer. On arrache le papier peint de la chambre et on découvre ce tag « So What 87 ». Cet être étrange qui a converti Isabelle à la vie est une sorte d’ange disparu aussi vite qu’il est apparu, un bienfaiteur, un diffuseur de bonnes ondes. Ce qui m’a plu, c’est que la métamorphose a été subtile et uniquement intérieure donc d’autant plus crédible. Adrien le dira beaucoup plus tard quand il aura découvert le pot aux roses :

« C’est grâce à cet homme qu’elle (…) a aimé sa vie. Tout simplement. Sa vie. Telle qu’elle était. Jusqu’à sa maladie même. Jusqu’à ton départ. Sa solitude. Jusqu’à tout. Mon mariage. Mes succès. Ta colère. Elle a aimé sa vie. Telle quelle. »

            Un discours assez rare peut-être, présent chez Delerm mais tournant le dos à ces rêves fous qu’on nous dit de suivre coûte que coûte, aux désirs de grandeur, d’ambition. Il s’agit là d’assumer ce que l’on a, qui on est, sans vouloir tout chambouler mais en se laissant guider par ses envies les plus intimes.

            Ce roman est envoûtant et romanesque. Un feu d’artifice qui éclate avec simplicité et douceur. La lecture est fluide, instinctive, on se reconnaît dans les personnages. C’est musical aussi, mélodique avec quelques phrases courtes qui sont données comme pour taper la mesure de la vie.

            Je n’ai pas de réels bémols à opposer à ces compliments mais j’ai eu du mal à me retrouver dans certaines remarques faites sur la 4ème de couverture et dans les critiques (journalistiques). La structure du livre est louée, la comparaison au théâtre est fréquente mais je ne l’ai pas vraiment identifiée comme telle. L’alternance entre le « je » et le « elle » pour le même personnage ne me paraît pas non plus être une révolution. Le personnage de Romane n’est que survolé, on parle de « renaissance » pour elle aussi, elle n’est que résumée en quelques lignes à la fin. 

Quelques phrases encore de ce livre qui fait du bien, tout simplement.

« toutes les vies permettent de défaillir si toutefois on sait les regarder à la bonne hauteur. Il y a dans chaque journée, dans chaque rencontre, des raisons de défaillir. Il faut juste en prendre la mesure. Le risque. Regarder la peau. Le souffle. L’impermanence de celui qui nous fait face. Alors oui, on est au bord de défaillir. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Philippe D 29/07/2011 21:20



Un livre qui me tenterait bien d'autant plus que j'ai connu une gamine brûlée au visage.


Merci pour le passage chez moi.



Marie 18/07/2011 15:00



J'ai déjà noté ce titre dans le Grenier de Choco, ton beau billet me confirme qu'il faut absolument lire ce roman ! 


 


 



sophie57 15/07/2011 20:27



un livre qui fait du bien? je note, évidemment!



Eidole 14/07/2011 11:52



C'est un roman qui semble très tentant...



Noukette 11/07/2011 19:41



C'est vrai que ce roman est très tentant..., je comprends qu'il soit un coup de coeur pour de nombreuses blogueuses ! ;-)



Violette 12/07/2011 17:09



je crois qu'on ne peut pas ne pas aimer du tout...



c.l!ne 08/07/2011 14:12



Merci pour cette découverte, un livre sensible et doux... Coucou aussi chère binômette...



clara 06/07/2011 22:04


Contente de voir que ce livre a encore du succès !!!


Luna 06/07/2011 10:53



Je crois bien que c'est un livre qui me plairait beaucoup :)


Merci d'être passée !



Violette 07/07/2011 08:32



il est très "féminin" et très agréable à lire!



isa 05/07/2011 12:16



En tout cas ,ton billet donne trés envie de le lire ...



Violette 05/07/2011 18:25



merci, le livre vaut le détour, en effet.



Leiloona 05/07/2011 08:34



Je suis ravie de voir que ce roman t'a autant plu qu'à moi ! ;)



Violette 05/07/2011 18:26



ravie aussi ;-)



alinea 05/07/2011 06:47



oui c'est bien tentant



Anis 04/07/2011 20:08



Oui, cet extrait est magnifique, un très beau personnage de femme qui évolue et se transforme.



anne 04/07/2011 10:34



coucou Violette !


un petit mot avant les vacances pour te dire que La malédiction shakespeare est à toi. Donne-moi ton adresse postale pour que je puisse te l'envoyer ! ;-)



Violette 04/07/2011 11:16



super génial!!! un grand merci !



Mirontaine 04/07/2011 10:28



Très tentant!



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages