Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 17:03

 

 

 

J’avais déjà fait la connaissance avec l’écriture de Ribes dans Musée haut, musée bas au printemps dernier. J’ai retrouvé son humour dans ces trois pièces qui portent bien leur nom. Ne nous emballons pas, ce sont des mini-pièces qu’on peut appeler saynètes. J’aurais d’ailleurs voulu en lire plus, je n’ai pas l’habitude du court…

« Egalité-fraternité » nous présente un dialogue entre deux frères, Jacques et André (l’aîné). Jacques se pavane devant son frère en annonçant qu’il est devenu plus intelligent que lui. S’en suit un discours argumentatif très drôle qui prouve que Jacques, malgré ses deux ans de retard, a lu la même chose que son frère, sait parler comme lui, etc. En passant, on apprend qu’André a piqué la femme de Jacques et que le cadet est surnommé « concon » depuis sa plus jeune enfance…

Dans « Le Goéland », c’est un coiffeur et son client qui discutent. Mais pas de brouilles, hein … non, de destinée humaine ! Le client a fait une découverte formidable et il tente d’enrôler son coiffeur : c’est « cette foutue loi de l’attraction universelle qui vous force à rester collé sur le carrelage. Pourtant quand on regarde vos bras, on voit bien qu’il aurait suffi d’un ou deux battements pour que vous filiez au-dessus des nuages… ». Le client lui demande pourquoi il est coiffeur, s’il a « le moindre souvenir d’un désir prénatal pour le shampoing » (j’adore !). Le coiffeur se laisse embrigader et il finit par accepter trois heures de discussion hautement philosophique, six jours par semaine pour « lutter contre cette force qui nous opprime, la traquer, l’obliger à se montrer, la calculer et puis la détruire ».

« Musée » fonctionne exactement de la même manière que Musée haut, musée bas, je me suis même demandé si le premier n’était pas un extrait du second, mais non, je ne crois pas. Nous lisons des paroles volées à des visiteurs de musée. La plupart sont courtes, incisives et hilarantes. Deux très courts extraits assez représentatifs des autres répliques qu’on pourrait presque prendre pour des aphorismes !

Ø  « - moi je suis pour que les enfants regardent les sexes au musée plutôt qu’à la télévision.

-         Plutôt les sexes classiques. »

 

Ø  « On sent beaucoup plus l’influence de l’Inde ici qu’au sous-sol. »

Je suis fan, indéniablement ! Seule petite remarque : ce recueil des trois petites pièces est destiné à des troisième, et je les trouve un peu jeunes et pauvres culturellement pour comprendre les allusions détournées, l’ironie, l’humour et les références de l’auteur…

 

Cette lecture entre dans le cadre du théâtral challenge de Bladelor :

 

       J'espère que je n'ai pas été trop ambitieuse, 12 pièces à lire tout de même... mais je suis motivée! ;-)

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Hélène 18/01/2012 13:13


je lis pas mal de pièces de théâtre en ce moment, ton conseil tombe donc à pic !

Violette 18/01/2012 17:54



ça se lit très vite, c'est gai et léger!



Philippe D 15/01/2012 17:33


Je ne lis jamais de pièces, le genre ne m'intéresse pas mais peut-être ai-je tort. Un jour peut-être...

Violette 16/01/2012 10:30



oui oui tu as tort (la perche était facile à saisir!) :)) ... bonne semaine!



Margotte 15/01/2012 09:22


Oups ! Je lis vraiment trop peu de théâtre... Mais je me rattrape, j'y vais ;-)

Violette 16/01/2012 10:28



je voudrais lire plus aussi ... et je ne peux presque jamais aller au théâtre (mais je joue, ça compte aussi, nan? ^^)



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages