Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 20:32

Sous-titre : « sans oublier le chien »

            Je ne sais pas si tel est votre cas, j’en ai entendu parler de ce livre, un bon nombre de fois, certains romans que j’ai lus y ont fait allusion (bien sûr, j’ai oublié les titres !), la quatrième de couverture rappelant toutes les critiques négatives est plus qu’intrigante… restait plus qu’à le lire !

Sachez, avant tout, que ce roman a connu un succès immense en Grand-Bretagne à la fin du XIXème siècle. Les critiques décrièrent l’humour et le style de l’auteur alors que l’éditeur se demandait « ce que deviennent tous les exemplaires que je publie. Je crois que le public doit les manger. »

            Trois copains : Harris, George, le narrateur Jerome (et son chien, Montmorency) décident, d’entreprendre un voyage en canot sur la Tamise. La promenade sur le fleuve permet de découvrir le pays et ses bonnes adresses. L’auteur dissémine aussi des réflexions plus profondes : sur la mode, l’éternelle insatisfaction de l’être humain, l’ironie du sort. Mais le roman est enfin dédié à ces trois gais lurons, des êtres douillets, coquets, de mauvaise foi, prétentieux, misogynes, capricieux, maladroits, paresseux, et j’en passe.

Montrons à quel point nos trois compères peuvent être des emmerdeurs : n’aimant pas les bateaux à vapeur, ils bloquent leur passage, feignant de ne pas entendre leurs sifflements ni les cris des gens à bord, ni les appels des passants. Ils se désespèrent également de ne pas avoir emporté de moutarde, « cette absence de moutarde jeta un froid sur le bateau. Nous mangeâmes notre bœuf sans mot dire. L’existence nous paraissait vide et terne. Nous songions en soupirant aux jours heureux de notre enfance. »

La Bruyère et Rousseau me sont spontanément venus à l’esprit pour les réflexions répandues çà et là et pour le caractère bucolico-philosophique du voyage ; j’ai aimé certains passages mais j’ai également passé beaucoup de temps à m’ennuyer ! Que de digressions ! Un méli-mélo qui faisait beaucoup rire les Anglais … et peut-être faut-il un peu l’être, Anglais, pour apprécier cet humour pleinement.

 

Lorsque des paresseux entreprennent d’éplucher des pommes de terre : « Je n’aurais jamais pensé que c’était une telle besogne que de peler des pommes de terre. Un vrai travail d’Hercule. Nous commençâmes gaiement, je dirais presque d’une amnière folâtre, mais la première pomme de terre n’était aps achevée que notre insouciance avait disparu. Plus nous pelions, plus il semblait rester de peau. »

« Non pas que je rechigne au travail, notez le bien; j'aime le travail, il m'enchante. Je resterais des heures à le contempler. J'adore l'avoir auprès de moi. L'idée d'en être séparé me fend le cœur. »

Et une vision poétique de la Tamise : « La Tamise... quand le soleil étincelle sur ses vaguelettes dansantes, parant de reflets d’or les trous vert-de-gris des hêtres, dardant de ses jets de lumière les couverts frais et sombres, faisant se réfugier les ombres dans les combes, incrustant de diamants les roues des moulins, lançant des baisers aux lis, se fondant dans l’écume des écluses, argentant les murs et les ponts moussus, égayant le moindre hameau, auréolant les sentiers et les prairies, s’accrochant aux buissons, souriant dans chaque crique, éclatant gaiement sur la voile blanche, imprégnant l’air de splendeur... Oui, la Tamise est un beau fleuve doré.

Mais la Tamise... triste et glacée, quand la pluie incessante tombe sur les eaux brunes et mornes, murmurant comme une femme qui pleure tout bas dans quelque obscure cellule, quand les bois, sombres et silencieux, frissonnent parmi les brumes vaporeuses, et que leurs plus grands arbres se tiennent à leur orée, fantômes muets des mauvaises actions et des amis abandonnés... La Tamise n’est plus qu’une eau hantée coulant à travers le pays des vains regrets.

Le soleil est le sang de la nature. Notre mère la terre nous regarde avec des yeux tellement tristes et sans âme quand il s’est retiré d’elle. On dirait qu’elle ne nous connaît plus, qu’elle ne nous aime plus. Elle est pareille à la veuve qui a perdu son cher ami et que ses enfants prennent par la main et cherchent du regard, sans pouvoir lui arracher le moindre sourire. »

 

Et les belles vieilles éditions…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

A_girl_from_earth 13/06/2015 00:56

Oooh chouette édition, la Rouge et Or ! Des souvenirs me reviennent en tête.:-) Chouette lecture en tout cas, même si on peut s'épuiser à la longue en compagnie de ces hommes.:-)

Violette 13/06/2015 12:06

c'est magnifique de revoir des vieilles couvertures, n'est-ce pas? :)

Billbis 30/07/2012 22:29


Je suis en train de dévelloper un petit jeux amateur sur ce livre, si ça peux vous interesser...

Violette 14/08/2012 16:51



avec un peu de retard, j'arrive!



Karine:) 02/06/2012 04:57


Malgré ton avis mitigé, c'est un roman que je veux absolument lire.  Un jour.  Comme plusieurs autres, en fait!  Ne serait-ce qu'à cause des nombreuses références qui y sont
faites. 

Violette 03/06/2012 20:58



Oui, tu as raison de vouloir le lire, fais-toi ta propre opinion, et puis c'est le reflet d'une époque, d'un pays. Ca reste intéressant.



Za 26/05/2012 17:15


Je n-ai jamais réussi à le terminer...


Et dans ces cas-là, je regrette de ne pouvoir goûter le texte en VO.

Violette 28/05/2012 19:50



je peux comprendre que tu n'aies réussi à le terminer...



Milly 22/05/2012 15:09


Peut-être que le roman jeunesse était condensé, donc moins de longueurs?  La couverture est splendide! 

Violette 24/05/2012 22:08



peut-être! je n'avais pas pensé à ça!



maggie 16/05/2012 19:57


J'adore les passages : ils me font beaucoup rire :-) Je dois avoir un humour un peu anglais... Moi aussi, j'ai beaucoup entendu parler de ce livre et je compte bien le lire un de ces 4...

Violette 17/05/2012 11:45



eh bien tant mieux! je suis ravie que ça te plaise!



Manu 15/05/2012 20:04


Il est dans ma PAL depuis ma lecture de "Sans parler du chien" de Connie Willis. Bon ton avis ne me rassure pas. 

Violette 19/05/2012 11:33



fais-toi ta propre opinion! :)



L'irrégulière 15/05/2012 15:21


Cela fait 25 ans que je dois le lire...

Violette 19/05/2012 11:34



alors n'attends pas 25 autres années ;-)



Adalana 15/05/2012 11:17


Comme toi je l'avais souvent vu cité dans des romans et j'ai eu envie de le découvrir, la rencontre n'avait pas été convaincante...

Violette 19/05/2012 17:40



on est forcément déçu, n'est-ce pas?



keisha 15/05/2012 08:22


Lu et relu ce classique! Et même en VO!

Violette 19/05/2012 17:41



une vraie fan alors ;-)



garance 14/05/2012 22:30


Depuis que j'ai entendu Podalydes en lire un extrait dans l'émission de france 5 la grande librairie, je me dis qu'il faut que je lise ce roman !

Violette 19/05/2012 17:46



ça m'aurait plu d'entedre Podalydes!



midola 14/05/2012 22:09


L'édition de la bibliothèque verte m'attend depuis des années dans ma biblbiothèque... Il faut vraiment que je le lise un de ces jours !

Violette 19/05/2012 17:48



certains livres prennent la poussière sans qu'on sache vraiment pourquoi!



Alex-Mot-à-Mots 14/05/2012 19:45


Une visions poétique de la Tamise ? Loin de Londres, alors, dans la campagne.

Violette 19/05/2012 18:02



ils sont allés assez loin mine de rien, les bougres!



Annie 14/05/2012 15:24


J'ai lu ce livre il y a ..... quarante ans (au moins !) et j'en garde un excellent souvenir, notamment d'une histoire de bouilloire qui me poursuit encore quand la mienne semble particulièrement
rétive à faire bouillir l'eau de mon thé !  Après avoir lu ton article et les commentaires je ne le relirai pas : mieux vaut un bon souvenir qu'une relecture morose !

Violette 19/05/2012 18:05



tu as raison, mieux vaut un bon souvenir, on est souvent déçu en relisant d'antiques coups de coeur!



@line 14/05/2012 09:07


je n'ai plus aucun souvenir de ce livre, il me semble bien pourtant l''avoir lu.

Violette 16/05/2012 11:09



pas très mémorable, donc !



J'espère le li 14/05/2012 07:32


Je l'ai aimé étant plus jeune mais lorsque j'ai voulu le relire il y a quelques mois,  je n'ai pas pu continuer très longtemps. Je ne comprenais plus d'où me venait mon intérêt premier.
 Même l'humour  ne m'amusait plus! J'ai bien changé! 

Violette 16/05/2012 11:08



heureusement qu'on change, parfois ! ;-)



Catherine 14/05/2012 01:18


Eh bien, si ça se trouve je l'ai lu lorsque j'étais enfant parce que presque tous les livres des bibliothèques rose puis verte sont passés sous mes yeux mais je ne me rappelle plus de ce titre donc je n'en suis pas certaine

Violette 16/05/2012 11:08



ce qui étonnant, c'est qu'on ne le destinerait plus à de jeunes lecteurs aujourd'hui.



claudialucia ma librairie 13/05/2012 23:27


Le roman a donc vieilli! Comme moi!  Quand j'étais jeune (collège dans les années 60) il était très à la mode et nous amusait beaucoup!

Violette 16/05/2012 11:07



je pensais aussi que c'était une question de culture...



Richard 13/05/2012 22:05


Bonjour !


J'ai également tenté l,expérience, il y a quelques années et j,en suis venu à la même conclusion que toi, Un peu de plaisir, beaucoup d'ennui !!


Est-ce le roman qui a mal vieilli ... ou nous (je parle pour moi ....) ???


Amitiés


 

Violette 16/05/2012 11:06



oh moi aussi j'ai vieilli! ^^ bonne journée!



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages