Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 21:06

Après avoir aimé Opération Sweet Tooth et adoré Sur la plage de Chesil, j’aurais vraiment aimé crier que Ian McEwan est mon nouveau dieu. Eh ben non.

Michael Beard est un chercheur, un physicien spécialisé dans le réchauffement climatique. Il a même obtenu le prix Nobel. Mais il n’est pas que cela, il est aussi… un homme, un homme dans toute sa splendeur : il mange trop et boit trop, ne pratique aucun sport, courtise autant de femmes qu’il y a de jours dans l’année en leur faisant pourtant des promesses qu’il a parfois l’audace de tenir (il a été marié cinq fois), il n’hésite pas à escroquer un collègue en usurpant la paternité d’un super projet, il devient papa mais néglige sa petite fille de trois ans, il n’a ni scrupules ni remords…

Je me suis bien trop souvent ennuyée lors de cette lecture qui allie réchauffement climatique (avec des détails techniques dont je me serais bien passée, je ne suis qu’un pauvre pseudo littéraire, moi…) et décrépitude d’un homme à qui on mettrait bien quelques paires de claques. Oui, c’est du second degré mais ça ressemble à du déjà vu (La vie en sourdine de David Lodge par exemple) en moins subtil et ça m’a beaucoup déçue.

Quand je m’ennuie, j’aime bien repérer des bourdes d’écrivain. Ainsi, la petite fille de trois ans de Michael répond-elle au téléphone « Tu es dans ton lit, parce que tu as une voix rauque. » Sans évoquer la syntaxe et la prononciation parfaites, une gamine de trois ans connaît l’adjectif « rauque » ?  Michael adore manger des cochonneries, des trucs bien gras et pas diététiques du tout. Si jamais le lecteur n’avait pas bien compris, Ian McEwan en remet une couche à la toute fin du livre avec ce repas au restaurant qui a même réussi à m’écœurer, moi, la gourmande que je suis : « son entrée arriva : des losanges de fromage orange plongés dans de la pâte à beignets, puis roulés dans le sel et la chapelure avant d’être frits, et servis avec une sauce crémeuse d’un vert très pâle » suivie du plat principal : « Quatre blancs de poulet sans la peau, entre lesquels étaient intercalés trois steaks minuscules, le tout entouré de bacon, nappé d’une sauce au fromage et au miel, et accompagné de pommes de terre au four grillée, elles-mêmes fourrées de beurre et de fromage à la crème. »

 

Remarquez, le bouquin qui suit la lecture du grandiose Confiteor n’avait aucune chance, c’était perdu d’avance…

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
en voilà qui va rester dans les oubliettes, merci de l'avoir lu pour moi!!
Répondre
V
:) je l'ai remis à jour car je viens de finir L'intérêt de l'enfant... qui est "solaire" celui-là ! :)
É
Merci pour le conseil, je découvrirais l'auteur avec un autre roman.
Répondre
V
Sur la plage de Chesil ! Sur la plage de Chesil ! :)
N
Je note plutôt Sur la plage de Chesil pour découvrir l'auteur, ton billet est tentant.
Répondre
V
il est bien meilleur que Solaire d'après moi,... mais ce n'est que mon avis!
A
Non, décidément, il ne me tente pas. La peur d'être déçue, sans doute.
Répondre
V
Je te comprends ! Bon dimanche!
L
Bon, je ne poursuivrai pas ma découverte de McEwan avec ce roman, alors... j'avoue que cette question du réchauffement climatique me gonfle d'avance !
Répondre
V
la question du réchauffement climatique est évoquée avec dérision mais il y a quand même pléthore de détails techniques... suis trop littéraire pour ça, moi ;-)
K
Ce Solaire m'a bien amusée, finalement, d'ordinaire l'auteur fait dans le plus sérieux.
Répondre
V
eh bien moi je l'ai trouvé un peu en-dessous des autres lus...
I
bon alors je zappe celui ci et cours acheter Confiteor ;)
Répondre
V
tu as tout compris, Isa!
N
Évidemment, à côté de Confiteor, ça parait bien fadasse...
Répondre
V
mais oui... :-(

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages