Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 13:38

Vous avez toujours rêvé de tout savoir sur la tuberculose ? cet album vous donnera toutes les réponses !

1906. François, jeune homme frêle de 21 ans,  est atteint de « tuberculose silencieuse ». Son père, homme riche, l’envoie se faire soigner dans un sanatorium du nom de « Royal Aubrac ». Ayant une passion pour le dessin, François espère ne rester que trois mois dans cet établissement où il ne côtoie que des tuberculeux. Mais le grand professeur Dr Raynal voit les choses autrement : son cas est grave, les soins du sanatorium sur de nombreux mois s’imposent. François se lie d’amitié avec Warren dont le stoïcisme l’aide à supporter les quintes de toux, la souffrance et les nuits peuplées de cauchemars.

L’album emprunte deux voies :

Nous avons d’abord un aperçu saisissant de la médecine du début du XXème siècle. Les poumons des patients auraient besoin d’air froid, ils passent donc au moins deux heures allongés sur le balcon, emmitouflés dans de chaudes couvertures, respirant l’air glacial. Ingurgiter une douzaine de jaunes d’œuf crus le matin serait également très bénéfique. Des soins sont donnés, des traitements établis mais on sent bien que les médecins pataugent car rien ne semble efficace.

Ensuite, il y a la dimension philosophique. Si ce microcosme est hanté par la mort, les malades arrivent à vivre, ils ont leurs peines, leurs joies, leurs doutes, leurs histoires d’amour… et par là, ce petit monde ressemble bigrement à notre vaste monde ! Certains résistent, on ne sait trop pourquoi, d’autres sont envahis par la maladie. Le dessin, la passion de François, prend de plus en plus de place puisqu’à la fin de l’album, Warren accepte de poser nu pour son ami.

Les illustrations m’ont plu, le décor est planté dès le début, je n’ai d’ailleurs pas cessé de penser à La Montagne magique de Thomas Mann. Ce monde d’en haut, ce monde à part représenté par cette imposante bâtisse attire et en même temps, fait froid dans le dos. Les pensionnaires sont privilégiés par leur immense fortune (résider au « Royal Aubrac » a évidemment un coût) mais largement lésés par leur maladie, qu’on considérait encore, au début du XXème siècle, comme une punition d’un péché qu’on aurait pu commettre…

Qu’en est-il de la suite ? Je crois que le tome 2 n’existe pas encore mais je lirai certainement. J’explique ma note que j’ai un peu baissée par rapport à ma première évaluation… le thème est tristounet voire très glauque (je crois que j’ai été plus écœurée par les 12 jaunes d’œufs à gober tous les matins que par les rouges crachats des pensionnaires !) et je n’ai pas trop compris où voulaient en venir les auteurs… mais on le saura sans doute au prochain épisode ! J’en rajoute une couche mais voilà encore un album où il faut soit avoir des yeux de pilote de chasse, soit se munir d’une bonne loupe… pour pouvoir lire les dialogues… grrrrrr !

» 16/20 »

Partager cet article

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article

commentaires

Mango 28/10/2012 09:55


Si cet album t'a fait penser à Thomas Mann et à sa Montagne Magique, ça ne peut être qu'un bon signe qui me donne envie de le lire à mon tour. Bien de ton avis contre les vignettes à lire à la
loupe! Faisons leur la guerre! 

Violette 03/11/2012 12:31



pourtant je suis myope, je n'ai donc aucun problème pour lire "de près" :-)



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages