Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 08:46

null

 

Voilà un livre-surprise, à plusieurs titres. J’ai eu la joie de le recevoir de ma boîte aux lettres, comme ça, sans avoir rien demandé, et ça fait toujours plaisir.

 

Trois amies : Sophie, Jeanne et Alice. Elles n’ont pas le même âge ; Jeanne est la plus jeune avec ses vingt-cinq ans. Enseignante en musique, romantique, elle a aussi fait de la harpe sa grande passion. Alice, trente ans est une kiné qui a la particularité d’adorer le poker. Sophie, quarante ans, est mariée à Charles qui la couve et l’aime un peu trop d’après elle. Qu’est-ce qui lie ces trois femmes ? D’abord le cours de gym du vendredi soir où elles ont sympathisé, ensuite le pot ou le petit gueuleton qui s’ensuit… et surtout, Ulysse.

 

C’est Sophie qui en a eu l’idée : après avoir lu une petite annonce vendant un semainier Empire en placage d’acajou, aux « anneaux retenus par des mufles de lion et des pieds griffes en bois noirci » et autres charmantes descriptions, elle propose, par mail, un deal à ses deux amies : tenir une correspondance avec cet homme apparemment lettré et bien élevé. Les filles parient d’abord sur une semaine puis sur un mois. Elles inventent un pseudo à celle qui écrira à Ulysse : Eva. Cette correspondante fictive sera un mélange des trois amies, un peu de chacune d’elle, joueuse mais élégante, drôle et raffinée. Un jeu de séduction se met très vite en place. En parallèle, on assiste aux petits ou grands événements de la vie des trois copines. Elles ne sont pas toujours d’accord quant à ce qu’Eva répondra au mail d’Ulysse, elles essayent de créer une vie et une personnalité à ce personnage virtuel. Est-elle douce, libertine, jalouse… et plus concrètement, est-elle mariée,  avec des enfants, … citadine ???

Ce roman épistolaire est d’abord extrêmement agréable à lire, on a d’ailleurs du mal à le reposer, on a sans cesse envie de continuer la lecture. Les jeux de mots, de langage, les amusements stylistiques créent une surprise à chaque page. Cet échange de mails m’a fait penser aux deux Glattauer où la dimension instantanée des missives et l’évolution des personnages m’avait également charmée. Mais ici, le dénouement est spectaculaire, parfaitement réussi, j’ai été bluffée par le retournement de situation qui, de plus, laisse la porte ouverte à pas mal de questions essentielles sur l’identité, la valorisation de soi-même auprès des autres, l’amour.

 

Ø  « 01h36

De : Eva

À: Ulysse

Objet : RE : Mignardises… à la pomme

Il y a mille façons de croquer la pomme, vous savez, cher Ulysse. Laquelle a vos faveurs ?

Il faut déjà bien choisir le fruit. Ferme, lisse, la peau légèrement acidulée, je trouve que cela procure des sensations plus vives, surtout si la chair est un peu coriace. Mais à l’occasion, je ne dédaigne pas de la consommes préparée. Pas en charlotte ni en tatin, ça fait trop tarte… En chausson, c’est pire : pourquoi pas en charentaise ? Mais on peut la farcir, on peut la flamber, ou la regarder fondre (dans une noix de beurre avec un soupçon de cannelle). Car tout est bon en elle, et c’est bien à tort qu’on en a fait un fruit défendu, ne croyez-vous pas ?

Ou peut-être est-ce pour cette raison qu’on l’aime ? »

 

Ø  « 18h13

De : Sophie

À : Alice

Objet : RE : Mais qui est Ulysse ?

Ma petite Alice, j’ai du mal avec le mot mec, tu le sais bien. Certains hommes sont beaux, aucun « mec » ne peut l’être.

Pour le reste, qui est Ulysse, on s’en moque. On ne le saura jamais vraiment et c’est très bien ainsi. Si notre petit jeu change de règles, Ulysse va disparaître à son tour. Ulysse, ce pourrait être n’importe qui. N’importe quoi. Il s’est bien gardé de lever le voile.
Protéiforme, il s’est prêté au jeu des métamorphoses. Il ne peut devenir ni mari, ni amant. Il est l’homme. Ecce Homo. Jamais nous ne pourrons le rencontrer, c’est ce que Jeanne ne comprend pas. Jamais il ne pourrait prendre corps – sans s’encombrer de réalité. Les chaussures au sol. Les ronflements. L’odeur des aisselles après l’effort. La corne sous le pied. Les souvenirs anciens. La peur de l’avenir. La décomposition, jour après jour. Et un soir, la mort. Mais Ulysse n’a pas de corps : ce sort lui sera donc épargné. Car s’il n’est pas réel, il ne peut pas mourir. »

 

Une très belle réussite que ce roman que je ne peux m’empêcher d’estampiller « Coup de cœur ». Bravo à l’auteur !

Je remercie Ella Balaert ainsi que les éditions Myriapode pour ce joli cadeau !

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y
ça confirme mes goûts envers cette auteure, bien que je n'aie pas lu ce roman. Mais bien sûr, je vais tenter de le trouver
Répondre
V
tu voudrais que je te l'envoie? ça ne me dérange pas du tout !
E

Je découvre tout juste cet article! Que c'est gentil à vous!Je suis ravie que mes trois petites femmes vous aient fait passer un bon moment. (Mais ne me remerciez pas de l'envoi: hélas,
je n'y suis pour rien)
Répondre
V


il n'est jamais trop tard :-) Merci à vous, au moins pour le bon moment passé ! 



A

Il a l'air moins superficiel que le Vent du Nord.
Répondre
V


il va plus loin, il est plus subtil, plus surprenant.



M

J'aimerais bien lire ce livre.  J'aime les romans épistolaires et il semblent y avoir de beaux personnages! :)
Répondre
V


oh oui ! ce roman m'a vraiment charmée!



Y

Une pépite on dirait...
Répondre
V


y'a un peu de ça :-)



M

Et un livre de plus dans mon pense-bête, un !
Répondre
V


je pense que tu ne le regretteras pas de l'ajouter à la liste que je devine longue...



S

Je plaide coupable pour la surprise ;) Je suis ravie que "Pseudo" t'ait plus, je l'avais beaucoup aimé !
Répondre
V


merci merci !!!



K

Belle surprise, en effet (et puis si on n'aime pas le livre, on n'est pas obligé d'en parler, puisqu'on ne l'a pas demandé; pour ceux qu'on a demandés, le problème est autre)
Répondre
V


tout à fait !



C

Je veux bien des surpises comme ça moi aussi tous les jours !
Répondre
V


ah oui, c'est le pied! :-)



S

Sympa, effectivement ! Les surprises de ce genre sont parfois des cadeaux empoisonnés quand on reçoit un livre qui ne correspond pas à ses goûts. Mais là, visiblement, l'éditeur a choisi
judicieusement le destinataire de son cadeau. J'aurais apprécié également, sans nul doute, vu ce que tu en dis....
Répondre
V


oui, la surprise a été géniale!



L

En effet, ça a l'air pas mal du tout !
Répondre
V


oui, une jolie découverte!