Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 17:41

 

Quatre récits graphiques plus ou moins longs qui s’apparentent fortement à des fables.

1)      Le Miracle de la dignité : l’oncle Amos, clochard, rencontre le riche cousin Irving dans la rue. Celui-ci, pris de pitié, veut lui donner 5 dollars. L’oncle Amos se vexe, veut d’abord qu’on l’aide à « retrouver ma dignité ! Je ne veux pas la charité ». A contrecœur, Irving lui fait un prêt de 10000 dollars et l’engage dans son entreprise.  Retournement de situation : quelque temps plus tard, l’entreprise d’Irving fait faillite et c’est Amos qui passe pour le grand nabab de la famille et se voit donc contraint de payer les études de Julius, le fils d’Irving. Nouveau basculement lorsque Julius, désormais adulte et notaire, rachète l’affaire d’Amos qui périclitait. Amos est à nouveau dans la rue. « De temps en temps, la famille se réunissait et parlait de collecter des fonds auprès des parents pour aider l’oncle Amos à repartir de zéro. Mais personne n’osait aller lui faire une telle proposition… Franchement, on avait peur de le vexer… C’était, après tout, un homme d’une si grande dignité. »

2)     Magie de rue ou comment un gamin évite le guet-apens tendu par la racaille de son quartier.

3)     Un nouveau dans le bloc : Un jeune apparaît dans le « bloc », quartier juif où tout le monde se connaît. Sa langue est incompréhensible, il semble sauvage, ni éduqué ni civilisé et, surtout, complètement perdu. Ses disparitions et réapparitions successives rythmeront la vie des habitants du bloc.

4)     Une bague de fiançailles spéciale : mon « miracle » préféré. Deux voisines veuves arrangent le mariage de leur enfant respectif : Reba, la sourde-muette, épousera Marvin, l’infirme à qui il manque une jambe. Contre toute attente, le couple est très heureux et leur bonheur est attribué à la bague de fiançailles un peu sépciale selon le bijoutier, si spéciale que son affaire connaît un énorme succès jusqu’à ce qu’il se fasse tuer au cours d’un cambriolage. Le miracle se prolonge, Reba retrouve la parole mais Marvin n’est plus assez bien pour elle, elle a envie d’aller danser et de sortir. Jusqu’au jour où… elle perd la vue. Marvin lui pardonnera son rejet et reviendra vers elle. Le conte de fée reprend.

 

            On baigne dans la culture judaïque, et ne la connaissant que très peu, cet aspect m’a beaucoup plu. J’ai d’abord trouvé les histoires racontées un peu légères et très simples. Pourtant, une fois ce roman graphique refermé, elles m’ont poursuivie quelque temps et m’ont fait réfléchir. Un peu de jugeote, beaucoup de compassion, des élans de tolérance et de reconnaissance, voilà ce que constituent les « petits miracles » version Eisner. Tout est dans la simplicité, dans la délicatesse. Je connais le succès et la renommée de ces récits graphiques et même si je les ai trouvés tout à fait plaisants, cette effervescence m'a surprise. Ca reste moralisateur et de forte influence judéo-chrétien : fais le bien et on te le rendra… d’où le religieux du titre.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article

commentaires

Manu 06/08/2011 12:39



J'aime cet auteur. Je note donc ce titre.



Violette 07/08/2011 10:49



je crois en effet que Eisner a encore plein de "petits miracles" dans sa poche!



Noukette 27/07/2011 14:22



Le seul roman graphique de Will Eisner que j'ai lu, bien aimé mais pas de coup de coeur !



niki 21/07/2011 22:13



de will eisner, je ne pense que du bien 



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages