Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 14:54

Au départ, j’ai bien cru qu’il s’agissait encore d’une énième chronique de voyage comme Pyongyang de Delisle ou Tokyo Sanpo de Chavouet (que j’apprécie beaucoup beaucoup). Non. Ou alors au début et plus après.

Paul est marié à Lucie et papa d’une fillette prénommée Rose. Au début de la BD, la famille de Lucie, originaire du Québec, et l’esprit de tribu sont mis en lumière. La langue québécoise est riche et savoureuse, les expressions rigolotes pour les non-initiés fusent, on trinque à l’indépendance du Québec, on joue au scrabble et au jeu de cartes « J’achète », on se baigne dans une piscine chauffée dehors même en hiver, les parents de Lucie, Roland et Lisette pour leurs enfants et leurs « petits-lapins ». Bref, ces premières planches, je les ai trouvées sympa, sans plus… parfois même un peu confuses pour moi qui ne pratique pas le Québec (mais qui rêve d’y aller !).


            La seconde partie de l’album prend une autre tournure. Roland, le beau-père de Paul, est malade. Il ne lui reste que trois mois à vivre. Sa femme, Lisette, tente d’abord de le garder à la maison mais les maladresses de son mari, ses requêtes incessantes, son absence d’autonomie la contraignent à le placer dans un centre de soins palliatifs. L’endroit paraît idéal, le personnel est aux petits soins, les animations sont variées et ça ne ressemble pas à un hôpital. Pourtant, Roland joue à l’ours mal léché et se met tout le monde à dos. Heureusement, il change très vite d’attitude… Les jours passent, ses trois filles se relaient pour lui tenir compagnie et la petite famille de Paul vient aussi très régulièrement le voir. Roland maigrit, dépérit, s’affaiblit et finira par décéder une nuit après une soirée où ses filles ont fait un petit dîner dans sa chambre sur sa musique préférée, l’Ave Maria de Schubert.

Ce thème de la fin de vie m’a extrêmement touchée, j’ai beaucoup pleuré, les différentes étapes de la lente marche vers la mort sont pertinemment décrites. Certains détails m’ont bouleversée : Rose, la petite fille qui ne veut plus quitter le béret de son grand-père mort, sa dernière visite sur sa tombe, le texte prononcé à l’enterrement…. Tout en pudeur, sans faux-semblant, délicatement et subtilement, Rabagliati évoque un événement de sa vie.

Le dessin est simple, le noir et blanc se prête bien à la sobriété du récit. Un bel album à découvrir absolument !

»   16/20   »

Partager cet article
Repost0

commentaires

G

Avec plaisir !
Répondre
G

Je suis fan ! J'adore Paul ! (cf. mes billets qui lui sont consacrés sur mon blog http://grigrigredin.wordpress.com). Je ne peux que conseiller à tout le monde de lire Rabagliati ! Quand j'ai lu
"Paul à Québec", je suis vraiment passée du rire aux larmes (enfin presque...).
Répondre
V


merci pour le lien, je vais voir ça!



Y

Les dessins sont beaux mais je t'avoue ne pas avoir envie de lire ce genre de livre en ce moment.. peut-être plus tard.
Répondre
V


c'est sûr qu'il faut s'accrocher...



C

Je ne sais pas si le thème m'intéresse mais les dessins semblent jolis.


Bonne soirée.
Répondre
V


le texte comme le graphisme valent le détour



C

Décidément Paul est partout et je ne l'ai toujours pas rencontré ... Il va falloir que j'y remédie !
Répondre
V


c'est ce que je me disais il y a quelques semaines :-D



J

Une très belle série, j'adore !
Répondre
V


ma bibliothèque n'a que celui-là, dommage... je vais me le procurer d'une autre manière :-)



R

Je suis un admirateur convaincu et convainquant de Michel Rabagliati !


Je me retrouve bien dans le personnage de Paul, les lieux et l'atmosphère de ses albums. Pour moi, c'est du bonbon !!


Merci !
Répondre
V


je t'en prie :-) J'en lirai d'autres, suivant ton enthousiasme!



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages