Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 22:37

Un livre à double tranchant

Marseille.

       Antoine avait déjà été brisé une première fois par le destin, il avait perdu sa femme cinq ans auparavant. Crise cardiaque dans un manège à sensation. C’était sur sa fille de 7 ans, Marie, que toute son attention, toute son affection s’était reportée. Ils formaient la paire, étaient inséparables, « tout le quartier souriait en les voyant passer main dans la main, jamais l’un sans l’autre en dehors de l’école ».

       Un soir, à la sortie de l’école, Antoine a un peu de retard. Pas de Marie. On l’a vue entrer dans la voiture d’une femme. C’est le précipice. Police, témoignages, avis de recherche, traque, solitude. Petit à petit, c’est la piste des pédophiles qui est privilégiée et Antoine, aidé de son vieux pote voyou, Jacky, pénètre encore un peu plus dans l’horreur en découvrant des enfants enlevés, agressés, torturés, violés puis tués. Il visionnera des cassettes vidéo montrant des viols d’enfants. Il deviendra un clochard pour mieux surveiller les entrées et sorties des suspects. Il s’improvisera détective et ira jusqu’à se servir d’armes, jusqu’à tuer un de ces bourreaux d’enfants. Tout pour retrouver sa fille.

       Et il la retrouvera, impliquée dans une secte, des mois plus tard. Mais vivante.

 null

       Est-ce bien utile de préciser que ce roman contient des passages difficiles à lire ? Il est haletant, bien écrit, bien ficelé, mais vraiment à vomir par endroits ! L’auteur l’a écrit à l’époque où il suivait l’affaire Dutroux. L’étincelle du livre, c’est l’amour d’un père pour sa fille. Il brille : « Si je ne voyais que son pied je le reconnaîtrais, je reconnaîtrais son souffle. Il y a sept ans que je la regarde vivre et que je l’écoute dormir. J’ai l’impression qu’elle a grossi dans mon ventre, qu’elle a tété ma chair et qu’elle y est encore. Jour et nuit je sens battre son petit corps, là. » Il plaqua sa main sur son ventre.

       Un roman acéré et enflammé comme le pieu qui a crevé l’œil du Cyclope. Un roman vrai, poignant, au suspense implacable, d’un auteur qui anime des ateliers d’écriture dans les prisons depuis deux décennies. Un roman noir noir noir où l'homme est un loup pour l'homme.


       La vérité et la justice sont des mots bien difficiles à définir

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 10/04/2010 20:26


En effet, un roman très noir on dirait.


Lilibook 05/04/2010 17:00


Un beau roman certainement, intéressant. Mais que je ne lirais pas de par sa dureté.


Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages