Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 13:31

 

null

            Depuis quelques semaines, vous trouvez la vie trop joyeuse ? Les gens qui vous entourent vous aiment, vous leur rendez bien et cette dimension trop prévisible de la vie commence à vous agacer ? La littérature française, quant à elle, vous paraît optimiste, limpide, sans surprise, toujours trop gaie ?  J’ai la solution pour vous !

            En quelques répliques, Marie Ndiaye nous transporte dans un univers sombre et féroce. Trois femmes : Mme Diss et ses deux belles-filles, Nancy et France. La scène se joue devant la maison du fils de Mme Diss, en pleine campagne, sous un soleil de plomb. La plus âgée n’est ici que pour réclamer de l’argent à son fils. Nancy, l’ex-femme du même type, est là en quête d’informations. Elle a abandonné son enfant à son père, l’enfant – Jacky – est mort mystérieusement. Mme Diss lui raconte alors, sur le ton indifférent de celle qui s’en fiche que le père a longuement maltraité son fils avant de l’enfermer dans une cage avec des vipères. France, elle, admire ouvertement Mme Diss mais elle reste sous la domination tyrannique de son mari (le fils de Mme Diss) qui n’apparaîtra jamais mais sera bien présent par son despotisme, voire son vampirisme. La métaphore du repas glisse discrètement le long des pages. Si le père a tué son fils, s’il l’a « mangé », c’est pour mieux revivre, pour puiser force et vitalité dans cet acte meurtrier.

            Cette lecture plus qu’inquiétante m’a donné froid dans le dos. La pièce porte bien son titre. Tout n’est que venin, perfidie et cruauté ! Qu’est-ce qu’on est loin du théâtre classique ! Cette pièce a quelques traits de famille avec le théâtre de Beckett, mais j’ai eu bien plus de mal à adhérer au style froid qui met en valeur les rapports de soumission et de persécution entre les personnages. Œuvre riche mais troublante, déstabilisante mais philosophique.

Quelques répliques :

« NANCY. – Et … mon pauvre garçon ?

MME DISS. – Par une certaine chaleur de la voix le père a du faire de moi son associée plus que je ne le pensais.

NANCY. – Tu battais le petit Jacky ?

MME DISS. – Je ne le battais pas mais je ne trouvais pas déshonorant qu’il fût battu, comme, semblait-il, il ne souffrait pas. S’il ne souffrait pas.
NANCY. – Il devait bien souffrir. »

 

            Notons que Marie Ndiaye a été, en 2009, l'auteur francophone le plus lu !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

krol 27/05/2011 19:51



Non, je ne trouve pas la vie trop joyeuse... donc je ne vais pas l'alourdir encore de lectures de ce type. Et puis, je n'ai pas un très bon souvenir de ses trois femmes.



Violette 28/05/2011 11:55



je tenterai peut-être un autre titre mais en me préparant psychologiquement. C'est vrai que c'est particulier...



pyrausta 26/05/2011 09:52



brrr.....froid dans le dos...je note mais j'attends une forme meilleure



Violette 26/05/2011 09:57



ah, il vaut mieux ne pas être déprimé pendant cette lecture!



sybilline 25/05/2011 13:01



Oulala cette pièce m'a l'air effrayante !! C'est vrai que l'auteur est loin d'être une comique, mais ses livres sont quand même moins glacés et méchants !



Violette 26/05/2011 09:58



c'est assez -gloups- en effet...



Alex-Mot-à-Mots 25/05/2011 10:08



Où il est encore question de trois femmes....



Violette 25/05/2011 12:57



tu es plus perspicace que moi (nouille que je suis!) ^^



niki 24/05/2011 19:10



et bien, ça n'a pas l'air gai tout ça ! j'ai un roman de cette auteure dans ma pal, du coup j'hésite à la lire 



Violette 24/05/2011 20:43



j'ai eu du mal, j'avoue, même si je ne dénigre pas les qualités littéraires de l'oeuvre.



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages