Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 12:02

Ce livre sommeillait dans ma PAL depuis pas mal de temps. Je me disais que je ne l’aimerais pas, qu’après avoir lu Rien ne s’oppose à la nuit, je serais déçue (difficile d’égaler un tel bouquin !), eh bien, j’ai eu tort, grandement tort !

Mathilde est une femme d’une quarantaine d’années qui ne vit que pour deux choses : ses trois garçons qu’elle élève seule depuis que son mari est décédé dix ans plus tôt, et son boulot. Bossant dans une grande boîte, c’est son travail qui l’a aidée à refaire surface, à se faire belle, à vouloir (re)devenir une conquérante. Elle a donc accumulé les heures, a sacrifié des week-ends et des soirées pour être la meilleure. Son directeur, Jacques, vexé par une seule petite remarque au cours d’une réunion où Mathilde a habilement suggéré qu’il puisse avoir tort, écrase petit à petit celle qui était devenue sa directrice adjointe. Cette violence silencieuse, ce harcèlement latent, Mathilde ne peut y faire face. Ce sont des réunions auxquelles elle n’est plus conviée, ce sont des dossiers auxquels elle n’a plus accès, des pots auxquels on a oublié de l’inviter… le lent processus d’humiliation, d’exclusion va rendre Mathilde dépressive. Pourtant, Mathilde, par désespoir, est allée consulter une voyante qui lui a prédit que sa vie changerait le 20 mai.

Thibault est un médecin urgentiste qui parcourt les rues de Paris pour soigner les gens. Il est las de côtoyer la misère, de se frayer un passage dans les bouchons, de répéter sans cesse les mêmes gestes, les mêmes paroles apaisantes. Ce jour-là, le 20 mai, il éprouve à la fois du soulagement et de la déception. Il vient de quitter sa maîtresse qu’il aimait, elle qui ne lui offrait que quelques nuits de sexe sans jamais aucune marque de tendresse ni d’affection. Il est fier d’avoir eu le courage de la quitter mais elle lui manque déjà…

La tension du livre réside dans la possibilité de rencontre entre ces deux êtres épuisés et abîmés par la vie. Les deux font le même rêve : « une femme/un homme à qui il/elle demanderait : est-ce que tu peux m’aimer ? Avec toute sa vie fatiguée derrière lui/elle, sa force et sa fragilité. »

Non seulement, j’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture mais j’ai aussi trouvé que le ton était très juste, les clichés absents, la subtilité omniprésente. Un regard contemporain sur l’entreprise, les relations homme-femme, la ville (quelle diatribe … on en vient à adorer la campagne !). Le titre est polysémique, il est question des tracas du métro mais les « heures souterraines » peuvent aussi désigner ces creux présents dans chaque vie, ces heures passées dans l’ombre et dénuées de tout espoir. Etrangement, la fin ne m’a pas déçue et j’y ai vu, malgré tout, une once d’optimisme. A lire !

« Elle aurait dû raconter les rendez-vous annulés à la dernière minute, les réunions déplacées sans l’en informer, les soupirs excédés, les remarques piquantes sous couvert d’humour, et ses appels qu’il ne prend plus alors qu’elle le sait dans son bureau. Des oublis, des erreurs, des agacements qui, isolés les uns des autres, relevaient de la vie normale d’un service. Des incidents dérisoires dont l’accumulation, sans éclat, sans fracas, avaient fini par la détruire. Elle a cru qu’elle pouvait résister. Elle a cru qu’elle pouvait faire face Elle s’est habituée, peu à peu, sans s’en rendre compte. Elle a fini par oublier la situation antérieure, et le contenu même de son poste, elle a fini par oublier qu’elle travaillait dix heures par jours sans lever la tête. Elle ne savait pas que les choses pouvaient basculer ainsi, sans retour possible. Elle ne avait pas qu’une entreprise pouvait tolérer une telle violence, aussi silencieuse soit-elle. Admettre en son sein cette tumeur exponentielle. Sans réagir, sans tenter d’y remédier… Elle est la cible aujourd’hui et il ne reste plus rien…. Elle se tait parce qu’elle a honte ».

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Coralie 13/08/2013 21:01


hop, ajoutée à ma to-read list !

Violette 14/08/2013 11:26



tu as bien raison, en plus, il est vite lu!



Enitram 23/01/2013 14:52


Une livre très fort d'une réalité désespérément d'actualité !


Le monde du travail est devenu pour certains un enfer !


 

Violette 24/01/2013 21:04



sans doute, je ne me rends pas compte mais ce livre en est un beau cliché!



Anis 19/01/2013 21:06


J'ai vraiment beaucoup aimé moi aussi. Et le titre est parfait, on plonge dans un monde qui manque d'air où la lumière s'est tue.

Violette 20/01/2013 12:27



tout à fait! Je crois même que je relirai le livre... un jour.



carolinette 17/01/2013 11:07


j'ai beaucoup aimé ce livre moi aussi. :)

Violette 18/01/2013 18:46



:-)



Hélène 17/01/2013 09:01


Je l'avais déjà noté, il semble un incontournable sur le monde du travail !

Violette 18/01/2013 18:48



oui, juste et intéressant à la fois!



Cristie 12/01/2013 20:43


Un livre qui m'a beaucoup plu ! J'aime beaucoup cette auteure !

Violette 14/01/2013 20:49



moi aussi!



Lilibook 10/01/2013 20:31


Je ne l'ai jamais lu mais je dois dire qu'il pourrait certainement me plaire.

Violette 12/01/2013 10:41



tente le coup !



isa tout simplement ... 09/01/2013 23:08


J'ai lu en suivant No et moi puis Rien ne s'oppose à la nuit et ait besoin de faire une pause ... mais je ne devrais pas tarder à lire celui ci ! 

Violette 12/01/2013 10:42



j'ai vraiment aimé... plus que No et moi, même!



Marion 09/01/2013 09:37


Je n'en ai pas gardé beaucoup de souvenirs, mais je me souviens avoir beaucoup aimé ce roman lorsque je l'ai lu!

Violette 12/01/2013 10:52



il est court, donc vite lu!



Midola 09/01/2013 08:53


Je n'ai pas encore lu ce titre mais j'ai beaucoup aimé Rien ne s'oppose à la nuit et No et moi. 

Violette 12/01/2013 10:50



je serais curieuse de lire ton avis sur celui-là alors!



Noukette 09/01/2013 00:09


J'ai beaucoup aimé ce roman... Thibault et Mathilde sont des personnages qui m'ont marquée !

Violette 12/01/2013 10:51



pareil! j'ai été très touchée par leur parcours de vie!



Philisine Cave 08/01/2013 21:41


Je ne l'ai pas aimé, désolée ! j'ai trouvé que c'était dun sombre, mais d'un sombre (pire qu'Olivier Adam, il faut le faire). Aucune lumière, à se flinguer (spirituellement, je précise).

Violette 12/01/2013 10:52



tiens, c'est drôle, je ne l'ai pas tellement vécu comme ça. Certes, ce n'est pas gai, mais j'ai vu une lueur d'espoir.



saxaoul 08/01/2013 19:14


Je l'ai dans ma liseuse et ton billet me donne envie de le lire rapidement !

Violette 12/01/2013 10:52



tant mieux :-)



zarline 08/01/2013 18:17


J'avais oublié ce livre. A l'époque de sa sortie, il ne me tentait pas vraiment: le sujet de l'entreprise, l'histoire d'amour, j'avais peur que ce soit un peu bâteau. Mais tu en parles bien et tu
me donnes bien envie de lui laisser une chance. 

Violette 12/01/2013 10:53



j'ai été très agréablement surprise et le thème de l'entreprise... devient presque passionnant! (si, si)



Yspaddaden 08/01/2013 13:22


Le récent billet de Kathel est tout à fait à l'opposé du tien, comme quoi...

Violette 12/01/2013 10:53



ah, je m'en vais lire son billet alors, c'est toujours intéressant d'avoir des avis opposés



Alex Mot à Mots 08/01/2013 12:34


Un roman fort et bouleversant, je m'en souviens encore.

Violette 12/01/2013 10:54



oui, marquant...



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages