Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 10:58

Le narrateur est un spécialiste du yiddish, il traduit les récits d’Israel Joshua Singer. En juillet, il choisit les Dolomites à la fois pour escalader des montagnes et pour écrire. C’est dans une auberge, en buvant une bière et en mangeant des beignets à la ricotta et aux épinards qu’il croise une femme d’une quarantaine d’années qui le surprend par son large sourire.

C’est à ce moment-là seulement que l’auteur nous dévoile le passé de cette femme. Elle a souri à l’inconnu car il lui rappelle un garçon sourd-muet qui lui avait appris à nager, à apprivoiser l’eau, « à faire la planche », à « manger les oursins crus, ceux qui ont des pointes rouge foncé ». La femme a un passé bien particulier puisque son père est un criminel de guerre nazi, en fuite depuis la deuxième guerre mondiale, sans cesse dans la crainte d’être découvert. L’homme devenu facteur n’éprouve ni regrets ni remords, son seul tort, d’après lui, est d’avoir perdu la guerre. Il passe sa vie dans le silence, parlant peu pour ne pas que sa voix le trahisse. Sa fille a découvert sa véritable identité lorsqu’elle était étudiante, elle n’a pas choisi de suivre sa mère mais est restée avec ce père criminel de guerre.

Dans cette auberge, le traducteur prononce à haute voix le mot yiddish « èmet » et aussitôt le père criminel qui a rejoint sa fille pense qu’on l’a retrouvé, que le mot yiddish est un nom de code. Il quitte rapidement l’auberge, sa fille sur ses talons.

Ce court roman est un chef d’œuvre, « aussi bref que percutant » comme nous dit la quatrième de couverture, un livre qu’il vaut mieux lire et relire plutôt que d’en parler car je sens bien que mes mots sont pauvres et vains pour tenter de décrire la beauté de cet ouvrage. D’une part, cet hommage rendu aux Juifs par le truchement de la littérature, d’autre part ce vieil homme fuyant ses vrais torts, et cette fille qui cherche à retrouver une nouvelle identité. La fin est brillante et Le tort du soldat est un de ces livres qu’on aimerait relire tout de suite.

« La beauté invente des variantes, elle ne répète pas en miroir. »

« Escalader est le plus lent déplacement du corps humain. Le poids sur chaque prise est une syllabe pensée, en gagnant des centimètres. »

 

« Le yiddish a été mon entêtement de colère et de réponse. Une langue n'est pas morte si un seul homme au monde peut l'agiter entre son palais et ses dents, la lire, la marmonner, l'accompagner sur un instrument à cordes. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Noukette 03/07/2014 00:37


Repéré chez Jérôme, tu enfonces le clou !

Violette 08/07/2014 08:48



vite lu, il vaut vraiment le détour!



dasola 28/06/2014 17:55


Bonjour Violette, lu et beaucoup aimé (je n'ai pas encore écrit de billet). Mais au début, il n'est pas écrit que c'est un roman mais un récit et cela m'a un peu perturbé. Je dirais que c'est un
récit romancé. 1ère partie: le romancier raconte son expérience par rapport au fait qu'il s'est spécialisé dans la langue yiddish et la seconde partie est un vrai roman. Bonne fin d'après-midi.

Violette 28/06/2014 17:57



je suis d'accord avec toi, c'est déstabilisant. Merci pour ta remarque! Bonne fin de semaine!



Brize 28/06/2014 13:53


Eh bien, tu me donnes vraiment envie de lire ce titre-là de l'auteur, repéré il n'y a pas si longtemps que cela, mais pour le moment je ne me suis pas aventurée chez lui !

Violette 28/06/2014 17:58



c'est un auteur à part, déjà pour son immense talent! Essaye! 



Manu 22/06/2014 19:41


Un auteur qui ne m'avait jamais vraiment tenté jusqu'à ce titre.

Violette 22/06/2014 22:33



ce sont ses autres titres qui me tentent maintenant...



Alex-Mot-à-Mots 22/06/2014 17:13


Un auteur avec lequel j'ai du mal. J'en ai lu 2, dont son permier romanque j'ai abandonné.

Violette 22/06/2014 22:34



je vais continuer à le lire, je te dirai...



Philippe D 21/06/2014 21:28


Je crois qu'il faut que je retienne ce livre...


Bon dimanche. 

Violette 22/06/2014 22:34



tout à fait! bonne semaine



Céline 20/06/2014 15:20


J'avais aimé aussi, bien que je sois restée un peu plus sur ma faim. Mais quelle écriture !!

Violette 22/06/2014 22:34



oh oui, quelle écriture!



sniper 20/06/2014 14:10


C'est un roman très bref, mais vraiment magnifique, voilà longtemps que je n'avais pas été autant "percuté" par un écrit...comme quoi pas besoin d'en écrire des tonnes, il faut juste écrire
l'essentiel :)

Violette 22/06/2014 22:35



un style inégalable, en effet!



Margotte 19/06/2014 17:03


J'ai beaucoup de respect pour l'oeuvre que construit cet auteur mais je n'ai pas lu son dernier roman alors que l'avant dernier m'avait enthousiasmée... Difficile de tout suivre, hélas... mais
ton billet me donne vraiment envie de le lire !

Violette 22/06/2014 22:35



j'en lirai d'autres, ça c'est sûr !



Midola 19/06/2014 14:10


Tu me donnes vraiment envie de découvrir ce titre, surtout que je n'ai encore jamais lu cet auteur (pourtant sur ma LAL depuis des mois et des mois !).

Violette 22/06/2014 22:36



il faut du temps, du temps, du temps!!!



jerome 19/06/2014 13:24


J'ai adoré moi aussi. En même temps, De Luca ne m'a jamais décu !

Violette 22/06/2014 22:25



c'est mon 1er de l'auteur mais j'ai hâte d'en lire un autre titre.



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages