Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 18:44

Il me tardait de découvrir cet auteur à l’écriture particulière (oui, je le sentais avant de le lire !).

Julian Barnes nous livre une biographie insolite de Flaubert. Il s’intéresse à quelques parties de la vie de l’écrivain, quelques éléments qui l’ont marqué. Il s’interroge par exemple sur le perroquet qui a été à l’origine de celui qui a inspiré Flaubert pour écrire sa nouvelle « Un cœur simple ». Puisqu’il en trouve un à Rouen, au musée Flaubert et un autre à Croisset dans la maison où Flaubert a vécu, il se demande quel est celui qui a servi de modèle à l’écrivain. Donc il enquête … Il va aussi contredire le réquisitoire qui affirme que Flaubert haïssait l’humanité, qu’il détestait la démocratie, qu’il n’était pas patriote, qu’il avait tué des animaux, … point par point, Barnes le défend en affichant des arguments plus ou moins fiables. D’un autre côté, il nous propose une version de Louise Colet, celle qui a été la maîtresse de Flaubert, et là on découvre un homme capricieux, parfois cruel, manquant de tact et prenant du plaisir à humilier sa compagne.

Une donnée importante fait toute la richesse de ce livre qu’on ne peut qualifier de roman ni d’essai, c’est l’humour de l’auteur, un humour anglais subtil et incisif, omniprésent à tel point qu’on se demande si le critique déteste le célèbre écrivain  ou s’il l’adore… je pencherais plutôt pour la seconde option. Je crois que c’est un acte d’amour, un hommage qui tente de révéler les points faibles comme les qualités de Flaubert. Et Flaubert apparaît comme un homme, comme les autres, et un écrivain de grand talent (il écrivait avec une facilité déconcertante !)

La structure du livre m’a paru difficile à saisir mais, pour ma défense, ce fut une lecture de plage, au sens propre du terme, et, se concentrer au milieu des « schhh » des vagues, des « plouf plouf » des enfants, des grains de sable s’immisçant entre les pages, ce fut drôlement difficile.

Découverte du second perroquet : « Puis je l’ai vu. Blotti au sommet d’une haute armoire, il y avait un autre perroquet. Également vert étincelant. Également, d’après la gardienne et l’étiquette de son bâton, le perroquet même que Flaubert avait emprunté au musée de Rouen pour écrire Un cœur simple. J’ai demandé l’autorisation de descendre le deuxième Loulou. Je l’ai posé soigneusement sur l’angle d’une vitrine et j’ai enlevé son globe de verre. »

Une réflexion sur la couleur des yeux des personnages…  (Car ce cher Gustave aurait donné différentes couleurs d’yeux à Emma Bovary !) : « Yeux bruns, yeux bleus. Cela est-il important ? Non pas : est-il important que l’auteur se contredise ? Mais leur couleur est-elle importante ? Je suis désolé pour les romanciers quand ils doivent mentionner la couleur des yeux des femmes : il n’y a pas beaucoup de choix et, quelle que soit la couleur décidée, on risque la banalité. Ses yeux sont bleus : innocence et honnêteté. Ses yeux sont noirs : passion et profondeur. Ses yeux sont verts : violence et  jalousie. Ses yeux sont bruns : sûreté et sens commun. Ses yeux sont violets : le roman est de Raymond Chandler. Comment éviter tout cela sana la musette d’une parenthèse sur le caractère de la dame ? Ses yeux sont de la couleur de la boue ; ses yeux changeaient de teinte en fonction des verres de contact qu’elle portait ; il ne l’avait jamais regardée dans les yeux. »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 15/08/2013 16:44


Tu as raison, un auteur à lire plutôt à tête reposée.

Violette 18/08/2013 21:22



il est bon aussi de voler parfois au-dessus des pâquerettes :-)



Mango 13/08/2013 22:47


Difficile pour moi aussi par moments cette lecture, si je me souviens bien. 


Lie à la plage est à la fois délicieux mais très risqué aussi. Je me souviens d'avoir lu "La cousine Bette" ainsi mais j'ai dû tout relire par la suite pour retrouver une certaine cohérence
 au récit. je n'avais retenu que certains moments forts! 

Violette 14/08/2013 11:23



ah sur la plage, on ne peut pas lire n'importe quoi, il faut du léger, du facile! C'est sûr que Balzac ne correspond pas tout à fait :-) ...



jerome 11/08/2013 22:32


Je ne connais l'auteur que de nom mais je ne crois pas que je m'attaquerai à sa bibliographie avec ce titre-là.

Violette 12/08/2013 16:29



j'en lirai d'autres, je te dirai ;-)



Manu 11/08/2013 15:30


Barnes ets un auteur pour lequel j'ai déjà eu des lectures mitigées. Celui-ci ne m'attire pas trop je dois dire.

Violette 11/08/2013 19:15



ce n'était pas une lecture "facile" mais très intéressante!



niki 11/08/2013 12:26


il est dans ma pal celui-ci (c'est original ça non  ) - je peux donc m'attendre à une agréable lecture

Violette 12/08/2013 15:53



ça devrait te plaire!



keisha 11/08/2013 09:29


Oui, déconcertant.


Ce livre est resté dans ma PAL des années, puis finalemetn, quand même, je l'ai lu!

Violette 12/08/2013 15:55



pas à mettre entre toutes les mains, je dirais...



Richard 10/08/2013 18:53


Une biographie qui m'intéresse grandement !


Merci Violette


Amitiés


Richard aux yeux bleus !

Violette 13/08/2013 09:09



:-) Tant mieux si ça peut te plaire! Bonne journée!



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages