Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 10:13

 

            Ce livre, c’est l’histoire d’une vie, celle d’Onofre Bouvila, adolescent et misérable provincial venu à Barcelone pour se faire de l’argent, chose qu’il réussira à faire à la perfection.  Passé du statut de pauvre bougre à celui de « magnat rapace », il marche sur les autres pour réussir, n’hésite pas à mentir, tricher, voler et tuer ! Comme dans beaucoup d’ascensions sociales brutales et vertigineuses, le personnage se brûlera les ailes –presque au sens propre du terme !

         Mais ce livre, c’est surtout une partie de l’Histoire de Barcelone, allant de 1888, date de la première Exposition Universelle à 1929, date de la seconde Exposition Universelle. Le tableau est d’un réalisme saisissant et édifiant. L’évolution de cette ville se fait au gré de ces expositions qui accueillent le monde entier et requièrent surabondance d’ingéniosité et d’inventivité, mais aussi des événements historiques, des plans de réforme et des extensions de la ville, des décisions de l’alcade (maire de la ville).  Des personnalités cultes sont évoquées telles que Mata Hari et Raspoutine, les inventions du XXème siècle ne sont pas en reste, ainsi le cinéma et l’aviation jouent un rôle important dans l’intrigue.

          C’est à l’occasion d’un court séjour à Barcelone que l’idée de lire ce roman m’est venue. J’avoue que s’il m’a passionnée, que je me suis délectée des passages historiques jamais dénués d’humour, il m’a aussi donné du fil à retordre. Il faut être un amateur de digressions pour apprécier ce livre entièrement, Mendoza est, par là, un digne héritier de Zola et de Balzac.  Le hic, c’est que l’auteur passe souvent du coq à l’âne sans revenir vraiment à son sujet initial ou sans qu’on comprenne pourquoi la digression se justifie. Et mon gros regret, c’est de n’avoir lu de Gaudi que deux petites pages, sur 505, ça fait peu pour l’architecte génialissime qu’il a été.

 

          Un des premiers hommes qu’Onofre a soudoyés en lui ordonnant de tuer un indésirable. Cet hôtelier marié a toujours su caché sa préférence pour les hommes : « L’idée d’avoir tué un être humain de ses propres mains l’obsédait tellement qu’il perdait la tête ; il n’arrivait plus comme avant à maintenir séparées les deux facettes de sa personnalité : tantôt il parlait avec la virile urbanité de l’hôtelier qu’il avait été, tantôt il sortait de sa poche une paire de castagnettes et se mettait à chanter des malagueňas. »

 

           Encore un aperçu de la vie au début du XXème siècle : « Les bains de mer commençaient à se répandre chez les jeunes gens, francomanes, et faisaient grand scandale. Comme presque personne ne savait nager, le nombre de noyés était proportionnellement élevé chaque année. Les curés alléguaient dans leurs sermons cette triste statistique comme preuve de la colère divine. »

 

 

         P1060242.JPG P1060116.JPG 

 

Le parc Güell et le port…

 

P1060134.JPG 

La plage, un mardi fin octobre… et la plage… le lendemain !   

P1060360.JPG

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Annie 09/12/2012 18:14


Ce livre est resté près de mon lit pendant...des années. Je l'ai épousseté régulièrement, commencé quelques fois et n'ai jamais su pourquoi je l'ai reposé tout aussi régulièrement après quelques
lignes lues. Aujourd'hui, je ne sais plus très bien où il est ...et, après ton article, je ne suis pas sûre de ma lancer dans des recherches archéologiques pour le retrouver ! Merci pour ton
billet !

Violette 11/12/2012 22:34



moi aussi j'ai des livres que j'ai souvent ouverts puis aussitôt refermés... c'est comme avec certaines personnes, parfois, ça ne passe pas. Quant à ce Mendoza, honnêtement, je ne le conseille
pas même s'il peut plaire à certains...



kathel 07/12/2012 17:53


Des photos qui me rendent nostalgique ! Barcelone est une ville que j'aime beaucoup. Quant au livre, peut-être, je ne sais pas...

Violette 07/12/2012 18:05



je pense que j'aurais pu trouver mieux si ce n'est relire L'Ombre du vent de Zafon... moi aussi j'adore cette ville (soupir, soupir, soupir...)



Isa tout simplement ... 06/12/2012 12:24


J'adore ce type d'histoire donc je note ce roman ... merci et bonne journée ! 

Violette 07/12/2012 10:05



il ets épais le bouquin, à savoir! Hier je n'ai pas réussi à laisser un commentaire sur ton blog... :-( Vais réessayer!



Alex-mot-à-Mots 06/12/2012 10:36


J'aime beaucoup ce bâtiment en forme de voile, de loin. De près, je l'aime moins.

Violette 07/12/2012 10:09



tu as raison, ce n'est pas LE monument à voir à Barcelone, c'est clair...



niki 06/12/2012 09:44


j'ai lu un polar de mendoza, c'était assez déjanté - mais je ne sais pas si j'ai encore envie de retenter l'aventure avec cet auteur

Violette 07/12/2012 10:14



je ne suis pas sûre non plus de lire cet auteur une 2nde fois...



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages