Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 09:50

J’ai passé d’excellents moments avec ce très bon roman d’espionnage.


Eté 1976. Oxford.

Ruth et son fils Jochen rendent visite à Granny, la grand-mère de Jochen. Ruth trouve le comportement de sa mère étrange, elle est aux aguets et se sent épiée. Devant les interrogations de sa fille, Sally Gilmartin lui remet simplement un dossier « L’histoire d’Eva Delectorskaya » en lui disant « J’aimerais que tu lises ça ».

            Ruth découvre avec consternation le passé de sa mère, son autre nom, sa vie d’espionne.

Tout a commencé à Paris en 1939. Eva assiste avec son père à l’enterrement de son frère, Kolia, sauvagement assassiné. Un homme mystérieux, élégant et sûr de lui l’aborde. Lucas Romer finit par lui expliquer que Kolia travaillait pour le gouvernement britannique et tentait d’infiltrer l’Action Française. Il était engagé dans la bataille contre le nazisme et contre la guerre à venir. Sur sa demande, Eva accepte de prendre la place de son frère pour se venger et rejoint la BSC.

    La-vie-aux-aguets[1]Elle suit d’abord un stage intensif dont les enseignements sont très variés : elle apprend à se débarrasser de son accent russe, fait régulièrement des exercices de mémoire, elle apprend le morse, « la sténo aussi, et l’usage d’un certain nombre d’armes à feu. Elle avait appris à conduire et passé son permis, elle savait lire une carte et utiliser un compas. Elle pouvait attraper dépecer et cuire un lapin et d’autres rongeurs. Elle savait recouvrir ses traces et en laisser de fausses. (…) On lui avait montré aussi comment trafiquer des documents, et elle pouvait désormais changer noms et dates de manière convaincante avec une quantité d’encres spéciales et de minuscules d’ustensiles pointus ; elle savait fabriquer, à l’aide d’une gomme sculptée,  un tampon officiel un peu flou. (…) on lui avait enseignée, lors de matinées fort animées dans ces petites villes inoffensives, l’art de suivre un suspect : seule, en couple, à trois ou plus. Elle avait été suivie elle-même et commençait à connaître les signes indiquant qu’on la filait et les différentes mesures à prendre pour éviter de l’être »… mais surtout, Eva Delectorskaya apprend à se méfier, à ne faire confiance à personne. Les choses vont un peu se compliquer quand elle devient la maîtresse de son « patron », Lucas Romer.

        Le lecteur suit la vie de la fille, Ruth, et en même temps, lit avec elle l’édifiante histoire de sa mère. Sally-Eva distille son histoire à sa fille par épisodes, comme un roman-feuilleton et elle avoue la raison de ces révélations : « Je crois que quelqu’un tente de me tuer ».

Le présent rejoint le passé, la fille devient complice de la mère.

La fiction rejoint aussi la réalité puisque la British Security Coordination (la BSC) a réellement existé pendant la Seconde Guerre Mondiale. Elle avait pour tâche principale d’amener par tous les moyens les Américains à changer d’idée quant à leur ralliement au conflit européen, et engager une guérilla politique contre les non-interventionnistes ou les organisations perçues comme anti-anglaises ou pro-nazies. La BSC instillait de la propagande pro-britannique dans les journaux américains, manipulait les nouvelles diffusées par les radios ; harcelait les ennemis politiques au Congrès et dans l’industrie et répandait de méchants bruits sur les buts et les intentions de l’Allemagne nazie.

 

Un roman palpitant ! Que l’espionne soit une femme ne gâche rien à l’histoire, bien au contraire. Il faudrait se prendre une nuit pour lire ce livre d’une traite. C’est un vrai délice. Pas de pauses, pas de temps morts, pas de répits pour cette espionne hors du commun. Un grand merci à Monsieur William Boyd !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anjelica 13/05/2010 20:42


j'ai bcp aimé ce roman alors que d'habitude, je ne suis pas trop roman d'espionnage car je m'y mélange les pinceaux !


Isa 23/01/2010 14:28


J'ai beaucoup aimé ce roman d'espionnage également !


Mirontaine 22/01/2010 15:57


Je ne suis pas trop roman d'espionnage mais celui-ci m'attire!


Violette 22/01/2010 20:12


c'est une enquête psychologique à certains points de vue...
par contre, si tu rêvais d'être espionne (euh... comme moi), l'envie te passera un peu. Le livre porte bien son titre!


Neph 22/01/2010 12:47


Ah oui, c'est original que ce soit une femme ! Moi qui aime les romans d'espionnage, ça pourrait me plaire.


Violette 22/01/2010 14:19


il est super ! elle est se débrouille très très bien :-)


Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages