Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 16:16

 

 

null

 

          Noël est une période bien entendu propice à la lecture de contes. J’en lis à mes enfants, j’en étudie avec mes sixièmes ; j’ai voulu tester des routes secondaires. Je vous présenterai donc, dans les jours à venir, une série de parodies de contes.

Ma première lecture, La Laide au Bois Dormant reprend bien évidemment La Belle au Bois dormant.

L’histoire, au départ, est similaire à celle que nous connaissons tous. Sauf que la reine donne naissance à deux enfants, deux jumelles, une belle (dont le parcours est le même que celui du conte de Perrault) et une laide. La fille laide est rejetée de sa mère d’emblée, elle est cachée et oubliée dans le sous-sol du château. C’est la fameuse treizième sage-femme (vous vous souvenez, celle qui est très en colère pour ne pas avoir été invitée à la fête pour la naissance de la Belle) qui s’occupe du laideron et l’appelle Lady.

La fille abandonnée renaît une seconde fois quand le couple royal, la Belle, le château et tous ses habitants s’endorment d’un sommeil de cent ans. Elle visite tous les endroits qui lui étaient interdits ; transforme, avec l’aide d’une grenouille, sa chère maman indigne en pou (d’où l’expression « moche comme un pou ») ; s’occupe des habitants du palais comme de ses poupées ; et enfin, elle vieillit. Lorsqu’elle atteint l’âge honorable de cent ans, un prince plus valeureux que les autres, parvient à traverser les ronces qui ont envahi les alentours du château, et comme chez Perrault, la Belle mais aussi tous les êtres vivants se réveillent comme s’ils s’étaient endormis la veille… La Laide, quant à elle, a la joie de retrouver son visage de jeunesse et elle en oublie sa laideur.
          Un des derniers paragraphes : « Lady fut tellement heureuse de voir tout le château reprendre vie, toutes ses « poupées » se lever, parler et rire, qu’elle ne put dire un seul mot et monta dans sa chambre essuyer les larmes de bonheur qui avaient coulé sur ses joues. »

Il n’y a que le roi qui s’étonne de voir un pou à ses côtés.

J’ai parfois souri en lisant ce livre très court. C’est une lecture facile, certes réservée aux plus jeunes, mais l’humour aurait dû être un peu plus présent, je trouve.

Le texte est accompagné d’illustrations savoureuses réalisées par Nadja. Je suis trop paresseuse pour insérer une photo à mon billet mais j’ai bien aimé celle qui montre la Laide habillant ses « poupées » en fonction des saisons. Et on la voit s’occuper de son père, le roi, avec sa barbe à la Robinson, et lui enfiler un tee-shirt disant « I love pou ». Il y a quelques subtilités parsemées dans les images (plus que dans le texte, d’après moi). Tous les personnages sont d’ailleurs des laids en puissance, avec un nez immense.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

I
<br /> Oh là là, vu le culte que je voue à La Belle au bois dormant, je suis curieuse là !<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> oui et non?<br /> je pensais plutôt à une histoire plus pour les garçons : chevaliers, dragons, etc.<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br />  d'accord :-) Non je ne connais pas de version "masculine", mais d'autres peut-être??? :-)<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> ça existe, en version petit mec ?<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> pour les plus jeunes, tu veux dire? La version que j'ai lue est relativement facile à comprendre. Je pense la lire bientôt à mon fils de 5 ans.<br /> <br /> <br /> <br />