Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 10:50

Je n’ai pas su attendre la sortie en poche pour découvrir ce roman…

Un homme entre dans une chambre d’hôpital pour assister aux dernières heures de vie d’une certaine Ilsa Schaffner. La petite-fille de la mourante, Marianne, est là aussi. Si l’inconnu qui se trouve être David Rosfeld est ému, Marianne en veut à Ilsa pour ce qu’elle a été : une nazie qui aurait participé à un massacre d’enfants.

David prend Marianne par la main pour lui révéler la vérité. S’ensuit un monologue ou plutôt un dialogue tronqué puisque David parle seul, reprenant les questions, les réactions et les interrogations de la jeune femme dont on ne nous livre aucune parole.

1941. Considéré comme attardé mental, le jeune narrateur, Jürgen, fils de paysan, se retrouve interné à l’hôpital psychiatrique d’Hadamar. Là-bas, les médecins « avaient pour consigne d’éradiquer non pas la maladie, mais les malades. » Les premières chambres à gaz y étaient inaugurées… avec succès. Un camarade de chambre, David Rosfeld, fils de la grande physicienne, Yaël Rosfeld, tuée par les nazis, se voit épargné grâce à son QI de 180. Choisi pour faire partie d’un groupe d’enfants surdoués, il n’ira pas en chambre à gaz. Mais David, malingre et épileptique, fait à son nouvel ami la plus folle des propositions : « Tu vas me remplacer, Jürgen. Tu vas devenir moi. Et je mourrai à ta place» en lui demandant de poursuivre les recherches de sa mère.  Les deux garçons échangent leur lit et modifient leur numéro de matricule et les dés du destin sont jetés.

C’est au château d’Helm et entouré d’enfants surdoués, que le « nouveau » David rencontrera Ilsa Schaffner, à la fois sa tutrice, son amie, sa confidente (elle seule sera dans le secret de sa véritable identité)… et sa maîtresse.

Pour commencer par le négatif, j’ai été gênée de ne pas savoir quelle était la part de fiction, quelle était la part de réalité historique. Hitler, Göring, Eisntein rencontrent le personnage central. La femme qu’on croyait liée aux pires nazis, se révèle être leur plus grande ennemie. Ensuite, cette histoire d’amour balbutiante m’a paru peu crédible. Le personnage même de David qui ne fait que parler tout seul pendant tout le roman est peu vraisemblable, ce monologue fait de Marianne une gourde qui n’a pas droit à la parole. Et pourtant, je ferais du romanesque le côté positif de ce roman. Quelle histoire ! quels personnages ! Les dernières pages sont touchantes et sublimes de poésie et d’émotion. Une leçon, un exemple, un espoir qui naît de la noirceur, voilà ce que tente de transmettre ce livre qui, quoi qu’on en pense, marquera les esprits.

Suis-je la seule de cet avis ? Didier van Cauwelaert me fait furieusement penser à Eric-Emmanuel Schmitt… même fluidité dans l’écriture, même sujets accrocheurs et légèrement édifiants… même inégalité d’un livre à l’autre ! Je vous rappelle mon énorme coup de cœur théâtral de Cauwelaert :  Noces de sable.

 

 

« le meilleur moyen de cacher son infériorité, c’est en effet de s’imposer comme dominant »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Manu 20/06/2013 20:29


Je suis d'accord avec toi pour le côté inégal de ses romans. J'aimais les lire il y a quelques années mais je me suis lassée.

Violette 23/06/2013 22:18



je n'ai pas tout lu mais c'est vrai que je suis passée du gros coup de coeur à la grande déception...



eimelle 20/06/2013 07:30


je crois que je vais la guetter dans ma bibliothèque! bonne journée!

Violette 23/06/2013 22:17



si tu veux mon avis, il ne mérite pas d'être acheté... mais ce n'est que mon avis :-)



Alex-Mot-à-Mots 17/06/2013 18:47


Mêm einégalité d'un livre à l'autre ? Je ne suis encore jamais tombé sur un mauvais E-E-S. Enfin, pour le moment.

Violette 23/06/2013 22:15



as-tu lu Lorsque j'étais une oeuvre d'art de Schmitt? J'ai trouvé ça affreusement mauvais, je me suis même demandée si ce n'était pas une parodie!



Moka 17/06/2013 09:14


Il est sur ma PAL !

Violette 23/06/2013 22:10



c'est pour bientôt, alors?



Karine:) 17/06/2013 01:34


Il me tente quand même... mais du coup, je pense que je peux attendre en poche!

Violette 23/06/2013 22:10



tu as raison!



cristie 16/06/2013 19:31


Ce livre ne cesse de me tenter alors si en plus tu en rajoutes ! ;-)

Violette 16/06/2013 22:24



attention, ça n'a pas été un coup de coeur pour moi... mais découvre-le et fais-toi ton propre avis!



sylire 15/06/2013 23:01


Il me tente beaucoup mais je pourrai attendre sa sortie en poche.

Violette 16/06/2013 22:25



si j'avais su, j'aurais attendu aussi ! :-)



L'Irrégulière 15/06/2013 13:11


Je parlais de Noces de sable, que tu rappelles à la fin de ton billet ;-)

Violette 15/06/2013 14:45



ah!!! d'accord :-) Alors, oui, il faut la lire cette pièce, elle est formidable!



Valérie 15/06/2013 10:39


Je l'ai reçu grâce au concours de Saxaoul. Je vais donc enfin découvrir cet auteur.

Violette 15/06/2013 12:48



je viendrai lire ton avis!



L'Irrégulière 14/06/2013 19:52


Tu fais bien de me rappeler qu'il faut que je lise cette pièce !

Violette 15/06/2013 12:58



ne t'étais-tu pas trompée de commentaire? 1° ce n'est pas une pièce, 2° il me semble que tu as lu et apprécié ce roman!



saxaoul 14/06/2013 13:51


J'ai beaucoup aimé ce livre et je n'ai pas été gênée par le mélange entre fiction et réalité. Pour Schmitt, je ne peux pas te dire car je crois que je n'ai lu qu'un seul de ses livres.

Violette 14/06/2013 15:07



je sais que ce livre a été un coup de coeur pour beaucoup... je n'en fais pas partie :-(



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages