Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2014 4 27 /02 /février /2014 14:40

                Le hasard fait parfois si bien les choses… je me disais que ça faisait bien longtemps que je n’avais pas lu de nouvelles et pim, pam, poum, voilà un joli recueil de nouvelles qui atterrit dans mon casier du collège. Merci à la prêteuse !

Ces nouvelles évoquent surtout la vie quotidienne : les relations d’un enfant avec son père, une histoire d’amour, une partie d’échecs, le premier job d’un adolescent. Ce qui surprend dès la première page, c’est l’écriture. Coup de poing, elle se révèle puissante, originale, pétillante, hors du commun. Malgré les thèmes triviaux, l’auteur a tout fait pour sortir de la banalité. Ça explose, ça surprend à chaque page et surtout, ça fait sourire ; l’auteur fait preuve d’un humour cynique, ironique, complètement délicieux !

Petit aperçu de « La pêche aux hippocampes », la première nouvelle : le narrateur est un pauv’type qui traîne pitoyablement dans son appart’ depuis des jours et des jours entre « un matelas éventré, de la vaisselle sale, une vieille lettre que je n’avais pas eu le courage d’affranchir, du linge entassé, des livres ouverts, une lampe de chevet hors-service, des plantes arrachées à leurs pots, des boîtes de thon, une multitude de boîte de thon vides disséminées à travers la pièce. » Un copain vient lui annoncer qu’une certaine Fanny cherche à prendre des cours de guitare. Et notre homme des cavernes est guitariste. Il se rend chez elle, tombe amoureux d’elle et perd tous ses moyens : « Elle n’était pas jolie, ni belle, c’était pas tellement ses yeux, ni son petit cul, ça n’avait rien à voir avec toute chose comparable, elle aurait méritée d’être répertoriée, épinglée comme un papillon exotique, recouverte de papier-bulles, statufiée sur les grandes places. Pourquoi n’y avait-il pas de sirènes quand elle se mettait à sourire, de feux d’artifice, de suicides collectifs, de jours fériés ? La poésie ne pouvait même pas lui faire de mal, elle était imperméable au lyrisme, bullet proof, il faudrait inventer autre chose. Je ne comprenais pas comment faisaient les murs pour rester debout. »

Que la nouvelle qui porte le titre du recueil est jolie elle aussi ! C’est une petite fille qui se fait promener par son père… en laisse. Un jour de fête foraine, elle réussit à briser sa laisse (avec une dent trouvée par terre !), à détourner l’attention de son ivrogne de père et à s’enfuir au milieu des barbes à papa et des manèges. Un jeune homme la prend dans son auto-tamponneuse, lui raconte son enfance et lui offre une montre  qu’elle donnera à son père.

N’en disons pas plus, il faut lire ce savoureux recueil de nouvelles qui donnent le vertige !

 

Petite question : pourquoi Arnaud Modat est-t-il fâché avec les accents circonflexes ? ... « il traine » et « il apparait »… ne vaut-il pas mieux « traîner » et « apparaître » ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 14/01/2017 09:50

Comme quoi il commençait déjà bien

Violette 14/01/2017 16:11

Son écriture m'avait bluffée!

grosse buse 04/03/2014 22:03


Et l'on peut constater que je suis capable de commettre des fautes grossières sans aucune aide extérieure ; ce dont je me félicite chaudement.


A.M

Violette 09/03/2014 20:09



:-)



modat 04/03/2014 21:48


Merci pour ce billlet et votre lecture enthousiaste.


Je ne peux être tenu responsable de l'ostracisme circonflexaire que vous soulignez, dans la mesure où je n'y comprends rien. A la limite, je milite secrètement pour l'abolition des accents en
général, tout seul dans mon coin, mais avec virulence. 


Je m'en remets donc  totalement à la bonne volonté de mon éditeur ; qui peut se tromper comme tout le monde mais accrochez-vous quand même : c'est un type qui se relit toujours sept fois
dans sa bouche avant de parler (écoeurant, je suis d'accord...) et il faudra que je me renseigne afin de négocier une part plus généreuse sur mes droits d'auteurs, si jamais la faute est avérée.


Je ne peux rien souhaiter de mieux à ce recueil que de passer encore et encore entre vos mains inconnues. N'hésiter donc pas une seconde à le laisser trainer n'importe où (il est majeur et
vacciné).


Amicalement,


Arnaud M.


 


 

Violette 09/03/2014 20:14



Merci beaucoup pour votre passage ici! Je suis pour la réhabilitation des accents circonflexes et je propose de partir à la recherche de tous les exemplaires de ce livre disséminés à travers le
monde (ou ailleurs!) et d'y apporter de jolies rectifications pointues... La tâche est ardue, il est vrai mais elle en vaut la peine :-) Merci encore à vous et à bientôt, ici ou à la Petite
France ;-)



Eimelle 02/03/2014 09:45


je ne lis pas bcp de nouvelles non plus, alors pourquoi pas!

Violette 10/03/2014 11:00



la lecture est vraiment jouissive!



Didi 01/03/2014 18:23


Bonsoir,


A noter car 1- j'adore les nouvelles et 2- l'extrait est très attirant !


Bises


P.S : p'tt que les accents ont été supprimés à l'impression

Violette 10/03/2014 10:54



pour les accents, j'ai eu la réponse de l'auteur lui-même, la classe :-) Si tu aimes les nouvelles, fonce!



Alex-Mot-à-Mots 28/02/2014 13:11


Une bonne surprise dans un casier de collège.....

Violette 10/03/2014 10:16



j'ai des collègues extraordinaires :-) (bon, pas tous, hein...)



A_girl_from_earth 27/02/2014 23:17


Je ne suis pas très nouvelles mais j'aime bien le titre et l'extrait est assez convaincant. A voir.:-)

Violette 10/03/2014 10:16



à voir et à lire surtout :-)



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages