Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 14:56

 

Pour une fois que je me souviens de mes sources : c’est chez Jostein et Saxaoul que ce livre m’avait fait de l’œil. Elles sont d’accord pour dire que le roman valait bien qu’on s’y intéresse et elles ont bien raison.

Andreas Kuppler est un journaliste sportif. En 1936, il couvre les Jeux Olympiques d’hiver. L’homme est sérieux, passionné par le sport mais un sentiment le malaise le poursuit depuis quelques années, depuis l’avènement du Troisième Reich, en fait. Le boycottage des commerçants juifs qui s’en suivit ou encore l’autodafé de livres organisé par Goebbels qui mit le feu à des milliers de livres « anti-allemands » révolta profondément Andréas. Il s’en voulait de ne pas être d’accord avec la grande majorité, il essayait de suivre le mouvement lui aussi, il avait pris sa carte au NSDAP bien que contraint par son patron.

Dans sa vie privée, c’est le chaos également. Andreas s’est éloigné de son épouse, Magdalena, principalement parce qu’ils n’arrivent pas à faire un bébé. Magdalena ayant abandonné son métier de laborantine pour fonder une famille, sombre petit à petit dans une dépression qui la coupe du monde. Les discours nazis l’aident cependant à garder un peu d’espoir, en effet, peu importe la manière dont l’enfant est conçu, l’essentiel est de créer une famille, selon Hitler. La jeune épouse finit par prendre ce discours à la lettre et, une nuit, rejoint clandestinement un nazi.

Andreas comme Magdalena ont été manipulés, ils le découvrent bien trop tard. Dans ce roman, le mécanisme fourbe et vicieux de l’idéologie nazie est démontré : il fallait suivre, il fallait faire comme les autres, les êtres différents étaient pointés du doigt. Il faut beaucoup de courage à Andreas pour seulement admettre qu’il pense différemment ; quant à sa femme, l’idéologie d’Hitler est un refuge qui la rassure ; comme tant d’autres elle préfère la sécurité à l’honnêteté, le confort à la prise de risque.

Même si c’est une fiction, l’auteur, on le sent bien, tente de comprendre ne serait-ce qu’un peu, l’endoctrinement qui a contaminé les esprits allemands dans les années 30. Grâce au personnage d’Andreas, on se met à croire que le doute avait germé dans certaines têtes mais que, par peur de représailles nazies, il n’est pas allé jusqu’à une tentative de rébellion.

Un beau livre passionnant, qui, dans un grand élan romanesque, mêle vie privée, problèmes de couple et événement historique.

« Les services de Goebbels donnaient chaque jour des directives très précises sur la façon dont l’information devait être traitée : quels étaient les événements, les thèmes qu’il convenait d’aborder, quelle couleur dominante donner aux articles en unes et aux couvertures, quelles nouvelles passer sous silence ou traiter dans l’optique du régime, quels articles devaient être illustrés de photographies… Aucun domaine n’échappait à ces instructions, encore moins le sport en cette année olympique où chaque record, chaque médaille mettait en jeun l’image du Reich. La quasi-totalité des rédactions appliquaient avec zèle ces dispositions. »

 

 

Un roman qui m’a beaucoup rappelé  La Femme de nos vies de Didier van Cauwelaert.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jerome 12/11/2013 11:54


Tu en parles très bien mais le thème ne m'attire pas du tout. Du coup je crois que je vais passer mon tour.

Violette 13/11/2013 11:01



je peux comprendre que le thème n'attire pas forcément... moi, c'est par périodes, parfois, je ne peux plus.



Alex-Mot-à-Mots 11/11/2013 16:38


2 romans à noter. Dans un même billet, ça fait beaucoup....

Violette 11/11/2013 18:34



oui, c'est ça, deux ;-)



A_girl_from_earth 10/11/2013 23:24


Le livre semble valoir le détour en effet, au vu de ton billet.

Violette 11/11/2013 11:13



tout à fait :-)



Sandrine 10/11/2013 16:38


Tout à fait dans mes cordes bien sûr. Si l'auteur ne fait pas trop dans le démonstratif...

Violette 10/11/2013 17:33



c'est plutôt sobre même  !



Theoma 10/11/2013 10:25


en effet, la couv ne fait pas envie mais ton billet, si !

Violette 10/11/2013 10:58



c'est l'essentiel :-)



Sophie 09/11/2013 22:56


Le thème me plait... Je note !

Violette 10/11/2013 11:00



tu peux, les yeux fermés!



Valérie 09/11/2013 20:41


Il est rare que je trouve les couvertures de cette maison d'édition laides mais là...

Violette 09/11/2013 21:57



tu as raison, ce pseudo collage n'est pas une réussite...



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages