Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 09:55

Le sous-titre de ce court roman destiné aux jeunes collégiens aurait pu être « Une famille nombreuse en 1968. »

Ils sont cinq garçons, Jean-A l’aîné, Jean-B le narrateur, Jean-C , Jean-D et Jean-E pour les suivants. Leur père leur a attribué le prénom de leur grand-père accompagné d’une lettre…. car il n’a pas bonne mémoire ! Ils ont entre 2 et 10 ans et habitent Cherbourg avec leur mère « très organisée » et leur père médecin et mauvais bricoleur.

La vie d’un gamin –ou plutôt de cinq gamins !-  est décrite avec ses bonheurs et ses malheurs : la séance hebdomadaire à la piscine, les vacances ratées à la montagne, l’envie d’avoir un chien, le camp scout, le rêve de posséder une télé et surtout l’arrivée d’un 6è enfant qui ne peut être, évidemment, qu’une fille qu’on appellerait Hélène. La fameuse recette de l’omelette au sucre est inventée par le père maladroit qui ne sait pas cuisiner et qui régale, pourtant, les garçons, le soir où la maman est à l’hôpital et s’apprête à donner naissance… à Jean-F !

J’ai vraiment pris plaisir à rencontrer cette famille qui, malgré leur nombre (qui personnellement, me fait froid dans le dos), les torgnoles distribuées trop fréquemment, les 1001 bêtises, émeut le lecteur. C’est drôle, tendre et ça respire la confiance en la vie (moins présente dans les années 2000 que dans les années 60 !)

On retrouve les aventures et mésaventures de la fratrie dans les titres évocateurs de Le Camembert volant et La Soupe de poissons rouges.

Et Le Collège fantôme est ici !

 

Avant la séance piscine : « Le samedi n’est pas un jour comme les autres.
D’abord parce que papa vient nous chercher à la sortie de l’école.

Quand on passe le portail, on l’aperçoit de loin, dans la foule des parents. Papa est si grand, qu’à côté, les autres pères paraissent des pères pygmées.

Tous nos copains sont jaloux. Même François Archampaut dont le père est riche et possède plusieurs usines.

François Archampaut dit que son père fait du karaté et qu’il est tireur d’élite, mais je l’ai vu une fois : un petit type tout chauve avec un costume à rayures qui attendait François, assis sur la banquette arrière d’une grosse DS 19.  Ses lunettes arrivaient à peine à hauteur de la fenêtre. Le chauffeur a ouvert la portière et François a sauté à l’intérieur comme s’il avait eu honte. »

Après la séance piscine : « Mais le mieux, c’est quand on rentre.

Avec toutes les tasses qu’on a bues, on a l’estomac qui pèse des tonnes. Dehors, il pleut parce que c’est l’hiver et qu’on est à Cherbourg, on grelotte à cause de nos cheveux mouillés et on se sent tout faibles d’avoir tant nagé.

Chaque samedi, quand on revient de la piscine, maman a préparé une gougère.

C’est une espèce de couronne en pâte à choux dorée, moelleuse et chaude comme une brioche qui embaume jusqu’en bas de la cage d’escalier. J’adore la gougère. C’est mon plat préféré. Le menu spécial du retour de la piscine. Une sorte de promesse dorée et succulente flottant au-dessus des courants d’air et de l’odeur de désinfectant de la piscine...

On commence par se faire gronder parce qu’on ne s’est pas bien séché les cheveux, on étend les maillots et les serviettes au-dessus de la baignoire, puis papa dit :

- Qu’est-ce qu’on mange de bon, ce soir ? J’ai une faim de loup !

- C’est une surprise, dit toujours maman. Un reconstituant pour mes grenouilles.

Quand elle apporte le plat du four, on pousse tous des cris émerveillés comme si on ne s’était douté de rien. Nos diplômes de 25 mètres brasse trônent sur la commode, on se gave de pâte à choux jusqu’à avoir l’estomac qui explose. La croûte craque sous la dent, la pâte chaude fond dans la bouche, on raconte nos exploits nautiques tandis que la pluie fouette les carreaux et que la corne de brume mugit dans le lointain. »

Partager cet article

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - jeunesse
commenter cet article

commentaires

Anis 17/08/2012 21:14


C'est vrai qu'en 68; on pensait changer le monde, aujourd'hui on se demane à peu près comment le conserver en l'état, sans tout bousiller. Allez , encore deux semaines, dont quelques jours de
canicule, pour les enseignants.

Violette 19/08/2012 11:52



oui, les temps ont bien changé!



Lilibook 14/08/2012 18:13


J'avais passé un agréable moment lecture avec cette série jeunesse

Violette 16/08/2012 21:00



on n'a rien n'à lui reprocher, n'est-ce pas?



isa 13/08/2012 08:08


je note pour ma fille , bien qu'en ce moment elle soit sur la collection des Winx dans la bibliothéque rose ...

Violette 13/08/2012 19:29



je ne connais pas Winx mais ce livre-là lui plairait sans aucun doute!



Lystig 13/08/2012 06:36


tiens, pourquoi pas pour mes Anges !

Violette 13/08/2012 19:31



de 7 à 97 ans ... :-)



Alex-Mot-à-Mots 12/08/2012 21:03


Un vrai bol d'air que ce roman.

Violette 13/08/2012 19:31



oh oui !



niki 12/08/2012 19:19


ça m'a l'air sympa comme histoire 

Violette 13/08/2012 19:32



à lire sans modération:



cyruliszin 12/08/2012 18:48


Je l'ai lu il ly a quelques années et j'ai vraiment aimé cette écriture, c'est pourquoi je viens d'acheter Sa Majesté P.P.1er pour retrouver cette écriture agréable et gaie. 

Violette 13/08/2012 19:34



moi aussi je compte bien poursuivre les lectures de cet auteur...



Isa 12/08/2012 10:50


Une série que je conseille souvent aux enfant qui n'aiment pas lire.


C'est vraiment une famille drôle et attachante.

Violette 13/08/2012 19:36



ah oui, tu as bien raison, j'y penserai aussi à l'occasion (suffit parfois de trouver le bon livre, Murail a fait fort pour un de mes 4è cette année)



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages