Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 15:08

 

null

Voilà un livre que j’ai lu il y a à peine cinq jours et qui n’est pas resté dans mon esprit. Pourtant j’apprécie l’œuvre de Sepulveda, mais ce roman ne m’a pas du tout convaincue. Il y est question de politique chilienne et d’actions révolutionnaires. Les personnages frôlent  l’image d’anti-héros, ils jouent les braves mais sont plus ridicules que courageux. Il s’agit de trois sexagénaires qui attendent « le Spécialiste » qui les a convoqués pour braquer une banque. Le plus cocasse c’est que ce Spécialiste meurt le plus bêtement du monde. Scène de ménage dans un appartement, la femme s’emporte et jette par la fenêtre ce qui lui tombe sous la main : le tourne-disque. C’est cet objet qui mettra fin aux jours de notre héros révolutionnaire qui passait sous les fenêtres de la meurtrière malheureuse.

« Il reçut le coup, s’arrêta, vacilla, sentit disparaître la pluie et la nuit de Santiago, s’adossa à un mur puis son corps vaincu, attiré par un appel urgent du sol, commença à s’affaisser, il porta les mains à sa tête pour y chercher une réponse qui n’arriverait jamais et, finalement, tomba sur le côté. Son crâne montrait une ouverture qui laissait échapper des flots de sang et aussi l’intimité grisâtre cachée pendant soixante-cinq ans sous la calotte de calcium. »

Rendez-vous manqué pour moi mais ce roman aux résonnances picaresques ne manquera pas de plaire à certains d’entre vous, j’en suis sûre !

 

Et puisqu’on voyage encore, Santiago, pour le plaisir des yeux :

 

null

 

null

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> Merci pour les photos.<br /> <br /> <br />
Répondre
I
<br /> ça ne me dit rien, là, comme ça...<br /> <br /> <br />
Répondre
V
<br /> <br /> malgré mon élogieuse présentation? ;-)<br /> <br /> <br /> <br />