Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2011 7 29 /05 /mai /2011 15:33

null

 

            Il est des rencontres qui se passent mal. J’ai choisi cet album complètement au hasard dans ma bibliothèque et vlà-t-il pas qu’à peine deux jours plus tard, je lis un billet élogieux chez Lilibook. Chouette, me dis-je, une belle lecture en perspective ! Que Nenni ! Je suis restée complètement en dehors de cette histoire appartenant au genre fantastique.

            Une nuit de tempête, en pleine mer. Un homme débarque sur une île, Yulkukany, l’île des Baleiniers. Sur la deuxième planche, surgit déjà une créature qui accueille étrangement le visiteur, Milander Dean, un géologue venu étudier les fascinantes pierres de l’île. Elianor, une petite fille, tout sourire, souhaite la bienvenue à l’étranger. Elle ne le lâchera plus d’une semelle et son enthousiasme, sa joie de vivre et son bagou exaspéreront très vite Dean qui se présente comme un homme triste et taciturne. Ayant perdu son fils emporté par une maladie étrange et sa femme disparue il ne sait où, Dean se sent prisonnier de son passé. Sur cette île elle aussi lugubre et triste (la mer emporte trop souvent les marins…) la gamine fait figure de cas à part. Elle s’invente un monde extraordinaire, s’efforçant de déceler partout du merveilleux et du prodigieux. Les rôles vont, pour ainsi dire, s’échanger et c’est le type aigri par la vie qui va avoir la banane.

            Je n’arrive pas à comprendre pourquoi je n’ai pas accroché. Est-ce dû à cet univers résolument fantastique ? Le graphisme ne m’a pas emballée non plus, les visages m’ont plu, un peu plus que le reste, le dessinateur a souvent légèrement animalisé les personnages, mais le côté dessin animé japonais m’a agacée. (Juliette je t’aime à la pension des mimosas, désolée, voilà à quoi j’ai pensé !)

 

            Une petite citation que, cette fois, j’aime beaucoup, pour ne pas finir sur une note trop négative :

« La tristesse résiste bien au temps qui passe, mais malheureusement le bonheur, lui, finit par se transformer en nostalgie. »

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Violette - dans Lectures - BD
commenter cet article

commentaires

Noukette 06/06/2011 00:03



Parfois on ne sait pas pourquoi on n'accroche pas, tant pis, on ne peut pas tout aimer ! ;-)



Manu 02/06/2011 11:39



Une BD que j'ai notée mais je garde en tête que tout le monde n'accroche pas.



Violette 02/06/2011 22:44



peut-être que je suis la seule? (j'ai l'habitude, je ne me vexe pas!)



Lilibook 01/06/2011 12:53



ah dommage, mais c'est sûr que si le genre fantastique ne t'emballe pas trop, cette BD mêle le réel au fantastique alors je comprend que tu ne sois guère embalée ^^



Violette 01/06/2011 15:14



bah, tant pis pour moi! :))



Catherine 31/05/2011 12:54



Elle me fait envie, pourtant, cette BD...



Violette 31/05/2011 15:22



vas-y fonce! ça doit être moi qui avais un avis à côté de la plaque... !? :))



pyrausta 30/05/2011 15:52



j'aime beaucoup la phrase,le theme pourrait me plaire mais le genre BD ,je n'accroche pas.



Violette 30/05/2011 21:17



il y a deux ans, je n'accrochais pas non plus, je m'y suis mise, petit à petit... :)



L'Irrégulière 30/05/2011 10:36



ça a l'air chouette pourtant... à voir...



Violette 30/05/2011 14:53



sans doute, mais ça n'a pas collé avec moi ! :-/



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages