Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 18:43

 

            Quatrième tome de la série du commissaire Erlendur et comme dans les trois précédents, nous retrouvons Erlendur, bien sûr, Elinborg et Sigurdur Oli, les flics qui enquêtent sur une histoire ancienne et bien enfouie. Enfouie, c’est le cas de le dire puisque tout débute avec un cadavre retrouvé au fond d’un lac asséché subitement. De qui s’agit-il ? voilà la question qui constitue le fil directeur du roman et qui mène le lecteur dans les années 60 à Leipzig, où les communistes luttaient contre les anti-communistes. Le socialisme d’alors impliquait censure de la presse et réduction de la liberté d’expression mais surtout ce qu’on appelait la « surveillance réciproque », chacun devait épier son voisin, son ami, son frère et se faisait un devoir de le dénoncer. Sombre morceau de l’histoire allemande auquel quelques Islandais ont été mêlés.

            Parallèlement à ça, Erlendur fouille du côté des disparitions non élucidées et une en particulier l’intéresse : celle de Léopold, un commercial toujours en vadrouille et que sa petite amie attend encore devant sa crèmerie quarante ans plus tard. Les deux histoires se croiseront pour n’en former plus qu’une.
           

            Commençons par le positif : on en apprend un peu plus sur les coéquipiers d’Erlendur cette fois-ci : Sigurdur Oli et son charme ravageur tente avec sa compagne d’avoir un enfant, Elinborg connaît un bref succès médiatique pour la sortie d’un de ses livres de cuisine. Si la fille d’Erlendur, Eva Lind, reste dans l’ombre dans cet opus, la lumière est faite sur son frère, Sindri Snaer (oui, bonjour les prénoms originaux) qui débarque lui aussi chez son père pour disparaître quelque temps plus tard. J’ai donc aimé découvrir les personnages secondaires.

            Des points négatifs, il y en a pas mal pour ce roman-ci : l’intrigue, déjà, m’a assez barbée, c’est politique, glauque et poisseux, j’ai eu du mal à adhérer à l’histoire des étudiants socialistes des années 60. Ensuite, Erlendur lui-même m’a énervée (et ce, pour la première fois, je l’avais toujours trouvé attachant et sensible). Il est à claquer, il traite sa fille d’idiote et de « foutue junkie », il se considère lui-même comme « solitaire et neurasthénique » et surtout, il ne se bouge pas les fesses pour changer les choses. Quel molasson tout de même ! Alors, l’auteur insiste sur son passé douloureux (il a perdu son frère disparu dans une tempête de neige –et jamais retrouvé) mais tout de même ! Comme je le pressentais, la liaison avec Valgerdur se précise. La pauvre (on se demande bien ce qu’elle lui trouve, d’ailleurs, le commissaire lui-même se pose la question) semble être tombée amoureuse du type…

            Je terminerai par quelque chose que j’ai trouvé redondant dans le roman et qui m’a fait doucement marrée : l’anti-réclame de l’Islande. Quelques passages qui disent « ne venez pas en Islande, non, non, ne venez pas dans cet affreux pays ! » :

-         « il n’y a pas de plus mauvais appareil que le système judiciaire islandais. »

-         Pour les fêtes de Noël, les Islandais dégustent de la tête de mouton qu’ils scient en deux : langues, joues, lèvres, yeux, etc. constituent pour eux de fameux régals.

-         « diplomatiquement parlant, l’Islande est un des pires endroits au monde. Le climat est une horreur. Avec ce froid et cette obscurité éternellement battus par les vents. Il n’y avait rien de pire que de muter les gens ici. »

-         A la question concernant un des personnages « était-il dépressif ? », on répond : « Eh bien, comme la plupart des Islandais. »

Ça donne envie, n’est-ce pas ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nico 12/08/2012 11:13


Un roman assez inégal (l'intrigue du présent est assez ennuyeuse), manquant d'originalité, et au style manquant de fluidité. Rien d'extraordinaire.

Alex-Mot-à-Mots 06/08/2011 22:21



Moi aussi, je l'ai trouvé un peu légé. Mais je compte tout de même lire la suite.



Violette 07/08/2011 10:46



"léger"? :)) d'emblée, j'aurais dit, trop "lourd" :)



Marie 18/07/2011 14:58



J'aime beaucoup cet auteur, mais je dois avouer que je me suis vraiment ennuyée avec ce titre là !!!! J'en baille encore d'ennui ! 


Peut-être parce que je suis moins sensible aux récits d'espionnage et de guerre froide...


 



lasardine 17/07/2011 18:09



ha ça c'est sûr que l'office du tourisme là bas ne doit pas porter Indridason dans son coeur!!


j'en lis un par mois, mais là je fais une petite pause... mon prochain sera pour début septembre!



Edelwe 13/07/2011 15:14



Ce n'est pas un auteur qui me tente (pour le moment).



Lystig 13/07/2011 13:56



et où les animaux domestiques sont (quasiment) interdits !



alinea 13/07/2011 05:19



Oups pardon, je radote.



alinea 13/07/2011 05:16



je n'ai pas lu celui-ci mais je viens de terminer "La voix", j'ai beaucoup aimé.



Lilibook 12/07/2011 13:47



je n'ai lu que le 1er pour l'instant mais j'ai très envie de poursuivre



Violette 12/07/2011 16:58



le 1er est loin d'être le meilleur donc je te conseille de continuer la série, en effet.



Isa 12/07/2011 08:55



Bon visiblement , il faut lire la série mais pas ce tome , c'est ça ?? ;)
Ce que tu racontes , me rappelle un peu une série de Fred Vargas avec le Commandant Adamsberg en personnage principal. J'adore ....



alinea 12/07/2011 05:22



je ne l'ai pas lu celui-ci, pour l'instant mon preferé de cet auteur c'est "La voix"



Violette 12/07/2011 16:59



pour moi : La femme en vert et La Voix sont rpesque ex aequo :))



emmyne 11/07/2011 21:50



Comme Keisha, j'ai bien accroché à l'aspect historique mais je suis d'accord avec toi sur les redondances.



Violette 12/07/2011 17:01



le tout m'a semblé lourd, voire un brin indigeste



keisha 11/07/2011 20:29



J'ai bien aimé l'histoire en allemagne, mais ensuite l'enquête se déroule à la cool, j'ai même cru déceler une erreur, finalement tant pis je n'ai pas fouillé, je serai incapable de dire comment
c'est fichu...


J'aime bien que son histoire amoureuse continue, quand à celel du frère, ce n'est pas le premier volume où on en parle, alors ça fait redite;


J'ai donc un peu laissé tomber Erlendur (pour l'instant!)



Violette 12/07/2011 17:03



ah tiens, une erreur? ;-)  Je vais faire une pause avec le commissaire Erlendur aussi, je crois.



niki 11/07/2011 20:06



je retenterai peut-être l'expérience, mais le 1er opus ne m'avait vraiment pas convaincue 



Violette 12/07/2011 17:08



rahhh je te comprends, j'avais aussi trouvé le 1er tome un peu plat et sans grand intérêt, mais il faut persévérer, la suite est meilleure!



Noukette 11/07/2011 19:42



Je n'ai toujours pas fait connaissance avec Erlendur..., shame on me ! ;-)



Violette 12/07/2011 17:09



oh oui, honte à toi ! :))



Anne(De poche en poche) 11/07/2011 18:50



Celui-là, je ne l'ai pas encore lu et pourtant j'ai bien envie de le lire car j'ai déjà lu "La femme envert" et "La voix" ; deux titres que j'ai beaucoup aimé.



Violette 12/07/2011 17:10



les deux titres que tu cites sont mes préférés!



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages