Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 13:52

           

null

 

            D’habitude, j’évite ce genre de bouquin qui a plutôt tendance à m’ennuyer. Effectivement, même s’il se revendique être un « récit », L’écologie en bas de chez moi s’apparente à un essai puisqu’il nous propose une réflexion toute personnelle d’un thème relativement, non pas relativement, extrêmement tendance : l’écologie. C’est donc la quatrième de couverture qui m’a titillée :

« Un voisin durable, c'est un voisin qui trie ses déchets et me surveille pour que j'en fasse autant. Une amitié durable, c'est une amitié où l'on ne met pas en danger l'avenir de la planète, même en paroles. On évite d'aborder les sujets qui fâchent. On gobe le discours moralisateur avec le sourire. On accepte l'opportunisme marchand en ouvrant son portefeuille. On se garde de penser sans gourou, sans nounou. On se retient. Ce livre raconte comment je ne me suis pas retenu. »

L’auteur se fait ennemi n°1 d’un peu tout le monde en se revendiquant sceptique quant à la théorie du réchauffement climatique, fainéant face au tri sélectif, lassé et même exaspéré de l’ampleur médiatique de tout ce qui est « durable ». Le pompon pour lui c’est la diffusion massive du film Home.

« Combien de fois nous l’a-t-on faite ?... hein ?... dites-le moi… sans parler des sectes…. Depuis le livre d’Enoch… le livre de Daniel… depuis les visions de Jean… la grande peur de l’An Mil… Nostradamus… le bug de l’an 2000… […] La glaciation… Rappelez-vous, la hantise des seventies. Vous n’étiez pas né peut-être… De sombres articles prévoient une baisse de l’ensoleillement suivie d’une chute des températures sur l’hémisphère Nord, d’où récoltes catastrophiques et famine. »

            Iegor Gran manie avec brio l’humour noir et il a trouvé un terrain parfait pour se faire le maître de la provocation et déchaîner des réactions virulentes. Il nous explique donc que son meilleur ami s’éloigne de lui, ne comprenant pas ses visions anti-écolo. Car voilà bien un sujet avec lequel on ne plaisante pas.  L’écologie et le développement durable sont souvent comparés à une religion et Yann Artus-Bertrand et Nicolas Hulot, souvent pointés du doigt, apparaissent comme des gourous, des messies, venus prêcher la bonne parole : « Yann-Dieu égrène sa vision binaire : homme-mauvais, Terre-jolie. Homme-parasite, Terre – richesse. Terre-notre maman adorée, homme – blatte. » Vous avouerez qu’il n’a pas tort. Les écolos exagèrent et en guise de réponse, Iegor Gran exagère aussi.

Ne faisant partie ni d’un clan ni de l’autre, j’achète du bio mais pas que, je trie mes déchets mais ne vais pas me rendre malade si un morceau de carton tombe dans la poubelle « normale », mon regard a justement été happé récemment par ce durable-à-tout-à-prix. J’ai vu, sur un de ces coffrets bébé qu’on offre aux mamans à la maternité, l’expression « Naturellement bébé ». La formulation, déjà, est plus que douteuse (y’a-t-il des bébés non naturels ? comment le petit être fait-il pour être naturellement un bébé ? (ou pas ?) ne serait-ce pas un pléonasme ?) et quand on creuse un peu, ce n’est tout de même pas le bébé lui-même qui est bio ou pas bio et ce n’est pas la mini couche de lotion ou la Pampers portée quelques années qui vont le transformer en être pollué et pollueur.

L’écologie est un marché, une mode, un incontournable des années 2000. Sans être aussi cynique que Iegor Gran, j’ai moi aussi été surprise, mal à l’aise même, du battage médiatique à la sortie du film Home, devant lequel les gens semblaient perdre tout jugement personnel, tout individualisme. On se demande si effectivement, il ne fallait pas dire Amen dans les dernières minutes de visionnage.

            J’ai beaucoup ri en lisant ce livre, certaines citations des écolos sont à mourir de rire, c’est surtout 365 gestes pour sauver la planète qui détient le record d’inepties : « Économisez l’eau de la chasse d’eau. En plaçant une brique dans le réservoir des W.-C., vous réduirez le volume évacué de chaque utilisation  et pouvez épargner jusqu’à 4000 litres par an. » Sous-note : l’ONG brésilienne SOS Forêt atlantique milite pour inciter à faire pipi dans la douche : si toute la famille s’y met, on pourrait économiser 12 litres d’eau par jour et par foyer ».

Ca fait du bien de lire quelque chose à contre-courant, voilà un mouton qui n’appartient pas à Panurge et qui réveille nos consciences parfois endormies, qui nous donne un autre son de cloche et permet d’ouvrir les yeux sur des infos qui, certainement ridicules, frisent parfois la démence et l’indécence : parler de voiture bio et de tourisme bio, par exemple.


            L’auteur, pour provoquer ce réveil des consciences est bien obligé d’utiliser la manière forte : cynisme, ironie et satire et autodérision aussi, je crois. Ca ne fait que décupler le plaisir du lecteur.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Flora 25/04/2011 10:55



j'ai bien aimé ce récit-essai-autofiction-critique de la mode du DD* comme je l'appelle... 


* développement durable



Violette 30/04/2011 22:03



tout pareil !



Lystig 11/03/2011 00:47



très drôle !



Choupynette 01/03/2011 11:18



Etant moi même plus portée écolo, je suis très souvent agacée de voir les récupérations mercantiles qui sont faites, et aussi l'absence totale de réflexion parfois, avec l'exemple de Home et
Hulot. J'ai rencontré il y a quelques années un adepte de la décroissance, qui vivait dans les cévennes, dans une espèce de maison écolo avec wc et douches à l'extérieur. Je veux bien faire
attention à la planète, parce que j'y vis quand même, mais sortir par moins 15° l'hiver pour aller aux toilettes, merci bien!



TT 01/03/2011 11:00



Amusant sans doute, mais reste la lourde question du comment fait-on pour prendre en charge collectivement la préservation du substrat naturel commun. Il y a peut-être des résonances avec un
autre ouvrage sorti récemment, mais certes plus dense : Développement durable ou le gouvernement du changement total (éditions Le Bord de l'eau).



Louid-adrien delarue 28/02/2011 12:14



Chère Violette.


Iegor Gran confond inconvenance et intelligence. Une rhétorique, si vivifiante soit elle, ne doit pas s'éxonérer d'une discusssion de fond.


On peut être impertinent sans utiliser des arguments fallacieux pour justifier ses positions.


Iegor Gran n'est pas écologiste, c'est un révisionniste à la sauce Allègre et pour justifier ses préjugés, il est prêt à utiliser tous les moyens pour justifier la fin.


J'ai entendu son interview sur france Inter récemment et sa défense révèle l'ampleur de la méconnaissance du sujet. il était questionné sur le réchauffement climatique en lien avec l'activité
humaine. Et voici que notre impertinent répond que les gaz (méthane en l'occurrence) des vaches est bien plus délétère pour la planète que l'activité industrielle humaine (autos, etc.)...


Faut il rappeler que l'élevage intentif de vaches par l'Homme et que notre consumérisme carné exhubérant qui lui fait écho, sont reponsables de cette émission de méthane ?


Voilà un bel exemple d'aveu d'ignorance de notre autodéclaré empêcheur de tourner en rond...


Bien à vous


Louis-Adrien



Géraldine 26/02/2011 20:56



Je note, ce livre pourrait m'amener à lire sur un sujet que j'ai tendance à fuir !



delarue 26/02/2011 18:11



Iegor gran mélange malheureusement tout. Le grennewashing est effectivement hautement criticable parce qu'il s'inscrit dans une vision commerciale de la question écologique. Et en ce sens,
Artus-bertrand et Nicolas hulot et leurs produits dérivés sont délétères pour le débat politique concernant la question de l'écologie.


Mais faire des amalgames entre une pensée politique écologique profonde (pierre rhabbi, Nicolas Georgescu-Roegen, etc) et les chantres du capitalisme vert, ne sert qu'à
servir un peu plus ces derniers.


Mettre tout le monde dans le même panier relève d'un amateurisme qui ne sert pas le débat citoyen, mais est utile pour rassurer nos comportements les plus égoïstes. La critique est simple,
facile, grossière, superficielle.


Pour critiquer l'écologie dans son ensemble, l'auteur répond aux écotartuffes, mais prend bien soin de ne pas mesurer ses arguments à ceux plus sérieux, des penseurs de la première heure.


Non l'écologie, çà ne se résume pas à faire attention à ne pas trop faire couler l'eau du robinet lorsqu'on se brosse les dents. Non l'écologie politique, ce n'est pas les thèses de Nostradamus,
non ce n'est pas la culture de la peur et de la fin du monde. Non, ce n'est pas prôner une décroissance des pays du sud pour améliorer la crosssance des pays du nord. C'est tout le contraire que
propose l'écologie.


L'auteur est d'une mauvaise foi incroyable. Ce type de livres ne sert finalement que l'intérêt des industriels et des garants d'une vision ultralibérale du monde.


C'est dommage, le débat démocratique mérite mieux que ça.


Louis-Adrien, qui ne votera pourtant pas pour Europe ecologie, qui va servir à moraliser le capitalisme et qui ne règlera pas la question des inégalités Nord/Sud.


 


 


 


 



Violette 27/02/2011 18:51



je ne dis pas que le livre n'a pas de défauts, loin de là. Je crois que l'auteur a surtout voulu faire de l'humour avec un sujet qui ne prête que très rarement à rire. Il dit lui-même faire des
amalgames étranges et être de mauvaise foi et je crois même qu'il doit être écolo, seulement pas de la manière dont on nous renvoie l'image de l'écologie actuelle. Enfin, je pense que
justement, l'auteur parle des particuliers, de lui, de vous, de moi qu'on tente de culpabiliser pour chaque geste du quotidien.


En tous cas, merci pour votre message, très intéressant.



Hathaway 25/02/2011 19:09



De l'auteur j'ai lu "Thriller", humour noir à souhait ! Je suis assez tentée par ce titre, je le note.



Violette 25/02/2011 19:21



je te le conseille, c'est vivifiant!



irrégulière 24/02/2011 16:28



J'ai juste envie de dire : merci ! Le terrorrisme écologique commence sérieusement à me pomper l'air...



Violette 24/02/2011 19:55



je ne suis donc pas la seule ^^ ouf!



alinea 23/02/2011 21:49



une lecture qui me tente en tout cas.



Alex-Mot-à-Mots 23/02/2011 11:08



Comme toi, je ne suis pas fan du genre.



Violette 23/02/2011 23:09



celui-là vaut le coup, je ne me suis pas ennuyée une seconde, j'ai souri, même ri!



eliZAbeth 22/02/2011 17:46



J'ai eu les mêmes réticences que toi devant Home, mais comme tout le monde était béat, je me suis un peu sentie seule... Je déteste cette façon de culpabiliser les gens, de faire de l'homme et du
progrès le mal absolu, trop facile. J'aime beaucoup le mauvais esprit de Iegor Gran ! Tout à fait salutaire.



Violette 22/02/2011 23:14



parfaitement d'accord! cette manière de nous faire culpabiliser, pour tout et n'importe quoi d'ailleurs... pfffff



Ys 22/02/2011 15:42



Tout à fait réjouissant ! J'ai acheté ce livre pour la bib, si je trouve le temps, je le lis.



Majanissa 22/02/2011 15:21



J'ai lu le troc nog d'Iegor Gran et pareil très cynique, humour noir mais c'était drôle.



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages