Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 13:02

 

 

            Première lecture pour moi de Fitzgerald, à moins d’avoir oublié un ou deux bouquins lus, ce qui ne m’étonnerait pas… Sinon, Fitzgerald me rappelle aussi la fac où je m’évertuais à traduire certains extraits. Ayant maintenant lu le livre dans son intégralité, je comprends pourquoi je ramais tant.
            J’ai été surprise plus d’une fois. Le style d’abord. Raffiné, surprenant mais aussi parfois légèrement opaque. Disons que ce n’est pas une lecture de plage, en tous cas, pas pour moi.

            Gastby le Magnifique porte bien son nom : il est beau, jeune et surtout si riche qu’il peut se permettre d’organiser des réceptions mondaines tous les soirs pour des gens qu’il ne connaît pas. Le narrateur est son voisin, Nick Carraway. Il découvre Gatsby en même temps que le lecteur et cet être qui a-tout-pour-être-heureux se révèle mélancolique et solitaire. Pourquoi ? Un ancien amour qu’il veut reconquérir : Daisy. La jeune femme, cousine de Nick, est mariée à un homme riche lui aussi, Tom, qui la trompe. Daisy et Jay Gatsby ont été amants mais elle l’a quitté parce qu’il n’avait pas un sou. Donc, le richissime Gatsby revient à la charge et dépose sa fortune aux pieds de la belle. Mais tout n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

            L’intrigue m’a surprise aussi, elle avance tout en restant assez statique. Les personnages semblent être figés dans un carcan insaisissable et, après avoir refermé le roman, on ne peut que s’écœurer du luxe et de l’extravagance qui, dans le livre en tous cas, n’attirent que le malheur. Le roman s’achève par une double tragédie : la maîtresse de Tom mourra écrasée par la voiture conduite par Daisy, et Gatsby le Magnifique sera tué par le mari de cette maîtresse qui prenait l’homme pour responsable de la mort de sa femme.

            Le style ne laisse pas le lecteur en repos, Fitzgerald aime les alliances de mots surprenantes en évoquant une femme « criarde, apathique, ravissante et atroce » ou « l’obscurité impatiente ». Le début du roman comporte quelques dialogues parsemés de verbes de parole qui exprime l’étonnement : les personnages répondent « d’une façon imprévue », sont stupéfaits par le ton de voix de leur interlocuteur, etc. Effet de ricochets, le lecteur s’étonne lui aussi. Une œuvre très riche pour un univers éthéré, retouché, superficiel et en état d’ébriété constant.

 

            La liste de mes extraits préférés pourrait prendre des pages et des pages. Une petite sélection :

 

Ø  Fitzgerald excelle dans l’art de brosser des portraits dont la lecture m’a émerveillée : « Je revins vers ma cousine qui, d’une voix sourde, envoûtante, me posa diverses questions. C’était l’une de ces voix dont l’oreille épouse chaque modulation, car elles improvisent de phrase en phrase une suite d’accords de hasard que personne jamais ne rejouera plus. Son visage était triste et tendre avec de beaux éclats, l’éclat du regard, l’éclat brûlant des lèvres _ mais on percevait dans sa voix une note d’excitation dont les hommes qui l’ont aimée se souviendront toujours ; une vibration musicale, une exigence impérieuse et chuchotée : « Ecoutez-moi, écoutez-moi ! », l’assurance qu’elle venait tout juste de vivre des instants radieux, magiques te que l’heure suivante lui en réservait d’autres, tout aussi magique et radieux. »

 

Ø  La rencontre entre Nick et l’aura magique de Gatsby : « Il me sourit avec une sorte de complicité – qui allait au-delà de la complicité. L’un de ces sourires singuliers qu’on ne rencontre que cinq ou six fois dans une vie, et qui vous rassure à jamais. Qui, après avoir jaugé – ou feint peut-être de jauger – le genre humain dans son ensemble, choisit de s’adresser à vous, poussé par un irrésistible préjugé favorable à votre égard. Qui vous comprend dans la mesure exacte où vous souhaitiez qu’on vous comprenne, qui croit en vous comme vous aimeriez croire en vous-même, qui vous assure que l’impression que vous donnez est celle que vous souhaitez donner, celle d’être au meilleur de vous-même. »

 

Ø  Gatsby ou le pouvoir du rêve – un si joli passage plein de poésie !« par moments peut-être au cours de cette après-midi Daisy s'était-elle montrée inférieure à ses rêves - mais elle n'était pas fautive. Cela tenait à la colossale vigueur de son aptitude à rêver. Il  l'avait projetée au-delà de Daisy, au delà de tout. Il s'y était voué lui-même avec une passion d'inventeur, modifiant, amplifiant, décorant ses chimères de la moindre parure scintillante qui passait à sa portée. Ni le feu ni la glace ne sauraient atteindre en intensité ce qu'enferme un homme dans les illusions de son cœur »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alma 24/08/2011 22:40



vous avez bien raison, j'adore ce livre, qui à le malheur de passer souvent pour moins bien qu'il n'est.


les larmes aux yeux me viennent à chaque fois que je relis la rencontre entre Nick et Gatsby,


merci!



Violette 25/08/2011 09:15



mais de rien! il est vrai qu'on lit beaucoup de livres sur Zelda en ce moment et qu'on néglige l'oeuvre de Fitzgerald, ce qui est dommage.



Lilibook 19/07/2011 23:11



je dois dire que ce livre me tente depuis un certain temps mais je ne m'y suis jamais plongée



LN 19/07/2011 14:58



Je te conseille aussi le film avec Robert Redford. Magnifique!



LN 19/07/2011 14:57



Et en VO c'est encore plus beau :-)



c.l!ne 19/07/2011 11:08



Coucou! Je viens de recevoir ton colis : je pensais qu'on ferait un envoi commun, alors je me sens un peu bête!! Tu as vraiment visé juste : mon thé préféré, un mug Mr Mme très british qui me
plaît beaucoup, un livre en anglais, des cadeaux et des bonbons pour mes loulous. Merciiiiiii! Le papier cadeau, même, est génial, ta carte est très sympathique... Je pense t'envoyer mon colis
dans les derniers jours de juillet, dès ton retour. Enoooooormes bisous.



Margotte 19/07/2011 09:24



C'est le seul que j'ai lu de cet auteur. J'ai aimé mais cela ne m'a donné envie d'en découvrir d'autres... Bonne journée !



Marie 18/07/2011 14:56



J'ai moi aussi beaucoup aimé ce roman ! La construction est bien faite et le lecteur assiste, impuissant, à la chute annoncée du héros... Oui, j'ai vraiment aimé cette critique de la société
américaine puritaine et hypocrite de l'époque...


 


 



Nadael 17/07/2011 18:02



La lecture de Tendre est la nuit de Fitzgerald m'attend...Gatsby le magnifique est très attirant également, je l'ai vu en film avec Redford je crois.



irrégulière 17/07/2011 10:58



Il est dans mes prochaines lectures, mais en VO car je voudrais me remettre à lire en anglais !



Manu 17/07/2011 09:06



Lu il y a longtemps, il m'avait marquée, surtout la fin.



alinea 17/07/2011 05:39



j'ai vu le film il me semble mais pas lu le livre



Aymeline 16/07/2011 20:22



Je suis bien tentée de le lire, Fitzgerald écrivant d'une si belle façon !



niki 16/07/2011 13:42



cela fait un certain temps déjà que je me promets de le relire (pour la nième fois )


 



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages