Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 14:47

Avec ce billet, j’inaugure une nouvelle rubrique, celle des albums  (pour Grands de préférence).


Et je commence fort avec celui-ci.

Coup de foudre sur catalogue, avant la lecture.
Eco, paru en octobre 2009, est le tome 1 de la série La Malédiction des Schaklebott. La couverture déjà se laisse admirer.

 

null 


Le livre est un ouvrage au sens noble du terme, chaque page est soignée, peaufinée, embellie. En tournant une page, on pénètre un peu plus dans un monde magique et fantastique.

La petite Eco est la fille des Schaklebott, de riches couturiers. Ses parents sont tellement occupés, leurs créations sont si demandées qu’ils ne peuvent consacrer une minute de leur temps à leur Eco. La petite demoiselle s’ennuie… jusqu’au jour où, un soir de décembre, son père l’envoie livrer trois poupées dans leur coffret nacré à la fille du Ministre. Eco n’écoute que son cœur et offre les trois petites fées à une pauvre mendiante, « la princesse des nuages » et son enfant malade. Touchée par son geste généreux, la vieille offre à Eco des amulettes sacrées : « un bulbe de cactus, un cocon de ver à soie, un morceau de silex et une petite noix ce sont les cœurs de quatre éléments essentiels. Glisse chacun d’entre eux dans un ventre de chiffon, et les poupées sans âme de tes parents prendront alors vie… »

Mais la bonne action d’Eco a de fâcheuses conséquences sur la famille Schaklebott. Le Ministre s’est montré furieux de ne pas avoir été livré, les courtisans et les notables l’ont soutenu en retirant toutes les commandes. Les Schaklebott sont désormais déchus, leur réputation est bafouée, et plus que jamais, les parents d’Eco méprisent leur fille.

Le monde de l’enfant s’emplit de noirceur, de tristesse et de solitude. C’est alors qu’elle décide de confectionner quatre poupées. « Après les avoir rembourrées de vieilles plumes d’oie prises dans son oreiller, elle avait soigneusement fourré dans chacune d’elles une des babioles de la mendiante : le bulbe de cactus, en guise de rein pour Esope ; le silex, en guise de cœur pour Epictète ; la petite noix grise, en guise de cerveau pour Diogène ; et le cocon de ver à soie, en guise d’estomac pour Socrate… La princesse des nuages, toute de haillons vêtue, n’avait pas menti : les quatre poupées de chiffon avaient bel et bien pris vie… » Ces quatre petites créatures vont tenir compagnie à la petite fille, jusqu’au jour où un drame interrompt la monotonie de ses jours : elle découvre qu’elle devient femme !  

Un conte étrange, onirique, qui oscille sans cesse entre fantastique, burlesque et poésie et n’est pas sans rappeler l’univers de Tim Burton. Le texte et l’intrigue restent simples, mais cette pureté rajoute au mystère du livre. Les auteurs confirment leur attachement au conte en y intégrant des citations du Petit Chaperon rouge et de Jack ou le Haricot magique.

Les dessins sont juste sublimes, du Gaudí, du Dalí, des couleurs chaudes, des courbes sensuelles, du clair obscur pour un monde féérique et surréaliste, où le regard de l’être revête une importance primordiale.

 

null

Un coup de cœur, un vrai !

Relisons-le en attendant la sortie du tome 2 !

 

null

 

null

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C


Waaaaaa ! Ca, ça a l'air beau ! Je m'en vais tenter de le dégoter au plus vite ! 



Répondre
V


c'ets effectivemnt très esthétique, un vrai plaisir pour les yeux ;-)



M

Il est superbe cet album, je le voyais souvent chroniqué mais je ne m'arrêtais pas.Ton billet m'a permis de me faire une idée de son contenu! Merci.


Répondre
I

ça a l'air absolument magique !!!!


Répondre
V


ça l'est, ça l'est. J'ai été un peu moins emballée par le texte que par les illustrations, mais ça vaut vraiment le détour (et je le garde au chaud pour mes enfants!)



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages