Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 21:20

Enfin, enfin, je découvre l’écriture de cet auteur tant vénéré par certains et effectivement, je n’ai pas été déçue !

En 2001, lors d’une visite au Louvre, Gillian tombe sur une œuvre qui la laisse complètement interdite : « une sculpture en bois, primitive, anguleuse, apparemment féminine, le visage long et brutal, les yeux vides, une balafre en guise de bouche » qui lui permet de se remémorer ses vingt ans : alors étudiante américaine, elle était amoureuse de son professeur de littérature, Andre Harrow. La situation pourrait sembler banale mais en réalité, la plupart des étudiantes d’Andre étaient attirées par lui. L’épouse du professeur, la mystérieuse et fantasque Dorcas, passait pour une originale, sculptrice excentrique, elle exposait des totems féminins au corps obscène et déformé. A partir du moment où Andre lui offre son premier baiser et où Dorcas vante la beauté de ses cheveux, Gillian sera plus qu’envoûtée par le couple.

Alors que Gillian obtient toutes les faveurs de Dorcas et Harrow, elle soupçonne les autres étudiantes d’être passées par là aussi et de ne pas en être ressorties indemnes : l’une tente de se suicider, une autre refuse toute nourriture, une troisième allume des feux sur le campus… L’aura du couple s’apparente à un pouvoir malfaisant et satanique, et seule Gillian saura y mettre fin.

L’écriture est d’une fluidité qui empêche le lecteur de reposer le livre et l’intrigue est tout autant captivante ! La domination absolue qu’exerce le couple sur les jeunes filles m’a fascinée. Entre autres images, je retiendrai la requête du professeur de lettres : après avoir demandé à ses ouailles d’écrire des poèmes, il leur ordonne d’écrire et de lire à voix haute des pages de leur journal intime. Les filles rivalisent de détails intimes, sexuels et sordides pour plaire, par leur originalité, au grand professeur.

Bien sûr que j’ai envie, maintenant, d’approfondir l’œuvre de Joyce Carol Oates !

« Dans l'amour de loin, il faut inventer tant de la vie. Dans l'amour de loin, on apprend les stratégies du détour. »

« Elles avaient été droguées .Comme moi.
Elles avaient été amoureuses. Comme moi.
Elles garderaient toujours leurs secrets. Comme moi.
Nous sommes des bêtes et c'est notre consolation. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y
Tu as lu d'autres livres d'elle depuis ?
Répondre
V
eh non ! J'en ai entendu beaucoup parlé, en bien et en mal!
M

C'est aussi par ce titre que j'ai découvert JCO et depuis je suis fan. Au final, c'est ce titre que j'ai le moins aimé de tout ceux que j'ai lus ;-)
Répondre
V


voilà qui est très prometteur!



S

Je crois bien que c'est avec ce titre que j'ai aussi commencé ma découverte de Oates. Et j'ai continué !
Répondre
V


je continuerai aussi! As-tu des titres à me conseiller?



S

Je crois que je suis l'une des dernières à ne pas avoir encore lu JCO, le thème de celui-ci m'attire beaucoup et ton billet est tentant...mais j'ai toujours le sentiment qu'il y a un arrière-plan
malsain dans ses romans...c'est ce qui me retiens pour l'instant
Répondre
V


c'est possible, je n'ai pas encore lu d'autres romans de l'auteur, mais sans doute n'est-ce pas un univers très gai...



J

J'y vais doucement avec JC Oates. Elle écrit tellement, il faut bien choisir ses ouvrages parce que je trouve qu'il y a à boire et à manger dans son énorme production.
Répondre
V


c'est bien ce que j'ai cru comprendre, y aller doucettement... :-)



K

Et moi non plus je n'ai toujours pas lu Oates et pourtant j'en ai bien envie... Alors ton enthousiasme m'y encourage !
Répondre
V


il faut franchir le cap ;-)



S

J'ai beaucoup aimé ce que j'ai lu d'elle jusqu'ici : "Nous étions les Mulvaney" et "Mudwoman". Je compte bien continuer alors pourquoi pas avec celui-ci.
Répondre
V


il est vite lu, si ça peut être un argument.



I

Joyce Carol Oates est un auteur que j'aime beaucoup et pourtant le dernier livre que j'ai lu de cet écrivain, m'a vraiment laissé sur ma fin et déçue. 


Je crois que j'ai besoin de faire une pause ... 
Répondre
V


d'après ce que j'ai retenu des commentaires, il y a du bon et du beaucoup moins bon!



G

Il a beau être court et attendre sur mes étagères, je n'ai toujours pas trouvé le temps de le lire! 
Répondre
V


aïe, c'est qu'il faut faire des choix... pas toujours faciles, je sais bien!



P

ce livre n'est pas mon préféré mais fut ma première approche de cette auteure : heureusement jai persévéré avec Nous étions les Mulvaney (génialissime)
Répondre
V


ouh "génialissime"!? tu penses que je prends note!



A

Certains romans m'ont fasciné, et, au contraire, je n'ai pas pu en terminer d'autres.
Répondre
V


je verrai bien si mon parcours est chaotique aussi !



L

Il faut aussi que je découvre enfin cette auteure, et ce roman est très tentant !
Répondre
V


toi non plus, tu ne l'as jamais lue?



E

et moi qui n'ai toujours rien lu... allez, c'est décidé, à mon prochain passage en bibliothèque, je regarde s'ils en ont!
Répondre
V


c'est ce que j'ai fait il y a quelques semaines, et ils en ont pas mal de l'auteur chez moi, chouette!



K

Lu Mudwoman (bah), Les Mulvaney (looooooooooong) et d'autres que j'avais aimé, il y a longtemps. J'ai abandonné , aussi...
Répondre
V


certains sont pourtant complètement gaga de cet auteur! Merci en tous cas pour ces précisions!



K

Mouais, cela confirme que Oates et moi, c'est fini... 
Répondre
V


c'est vrai? pourquoi? trop dégoûtée? Tu as lu quoi?



T

De l'auteure, j'avais bcp aimé Nous étions les Mulveney.
Répondre
V


je note, elle en a écrit tellement qu'il est dur de faire un choix!



A

Ah ? Alors je retiens ce titre pour quand moi aussi je me plongerai enfin dans l'univers de cette auteure !
Répondre
V


il est si vaste, il y a de quoi faire!



Y

C'est toujours un peu dérangeant comme lecture JCO.
Répondre
V


je découvre, je découvre!