Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 15:15

 

null

Je cherchais un livre drôle et divertissant. Ma première expérience teuléenne (Suspect avec Le Magasin des suicides  m’avait vraiment plu. Je me suis dit que ce livre-là devait être dans la même veine. J’en ai pris pour mon grade. C’est une grosse claque ce bouquin, oui !

Le début est trompeur, moi j’ai cru à une farce, un récit burlesque avec des personnages comparables aux Deschiens (en pire).

 Les Nicolle sont une famille de paysans normands ignares, vulgaires et brutaux. La mère, Suzanne, est enceinte du troisième. Le ton est donné dès la 4ème page : « Je n’aime pas l’enfant que je porte ». Le père, à la naissance, s’exclame : « Merde, c’est une fille ! ». Il faut dire que ça commence mal pour ce petit être déjà même avant sa naissance. Le bébé, dans le ventre, donna un coup de talon à un mufle à la foire de Saint-Luc de Gavray. La bête s’agita, fut à l’origine de bousculades puis l’affolement se généralisa, certains fêtards furent piétinés.

Catherine, la petite fille en question, est élevée dans la crasse, l’absence d’affection et l’humiliation. Ses surnoms (donnés par les parents…) : « c’te grosse vache » et « grosse futaille » l’incitent à rêver à un avenir meilleur. Cet espoir, elle le place dans la nationale qui passe juste à côté de leur ferme mais surtout, elle admire les camionneurs qui la font soupirer d’amour. Elle connaîtra d’ailleurs son premier orgasme en courant après un camion dans un short très moulant et trop petit.

Le livre va crescendo. Après un début très folklorique, on tombe rapidement dans le glauque : le frère aîné frappe sa mère mais, chez le coiffeur, se fait faire la même tête qu’elle, et finira par se pendre … et on termine par l’horreur. Pas d’autre mot ! Catherine se voit enfin accepter par un chauffeur routier qui l’épousera. Pas de bol, elle tombe sur le pire du pire, il la bat, l’offre à ses copains comme un jouet sexuel et l’humilie avec sa nouvelle maîtresse (en lui piquant des épingles dans les fesses sous les yeux de ses enfants à elle ! … entre autres !).

La fin du livre est terrifiante, elle m’a donné la nausée. Catherine, qui se fait appeler Darling, a trois enfants qu’elle a abandonnés pour mieux fuir son mari (enfin !) et on retrouve ces petits enfants, tous plus ou moins atteints de méchanceté et de démence. L’histoire semble se répéter.

Le roman se présente comme un dialogue entre Darling et Jean Teulé lui-même… et l’histoire dramatique de cette pauvre fille serait authentique !

On ne peut pas rester indifférent à cette biographie. Darling est un croisement entre une Gervaise malheureuse et une Cosette monstrueuse. Elle est la victime mais aussi parfois la responsable de ses déboires. L’écriture est à son image, crue et familière. Les phrases sont courtes et parsemées d’interjections. Les quelques commentaires en italiques de Jean Teulé, commentaires neutres et parfois froids, rendent le texte encore plus tragique. Il y a du Rabelais là-dedans, en plus cynique peut-être.

Roman naturaliste et pessimiste, il nous donne finalement une bien belle image de notre vie à nous, confortable et douce. Est-ce là le but de Jean Teulé ?

Il m’a aussi fait penser à certains romans d’Afrique noire, chez Monénembo, où l’on gratte la couche sale pour y découvrir quelque chose de pur. Le rôle de martyre, Darling le tient à merveille. Elle se veut certainement une figure de proue des souffrances féminines « Des filles comme moi, le siècle en a plein ses tiroirs ».

Le mariage de Darling et Joël constitue certainement l’acmé du roman. Ses parents, Suzanne et Georges sont (malheureusement) présents :

« Suzanne – mouche à merde – virevoltait de groupe en groupe et débitait la même rengaine dans un petit rire de fourmi :

-      Vous savez que ma fille est une morue ? Si, si je vous assure… il n’y a que…

-      Tiens, v’là la putain ! dit Georges, les deux mains dans ses poches, en tenue de maquignon comme s’il allait visiter une étable.

Darling, enceinte de presque cinq mois, arrivait au bras de Joël au milieu de la place ensoleillée ».

 

 

 

Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or…

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lasardine 11/12/2010 22:44


ce sera très certainement mon prochain Teulé!


Violette 12/12/2010 21:20



accroche-toi alors... tu es prévenue!



Hathaway 01/12/2010 13:57


Avis mitigé pour Darling, trop de cruauté pour moi dans ce livre...


Violette 01/12/2010 18:28



effectivement âmes sensibles s'abstenir, de même que femmes enceintes, personnes ayant une mauvaise digestion, personnes à tendance nauséeuse, etc.  :-D



Edelwe 30/11/2010 22:31


Un auteur qui ne me dit vraiment rien...


Za 30/11/2010 19:55


De Jean Teulé, j'avais aimé "Le Montespan", très drôle et puis "Mangez-le si vous voulez", à la limite du soutenable. Quel étrange type, ce Jean Teulé...
En passant, j'aime bien ton allusion à Monénembo, un de mes auteurs favoris !


Violette 30/11/2010 20:30



et moi je me suis dit que je devrais en relire du Monénembo! Ravie que tu connaisses (ce n'est pas si courant!)



Hathaway 30/11/2010 18:06


Mes expériences avec Teulé sont particulières... Celle-ci n'a pas fait exception ! Je n'avais pas aimé Le magasin des suicides, j'ai adoré Je François Villon... Bref c'est ou tout bon ou tout
mauvais !


Violette 30/11/2010 19:42



et Darling alors?



Alex-Mot-à-Mots 30/11/2010 13:00


Je ne connaissais pas ce titre de Teulé. Joli l'adjectif, d'ailleurs.


Violette 30/11/2010 19:41



ça fait un peu penser à "tollé", non? Mais je ne sais pas s'il existe hein...



Irrégulière 30/11/2010 11:44


Bon, pas tu tout pour moi...


See Mee 29/11/2010 23:40


J'ai eu le même sentiment du début (la référence aux Deschiens), et je partage ta lecture. Mais le pire, c'est que c'est une histoire vraie !


Violette 30/11/2010 12:04



c'est justement l'authenticité de l'histoire qui la rend atroce. On pourrait croire à une fable burlesque si elle était fictive...



Ys 29/11/2010 18:17


Il est vraiment spécial ce Teulé, il a un genre bien à lui, on se demande s'il faut rire ou pleurer... humour très noir encore une fois, s'il en est...


Violette 29/11/2010 20:40



exactement... au début, je souriais, puis de moins en moins, enfin j'ai bien eu envie de pleurer... Il m'en est resté un gros malaise...



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages