Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 10:03

         null

         Un petit livre que j’ai choisi au hasard, dans un supermarché, chose assez rare. Pas tout à fait au hasard en fait puisque je me suis fiée au nom de l’auteur dont j’avais lu, il y a des lustres, La Voyeuse interdite (à lire absolument !)

         Une histoire d’amour. Moderne car la narratrice (qui est, tiens, comme c’est bizarre ! une romancière de 39 ans) rencontre un jeune lecteur, Paul, pour qui c’est le coup de foudre, et c’est par mails que les deux tourtereaux correspondront de longues semaines avant de se revoir.

Nina Bouraoui décrit donc, par l’intermédiaire de ce je qui pourrait être autobiographique, les circonvolutions de l’amour et de la passion. Le livre se compose d’un seul paragraphe, comme un seul souffle ou un seul plongeon dans l’océan de cette relation si particulière, avec ce que ce plongeon a de fou, d’insensé, mais aussi de palpitant, se situant à l’exacte frontière entre la vie et la mort, entre le bonheur et le désespoir.

         Mon avis est mitigé : quand on est femme (pas seulement, me direz-vous ?), lire une histoire d’amour de temps en temps, une vraie de vraie, ça fait du bien, c’est comme suçoter un caramel d’antan. Certaines citations m’ont bien plu, comme l’atteste la fin de mon billet. Et puis, on s’y retrouve quelque part dans cette histoire, avec ce petit quelque chose de déjà vécu. Mais, car il y a forcément un mais, certains poncifs sont plus que rebattus : « Je pensais que l’amour était aussi un jeu, qu’il fallait garder la magie comme on garde un feu, les sentiments s’éteignant par manque de vigilance », et surtout, l’idylle est … comment dire, peu crédible ? Je ne veux pas paraître cruelle mais la narratrice a 39 ans, l’objet de toutes ses attentions, Paul, en a 23 et il est sublimement beau (on aurait d’ailleurs pu souhaiter une édition illustrée !) mais les femmes de son âge ne l’intéressent pas (bien sûûûr…), il est fasciné par l’écriture de la romancière qui l’inspire tant (bien sûûûr…) Enfin, ça fait un peu conte de fée, quoi. Sauf, sauf, que l’impression finale est relativement négative. La peur prédomine dans cette relation si fragile, intense mais fine comme un cheveu d’ange qui menace à tout moment de craquer.  En cela, je crois que le roman est authentique et vrai.

         Chose unique (enfin, pour moi, c’est la première fois que je trouve cela) : la quatrième de couverture nous propose, en extrait, la toute fin du roman. J’ai trouvé ça bizarre…

 

Ces fameux extraits que j’ai appréciés :

« Il logeait sous ma peau comme une matière vivante ».

« Il distribuait des parts de sa beauté ».

« Il fallait trouver quelqu’un qui ferait oublier. Oublier la peur. Oublier la violence. Oublier la jeunesse perdue. Oublier le vide. Oublier la nuit qui nous aspirait. Oublier l’idée que nous allions tous un jour disparaître et que d’autres danseraient à nos places sur les mêmes chansons ».

« Les livres constituaient une résistance au vide (l’empilement des mots comme une échelle vers le ciel) »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Meonyr 08/01/2017 19:52

Salut, je voudrais savoir où vous avez trouvé le nom du personnage ? D'après ma lecture, le texte ne contient qu'une initiale, le "P".

Sharon 10/01/2011 22:07


Dans le registre "histoire d'amour avec grande différence d'âge", je ne me lasse pas de citer le cas de mon arrière-grand-mère qui, à 51 ans, après avoir divorcé, s'est remariée avec un jeune homme
de 34 ans.
Sinon, j'ai eu une expérience difficile avec un texte d Nina Bouraoui, et je n'ai pas envie de recommencer avant un certain temps.


Violette 10/01/2011 23:00



effectivement, c'est la grande classe, ton arrière-grand-mère :-))) Merci pour ta visite!



zarline 30/12/2010 16:28


Hi hi, j'aurais bien voulu l'édition illustrée moi aussi ;-) Bon, plus sérieusement, cette histoire d'amour ne me tente pas et pour le quatrième de couverture, c'est en effet vraiment étrange...


Violette 31/12/2010 09:08



n'est-ce pas? bon, en même temps, la fin n'est pas une fin vraiment... pas de grosse chute ni de gros scoop!



Géraldine 30/12/2010 14:56


Mouais... Trop de bémols et de "mitige" pour me convaincre ! Je passe !


Violette 31/12/2010 09:09



je ne peu pas dire "Lisez-le", d'autres ont été déçus...



faelys 30/12/2010 12:47


j'aime bcp ton billet, mais je passerais sur ce livre (et puis je préfère les caramels dont tu m'as donné envie!!)


Violette 30/12/2010 13:19



merci. J'incite donc à consommer des caramels ?... tant mieux ;-) !


Bonne fin d'année à toi!



lasardine 29/12/2010 16:25


mon billet est là si tu veux: http://la-ronde-des-post-it.vefblog.net/446.html#Appelezmoi_par_mon_prenom__Nina_Bouraoui


Violette 29/12/2010 18:03



je vais y jeter un oeil, merci !



Edelwe 29/12/2010 14:43


Ce livre me tente bien!


irrégulière 29/12/2010 14:37


mmmhhh... bon, je verrai si je tombe dessus par hasard...


Violette 29/12/2010 15:24



il n'est pas incontournable, mais il est assez "frais"...



lasardine 29/12/2010 11:04


je n'ai pas du tout aimé ce livre...


Violette 29/12/2010 15:24



c'est vrai? et pourquoi?



Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages