Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 10:03

Un roman très attendu, une suite à L’Ombre du vent… et pourtant une déception !

     Barcelone, les années 20. David Martin est un écrivain de talent qui se voit proposer un contrat un peu particulier. L’éditeur Corelli lui demande en effet de « créer un religion ». Ce pacte diabolique vaudra une série d’événements malheureux et sordides au héros. Le roman oscille entre enquête policière, surnaturel et histoire d’amour.

Évidemment, ça reste du Zafon et ça se lit aussi bien que se boit un bon petit vin blanc sucré. Mais l’auteur a rajouté un peu trop de sucre et l’ensemble comporte beaucoup d’invraisemblances, les relations entre les personnages ne sont pas toujours cohérentes et crédibles et je trouve que le romancier espagnol cède souvent à la facilité. Ça sent le déjà-lu, l’intrigue est moyennement surprenante.
L’Ombre du vent est un roman qu’on n’oublie pas, qui bouscule, touche,  qui allie merveilleusement magie, poésie et mystère. Le Jeu de l’Ange n’est pas déplaisant à lire, certes, mais n’est pas du même acabit, sans doute trop commercial... Zafon ne s'en cache même pas puisqu'il écrit sur son site Internet anglais « I am in the business of storytelling » (« Mon boulot, c’est de raconter des histoires ») ... mouais!

Heureusement que l’on retrouve l’univers barcelonais ! Le parc Güell, l’auditorium du Palau de la Musica, la Rambla, Gaudi, la Sagrada Familia, Montjuïc  et le fameux Cimetière des livres oubliés (nostalgie de l’Ombre !)

Au bout du compte, on passe un bon moment, du moins ce fut le cas pour moi, la première partie m’a bien plu, mais il n’y a pas "le petit plus" qui fait toute la différence !

Un extrait :

« Mes seuls amis d’alors étaient d’encre et de papier. A l’école, j’avais appris à lire et à écrire bien avant les autres gamins du quartier. Là où les camarades voyaient de l’encre semée de chiure de mouche sur des pages incompréhensibles, je voyais de la lumière, des rues et des êtres humains. Les mots et le mystère de leur science cachée me fascinaient et m’apparaissaient comme une clé permettant d’ouvrir un monde infini, bien loin de cette maison, de ces rues et de ces jours opaques où, j’en avais déjà l’intuition, ne m’attendait qu’un avenir sans intérêt. »

Dernière remarque : pour le prix du bouquin, Robert Laffont pourrait s’efforcer de ne pas oublier la ponctuation, c’est énervant !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

carolinette 17/01/2013 11:19


eh bien ! moi qui me suis copieusement ennuyée sur l'ombre du vent, je me garderai bien de lire celui-là ! ;-D


tu n'as pas commenté d'ailleurs l'ombre du vent sur ton blog. si ? je ne le trouve pas.

Violette 18/01/2013 18:45



je crois que je l'ai lu bien avant la création de ce blog... mais non, ce livre n'est pas pour toi alors ! :-)



Stephie 09/10/2009 06:55


Je suis d'accord avec toi sur l'absence de ponctuation, quasi du manque de respect, je trouve. Sinon, un roman que j'ai fort apprécié.


Violette 09/10/2009 08:31


Oui c'est ce que j'ai pu lire chez toi... comme quoi, les goûts et les couleurs ... !


sourifleur 04/10/2009 11:23


comme toi, j'ai nettement moins aimé ce second roman, trop sombre et un peu confus.


Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages