Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 22:54

      
   Un livre changeant, fait de hauts et de bas, de crescendo et de diminuendo. Ca commence par de bons sentiments (une ado qui veut aider une SDF à s’en sortir) et quelques clichés (l’ado en question est une surdouée, donc hypersensible, donc boulimique de connaissances, donc isolée des autres, etc.), mais on sort progressivement d’un monde en quête d’idéal pour une peinture de la réalité assez juste.
 
   Quelques personnages  :
- Lou Bertignac, enfant précoce de 13 ans. Petite. Réservée. En classe de 2nde, elle doit présenter un exposé en cours de SES : il s’agit de retracer le parcours et l’histoire d’une jeune femme sans abri.
– le personnage du prof archi sévère « La Terreur du lycée » qui « doit avoir une douzaine de paires d’yeux invisibles réparties sur tout le corps, un détecteur d’inattention greffé dans les narines et des antennes de limace » … portrait qui m’a fait sourire, bien sûr. Moi aussi, je les ai, ces douze paires d’yeux aurais-je parfois envie de dire à mes élèves, mais je les ferme souvent, je les voile pour ne pas que le cours ne soit que réprimandes, chasse aux bavardages et mises au garde-à-vous. Et puis, je dois avouer qu’en tant qu’élève, j’aimais aussi qu’on me foute la paix, et j’essaie, en tant que prof, de m’en souvenir. Parenthèse fermée.
- Lucas, le « chef de la classe », très grand, très beau et qui n’en fiche pas une, « le genre de personne à qui la vie ne fait pas peur ». Au début du roman, on se dit, ok, la petite surdouée docile avec le grand cancre insolent, mouais mouais…, à la fin … (n’avez qu’à la lire, la fin !).
– No enfin -Nolwenn- la SDF de 18 ans pour qui tout a mal tourné et « qui connaît de la vie quelque chose qui fait peur ». C'est la rencontre No-Lou qui constitue le noeud de l'intrigue.
    
   La première partie du roman semble donc être une petite histoire joliment racontée, puis petit à petit, la tension monte, notre intérêt s’amplifie, cet univers romanesque qu’on croyait manichéen se complexifie, s’obscurcit aussi. « Il ne faut pas espérer changer le monde car le monde est bien plus fort que nous". Ce qui est intéressant et assez réussi : l’œuvre mûrit en même temps que l’héroïne, l’écriture se fait plus réfléchie au fur et à mesure que Lou perd ses illusions, sa naïveté, ses espérances, lorsqu’elle sort de l’adolescence.
La fin est surprenante et somme toute, ce roman est à la fois poignant et attendrissant (malgré quelques petits recours à la facilité), à mettre entre toutes les mains, très réaliste. J’ai passé un bon moment.


   L'auteur, Delphine de Vigan, écrit là son 4ème roman. Son premier, Jours sans faim est paru en 2001 sous le pseudonyme de Lou Delvig : il s’agit d’un roman autobiographique sur le combat et la guérison d’une jeune fille anorexique de 19 ans.
La romancière a également fait sa rentrée littéraire ce mois-ci en publiant Les Heures souterraines.
 


                                                           

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Linette 05/09/2012 20:04


C'était la première fois que je pleurais autant devant un livre.

Violette 08/09/2012 10:35



je l'ai lu il y a longtemps mais je sais que je n'en ai pas fait un coup de coeur contrairement à... beaucoup!



anjelica 20/04/2011 17:17



j'avais beaucoup apprécié cette lecture



La publivore 26/02/2011 12:48



Je note alors !! Merci et à bientôt



La publivore 25/02/2011 20:36



J'ai entendu beaucoup de bien de ce livre. Devrais-je succomber à la tentation ?



Violette 26/02/2011 09:32



oui ! :-) il se lit vite et facilement en plus...



Isa 10/05/2010 16:30


J'ai bien aimé "No et moi" mais "Les heures souterraines" sont d'un niveau encore au-dessus !!!


Violette 10/05/2010 16:47



ok, merci pour le conseil ;-)



Nicolas 29/11/2009 21:31


Je n'ai pas aimé ce roman, notamment à cause du style qui me semble quelconque. On dirait de la littérature pour ados.


Lula 18/09/2009 21:21

Olivier Adam a écrit le sien en 2007.
Celui de Marie-Sabine Roger, c'est ma collègue doc qui m'en a parlé, mais je n'ai pas eu le temps de le lire encore. C'est une très jeune femme, à la rue avec son fils, qui sympathise avec un jeune homme, je crois. Le roman est écrit à plusieurs voix.

Lula 18/09/2009 15:32

Je suis en train de lire "A l'abri de rien", justement. C'est sur le thème des sans-papiers à Calais. Une femme en pleine dépression se déleste de tout pour aider les réfugiés, et finit par négliger sa famille, son mari et ses enfants... Je n'en suis qu'au début.

Violette 18/09/2009 15:53


c'est effectivement très ressemblant... (qui a écrit son livre en premier???  )


Lula 18/09/2009 11:34

Je ne connais pas du tout Delphine de Vigan (je l'ai cherchée à la bibliothèque, mais pas trouvée). Ta présentation donne envie de le lire. Cela me fait penser aussi à "Attention, fragiles" de Marie-Sabine Roger (jeunesse) et à "A l'abri de rien" d'Olivier Adam... que je vais lire aujourd'hui.

Violette 18/09/2009 14:23


Merci pour les autres titres (que je ne connais pas!). Tu me diras ce que ça vaut.


Présentation

  • : Le blog de Violette
  • Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées ... et d'autres blabla en prime.
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages