Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2022 3 09 /11 /novembre /2022 10:36

Cher connard, de Virginie Despentes | Éditions Grasset

Je ne souhaitais pas forcément lire ce livre à sa sortie, en août, et puis, à force d’entendre et de lire divers avis, plutôt positifs, l’envie s’est installée. Aucun regret.

Oscar, écrivain looser, et Rébecca, belle actrice vieillissante, correspondent. Un peu par hasard. Lui a une sale affaire Me too sur le dos, une attachée de presse, Zoé Katana, qu’il a aimée dix années plus tôt l’accuse de harcèlement. Il admet lui avoir fait une cour très pressante mais, trop souvent bourré ou drogué, il ne se rappelle pas l’avoir agressée. Rébecca, même si elle devient copine avec lui, ne tente pas de minimiser ce qui s’est passé et voit souvent Zoé. L’attachée de presse a droit à la parole aussi, régulièrement. Et le covid survient, le premier confinement change la donne : Oscar, déterminé à se sortir des tréfonds de la drogue réussit à convaincre Rébecca de la rejoindre lors des visios Zoom des Narcotiques Anonymes. Il s’en sortent petit à petit, ensemble et à distance alors que Zoé sombre dans la dépression.

C’est un roman épistolaire agréable à lire, globalement intelligent (j’ai été agacée par certaines conneries quand même – le combat hommes vs machines, le féminisme excessif ridiculisé, l’omniprésence et omnipotence des réseaux sociaux) et qui propose une vision nuancée des protagonistes de Me Too. La fiction côtoie le genre de l’essai, j’ai aimé le format par lettres même si finalement il ne donne pas plus de rythme au récit comme on pourrait le supposer et l’espérer. Quant au style… certaines phrases m’ont beaucoup plu par leur vivacité, leur humour et leur côté incisif et au paragraphe d’après, le soufflet retombe et la phrase est plate, le vocabulaire est celui qu’on entend dans la cour d’un collège. Ce que j’ai préféré finalement, c’est la confidence sans limite des protagonistes qui ne montrent pas leur meilleur visage, j’ai aussi aimé cette apologie des Narcotiques anonymes, vraiment, même si je me sens à mille lieues de cette association. Que conclure ? J’aurais pu adorer avec quelques pages en moins et un style un peu plus soigné.

« le mec est pas mal gaulé pour un auteur »

Rébecca évoque l’image de l’auteur ivre et drogué : « T’as raison, c'est le seul truc un peu viril chez toi … Ecrivain, c'est difficile à concilier avec une masculinité un tant soit peu dynamique. C’est tellement proche de la broderie, votre truc. Tu vas décevoir beaucoup de monde si la prochaine fois que tu ouvres ta boutique tu annonces que tu es devenu sobre. »

« plutôt crever que faire du yoga »

« Je voudrais pouvoir te dégueuler hors de ma vie. Ça fait des semaines qu’on s’écrit et tu es devenue la personne la plus proche de moi. »

Oscar est clean depuis des semaines : « Parfois ça me retombe dessus. J’ai envie de céder, juste histoire que cette tension cesse. Que ce soit fait, bordel. Succomber. Rien que le mot est joli. Tomber à la renverse. Perdre connaissance. Tomber par terre, glisser le long du bar, se vautrer dans l caniveau, vomir. Perdre. Ce qu’on aime en buvant c’est ce qu’on aime en fumant c’est ce qu’on aime dans la passion amoureuse c’est ce qu’on aime dans des boulots bien payés qui rendent malheureux- c’est aimer ce qui est plus fort que soi. »

« T’es toujours un peu connard, mais t’es notoirement moins connard qu’avant. »

Vernon Subutex 1

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
je n'ai jamais lu Despentes, j'ai toujours Vernon Subutux dans ma liste à lire, après les avis enthousiastes de certaines copines, celui-ci me tentait bien. mais ça n'est pas pressé.
Répondre
V
C'était pas mal mais, avec un petit recul, vraiment pas indispensable.
S
Je remarque que tes citations sont de la Rebecca du début.:-D Elle aussi évolue au fil du livre et le trait est forcé au début dans l'intolérance et l'excès pour faire évoluer le personnage vers plus de profondeur et donc de compréhension de l'autre.
Répondre
V
oui, oui, je suis tout à fait d'accord !
C
Je compte bien le découvrir un jour :)<br /> Merci pour cette belle chronique !
Répondre
V
je t'en prie :)
A
J'ai lu Vernon Subutex sans déplaisir mais sans révélation non plus, du coup au vu des nombreuses autres tentations, j'avoue ne pas ressentir de curiosité pour ce livre.:)
Répondre
V
Je comprends, il n'est pas indispensable et pêche par certains de ses passages trop longs et inintéressants.
I
Je ne suis toujours pas tentée, malgré certains avis en effet positifs. Peut-être parce que j'ai abandonné Vernon Subutex au bout de 20 pages... mais surtout parce que tes bémols sur le style me refroidissent immédiatement !
Répondre
V
C'est drôle parce que certains passages sont brillants et d'autres (plus nombreux hélas) souffrent d'une banalité parfois affligeante.
P
Après l'avis d'Athalie, voici le tien et je sens que je vais céder. Merci les filles !
Répondre
V
Tu te feras ton propre avis ! Je ne regrette pas cette lecture mais je ne la classerais pas parmi les indispensables.
A
Une lecture qui ne me tente décidément pas.
Répondre
V
Je peux comprendre, je me suis moi-même décidée tardivement.
G
J'ai lu un roman de Despentes il y a 20 ans environ... Et là, je suis en liste d'attente à la bibliothèque pour ce titre ! On verra !
Répondre
V
je viendrai lire ton avis si tu t'y attaques :) !
E
J'ai abandonné Vernon en cours de route, par contre j'ai bien aimé King Kong théorie, je tenterait sûrement dans un moment pour me faire mon idée!
Répondre
V
Je note King Kong théorie alors mais alors vraiment pas pour dans l'immédiat ^^
G
J'hésite, il y a des bons commentaires comme le tien, mais lire en boucle des histoires de drogue, sexe et addiction avec un style inégal .... ce n'est pas une priorité.
Répondre
V
Il m'a semblé que son discours avait évolué, évoquant les Narcotiques Anonymes par exemple, donc sans faire l'apologie de la drogue...
M
Je n'ai encore rien lu d'elle et ce n'est certainement pas avec celui-ci que je commencerai, déjà le titre me rebute ensuite on en a beaucoup trop parlé dans les médias et je me méfie beaucoup vu que je n'accroche pas vraiment non plus avec ses interviews alors on verra si le hasard me permet de le croiser en médiathèque un jour, tu sais que je ne dis jamais "jamais"...et que je suis plutôt curieuse de nature. Merci en tous les cas pour ta présentation très intéressante car tu mets bien le doigt sur mes interrogations.
Répondre
V
J'admets que l'entendre parler me rebute complètement aussi mais elle a un certain talent... qui n'est pas égal du début à la fin de son livre, certes. Tu vois, j'ai été agréablement surprise, tout de même.
E
je n'ai pas apprécié cette lecture, roman épistolaire est un bien grand mot pour ce genre de livre...<br /> Je n'ai réussi à lire que le T de Vernon Subutex je voulais lui donner une seconde chance mais je renonce je n'aime pas la manière dont elle s'exprime dans ses livres comme dans ses interventions télévisées :-)
Répondre
V
Je n'aime pas l'écouter parler et, comme je l'ai dit, cet échange de lettres est finalement un prétexte dont elle aurait pu se passer mais certains passages m'ont plu.
K
Pourquoi pas? J'ai bien aimé ce que j'ai lu d'elle, ça décoiffe, mais ça se lit sans peine.
Répondre
V
Oui, ça décoiffe et sort de l'ordinaire.
D
Toujours pas plus tentée que ça, en ce qui me concerne...
Répondre
V
Je suis contente de l'avoir lu et, comme dit, il m'a plu, mais je ne lirai pas l'autrice dans les prochains temps...
A
Je l'ai abandonné au milieu et je me demande si je vais arriver à la reprendre. Comme tu le soulignes, il y a des passages brillants, qui frappent juste et puis après des banalités affligeantes et un peu bêtes par moment. Et les personnages ne m'intéressent pas beaucoup ; drogue, sexe, addiction qui tournent en boucle, ça fatigue.
Répondre
V
c'est tout à fait ça, c'est très inégal.