Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2022 7 18 /09 /septembre /2022 18:57

La Leçon du mal | Lisez!

Je démarre la rentrée littéraire (avec du retard oui, quelle idée de la faire coïncider chaque année avec la rentrée des classes…) avec un roman japonais. Il faut savoir que je boude souvent les romans japonais mais celui-ci m’intriguait.

Tout se passe dans et autour d’un lycée à Machida, dans la banlieue de Tokyo. On suit les péripéties du prof d’anglais, Hasumi, charismatique, séduisant et soucieux du bien-être de ses élèves. Il a du fil à retordre entre Miya qui se fait harceler par son prof de sport qui la menace de révéler qu’elle est une voleuse, l’autre prof d’EPS qui n’hésite pas à taper sur les élèves ou encore Tadenuma, le caïd. En apparence, Hasumi est le prof idéal, ouvert et bienveillant mais sa vraie personnalité va se dévoiler au fil des pages. Tordu, manipulateur, incapable de faire preuve d’empathie, insensible et même psychopathe…

Si le roman se lit bien, d’emblée, je m’suis dit, ils sont bizarres ces Japonais quand même. Leurs éthique et morale me semblent bien éloignées des nôtres. Il y a toujours cette forme de naïveté abrupte (que je trouve aussi chez Taniguchi) qui permet de poser les lèvres d’un prof sur celles d’une élève avec un peu de surprise, soit, mais sans la dimension scandaleuse de chez nous. La familiarité entre profs et lycéens est également surprenante. Tout ça, c’est au début du livre, au bout d’un moment, on comprend que Hasumi est un psychopathe en puissance, de ceux que rien n’arrête et ses désirs de meurtre vont prendre une tournure assez spectaculaire. Oui j’ai pris des notes pour m’en sortir entre tous les noms des personnages. Non je ne crois pas que je sois faite pour adhérer pleinement à la culture et la mentalité nippones. La couverture du livre nous parle d’« œuvre culte », je ne sais trop quoi penser de ces meurtres de masse et de cette violence omniprésente, un peu dégoûtée sans doute même si je n’ai généralement rien contre les romans noirs. Sur les 533 pages, il y en a eu cent de trop d’après moi. On fera mieux la prochaine fois. Un roman dérangeant pour les anti-fleur bleue qui cherchent de l’explosif et du sanglant.

« L’école n’était pas sanctuaire dédié à la protection des enfants, mais une arène où seule régnait la loi du plus fort. Afin de survivre, il fallait soit avoir de la chance, soit faire preuve de beaucoup d'intuition, soit pouvoir déployer la violence physique nécessaire pour se défendre. »

 Jeune, Hasumi, sans le diplôme spécifique à l’enseignement, a la possibilité d’être remplaçant : « Il avait douté d'avoir fait le bon choix… jusqu’à sa première de cours. Sa capacité à inspirer de la sympathie et à contrôler ses semblables lui conférait un pouvoir quasiment indécent sur sa classe. Deux éléments étaient nécessaires pour gagner la confiance ses élèves : susciter leur intérêt et avoir du style. En douze minutes, il les avait conquis. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Alors moi c'est l'inverse, je fonce sur tout ce qui est japonais en grande fan de leur culture que je suis, mais ce roman, que je m'apprêtais à noter, m'a l'air quand même d'avoir un fond malsain qui m'enthousiasme moins. A voir, il m'intrigue quand même.
Répondre
V
ah oui c'est malsain, mais pour un roman noir c'est voulu ! C'est juste que ça commence assez doux donc ça surprend de plus en plus :)
K
Sans urgence, alors, j'ai tellement à lire, oui, la rentrée littéraire et aussi des trucs dans mes listes.
Répondre
V
sans urgence, je dirais aussi :)
A
J'ai beaucoup aimé cette lecture : je voulais savoir jusqu'où le prof était capable d'aller. Et l'auteur va loin.
Répondre
V
oui, il va un peu trop loin quand même, ai-je trouvé...
A
Il y a des romans japonais que j'ai beaucoup aimés, mais pas le genre de celui que tu présentes aujourd'hui. C'est trop tordu.
Répondre
V
c'est ça :) Et le roman a été (est?) un best-seller au Japon.
M
J'aime bien les romans japonais en général mais celui-ci me tente moins tout du moins en ce moment ! Merci pour ton ressenti
Répondre
V
je comprends :) Belle soirée à toi !
S
J'aime bien les romans dérangeants mais comme toi, j'ai du mal avec les romans japonais et même asiatiques en général. J'ai souvent du mal à comprendre leur mentalité...
Répondre
V
Je ressens tout à fait la même chose, j'essaie tout de même régulièrement...!

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages