Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juillet 2022 5 22 /07 /juillet /2022 20:23

La Contrebasse, Patrick Süskind | Livre de Poche

Dans une chambre, un contrebassiste nous parle de son instrument. Entre deux gorgées de bière, quelques notes jouées pizzicato, un fond sonore de Brahms, il évoque la contrebasse, « l’instrument le plus important de l’orchestre », on n’entend que lui, il est indispensable, mais c’est une affaire passée sous silence parce que les musiciens ont tendance à être jaloux les uns des autres. C’est un instrument cher aussi, les cordes sont hors de prix et la portée de ses sons (les plus graves qui existent) pose problème. Le musicien nous fait la démonstration : il joue un fa grave et la voisine du dessus se met aussitôt à taper son mécontentement. En réalité, la contrebasse est un instrument plutôt détestable, peu maniable, que personne n’a réellement choisi, elle est plutôt un « embarras qu’un instrument ». « Dans un appartement, elle se trouve sans cesse sur votre chemin. Elle est plantée là, avec un air si bête… » D’ailleurs la contrebasse est un frein aux relations sociales et amoureuses, notre musicien en fait les frais constamment, il est encore célibataire à 35 ans, il est amoureux de Sarah -chanteuse lyrique- qui ignore même son existence. Il hésite à jouer une fausse note pour se faire remarquer, à crier son prénom lors d’un concert.

Ce qu’on peut prendre pour une nouvelle est en réalité un monologue théâtral qui est, vous l’aurez compris, aussi drôle que spirituel. Quand le musicien règle ses comptes avec celle qui l’accompagne tous les jours depuis des années, qu’il aime et déteste à la fois, oui, ça s’apparente à une scène de ménage mais la femme aussi imposante qu’elle soit, n’a pas droit à la parole, ou si peu. Pourtant, c’est lui, le musicien, qui semble être écrasé par sa contrebasse, il crie sa solitude, son désespoir et ses espoirs ; tel un Sisyphe imbibé de bière, il ne peut se détacher de son fardeau, puisqu’il est fonctionnaire à perpétuité. C’est une tragédie. A l’origine une pièce radiophonique, ce monologue a immédiatement plu et connu un grand succès dans plusieurs pays. En France, le musicien a notamment été interprété par Jacques Villeret et Clovis Cornillac. Une lecture amusante, intelligente et rafraîchissante.

« Et parfois je la mets dans le fauteuil en rotin, là en face de moi, je l’appuie bien et je pose l’archet à côté, et je m’assois ici dans le fauteuil de cuir. Et je la regarde. Et alors je pense : quel instrument hideux ! Je vous en prie, regardez-la. Non, mais regardez-la ! Elle a l’air d’une grosse bonne femme, et vieille. Les hanches beaucoup trop basses, la taille complètement ratée, beaucoup trop marquée vers le haut, et pas assez fine ; et puis ce torse étriqué, rachitique… à vous rendre fou. »

« s’il faut que tu joues faux pour qu’elle s’aperçoive que tu existes, il vaut encore mieux qu’elle ne s’aperçoive pas que tu existes. »

De Süskind, j'avais évidemment lu Le Parfum mais aussi un recueil de nouvelles, Un combat.

Partager cet article
Repost0

commentaires

K
J'ai bien envie, ça parle d'un instrument de musique.
Répondre
V
Et l’auteur joue avec cet instrument qu’il personnifie à souhait, que le personnage vénère, déteste et adore à la fois. Une belle lecture !
K
Quel superbe texte !
Répondre
V
Ouiii!
A
Je l'avais vu au théâtre, il y a quelques années, et j'avais adoré cet homme désabusé.
Répondre
V
J’aimerais le voir sur scène aussi. Le texte est si riche.
K
Comme Ingannmic, je note cette très bonne idée pour les Feuilles allemandes...
Répondre
V
Top!!
A
C'est un des livres de Süskind que je m'aimerais lire depuis un moment. J'avais tellement adoré Le parfum, même si c'est très différent. Je crois que je prends le temps car il n'a pas tant de romans que ça - du moins traduits en français.
Répondre
V
Il est vite lu, n’hésite pas!
I
Tiens, Eva en a parlé il n'y a pas longtemps (https://etsionbouquinait.com/2022/05/25/patrick-suskind-la-contrebasse/), en bien aussi. J'ai lu et beaucoup aimé "Le parfum" et "Le pigeon", lus il y a bien 25 ans (!), et vos billets m'incitent aux retrouvailles ! Et cela peut constituer une idée de lecture pour Les feuilles allemandes (je suis souvent en panne de titres germanophones...).
Répondre
V
Ma lecture du Parfum date aussi et j’ai souvent songé à relire le roman, il m’avait vraiment marqué.
A
Je suis toujours un peu frustrée par la lecture d'un texte théâtral ! Je vu une représentation de ce texte, par contre, et il est très drôle et triste en même temps.
Répondre
V
Comme c’est un monologue, tu peux le lire comme une nouvelle, ça passe délicieusement bien !

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages