Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 juillet 2022 3 27 /07 /juillet /2022 20:24

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise - Poche - Sijie Dai - Achat Livre ou  ebook | fnac

Luo et son ami le narrateur sont deux jeunes envoyés en « rééducation » dans la campagne chinoise des années 70. En effet, ils sont punis pour avoir des parents bourgeois et cultivés, ils doivent se frotter aux durs travaux de la campagne, oublier les livres désormais interdits et surtout se taire. Tout ne se passe pas comme prévu puisque le narrateur enchante les villageois en jouant du violon et Luo brille par ses talents de conteur. L’apogée de l’histoire se trouve au moment de la découverte d’une valise pleine de romans français, du Balzac, du Dumas, du Flaubert… Il s’agira de ne pas éveiller les soupçons en volant ces œuvres devenues sacrées pour nos deux lecteurs. Lorsqu’il rencontre la Petite Tailleuse chinoise, fille d’un tailleur renommé, Luo tombe amoureux d’elle, le narrateur est fasciné aussi et la jeune fille se laisse séduire, à son tour, par les histoires des romanciers du XIXè siècle.

Non, je n’avais jamais lu ce roman devenu culte… Même si je lui ai trouvé plein de qualités, je suis restée sagement assise à côté des personnages et de l’intrigue, ne parvenant ni à m’attacher à eux ni même à m’intéresser véritablement à cette histoire. J’ai sans doute un cœur de pierre ou ce livre est arrivé entre mes mains à un mauvais moment, qui sait. Bien sûr que le contraste entre la littérature française et ces Chinois que Mao a voulu éduquer à sa manière est saisissant, que le pouvoir de la lecture domine le roman et que le livre s’apparente finalement à un beau conte mais je suis restée en dehors, que voulez-vous…

Le narrateur décide de recopier des passages d’Ursule Mirouët de Balzac… sur la peau de mouton de sa veste : « Ecrire au stylo sur la peau d'un vieux mouton des montagnes n'était pas facile : elle était mate, rugueuse et, pour copier le plus de texte possible dessus, il fallait adopter une écriture minimaliste, ce qui exigeait une concentration hors normes. Lorsque je finis de barbouiller de texte sur toute la surface de la peau, jusqu’aux manches, j'avais si mal aux doigts qu'on aurait dit qu'ils étaient cassés. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
pas encore lu non plus...tu me le remets en mémoire. je viens de lire pour ma part le premier tome de la pentalogie Le poirds des secrets, Tsubaki, et si c'est très agréable à lire, j'avoue ne pas trop comprendre le grand engouement. Je vais quand même lire la suite, je vais avoir un déclic...sait-on jamais!
Répondre
B
J'avais bien aimé en son temps mais je reconnais qu'il m'en reste peu de souvenir.
Répondre
K
J'avais beaucoup aimé ce roman... Il m'en reste quelques images...
Répondre
T
Dommage.... Je l'ai lu il y a pas loin de 20 ans je pense et à part te dire que j'avais adoré à l'époque c'est tout ce qu'il me reste.
Répondre
V
Je comptais éventuellement l’étudier avec des 3e mais ce ne sera pas le cas…
A
Une lecture que j'avais apprécié, mais pas un coup de coeur non plus.
Répondre
V
Ah, nous voilà deux.
A
Aaah je me souviens encore l'époque où tout le monde le lisait et que je pensais suivre aussi le mouvement rapidement (mon dieu, ça remonte...). Bon, il reste dans mes projets de lecture mais à l'occasion quoi.
Répondre
V
Tu peux encore suivre le mouvement qui s’est sans doute légèrement essoufflé :))
A
Je l'ai lu à sa sortie et j'avais bien aimé. Il a peut-être mal vieilli ..
Répondre
V
Peut-être… ou une mauvaise heure de rdv entre lui et moi? :)

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages