Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2022 1 11 /07 /juillet /2022 15:14

Une vie entière - Poche - Robert Seethaler, Élisabeth Landes - Achat Livre  ou ebook | fnac

Eh oui, encore le même auteur autrichien qu’ici et là !

Andreas Egger est né peu avant le début du XXè siècle. Orphelin à quatre ans, il est confié à un oncle violent et tyrannique qui, un jour, le frappe si fort qu’il le blesse à une jambe qui restera à jamais atrophiée. Après divers petits métiers, Andreas participe à la construction du premier téléphérique du massif des Dômes. Il connaît l’amour avec Marie mais aussi la douleur de la perdre. Il vivra une avalanche meurtrière et aussi la guerre qui va l’emmener huit ans en Russie. A son retour, il arrivera à gagner quelques sous en faisant guide de montagne pour les touristes devenus de plus en plus nombreux. Se contentant de peu, Andreas vivra le plus souvent seul, en ermite, parlant seul à la fin de sa vie.

Le roman porte bien son nom, il couvre la totalité d’une vie, de 1898 à 1972. Des trois titres que j’ai lus de l’auteur, celui-ci est incontestablement mon préféré. Pour ces montagnes autrichiennes où l’apparition du téléphérique a changé la donne, pour ce personnage brillant de simplicité, pour cette vie entaillée de drames, pour cette mélancolie résignée qui s’exprime à chaque page, pour la brièveté et l’évanescence de la vie en général qui, racontée si bien en quelques dizaines de pages, ne peut qu’émouvoir.

L’apparition des skieurs : « Les gens ne pensent qu’à glisser sur les montagnes avec leurs planches. »

Un camarade de guerre au rire facile : « Puisqu’on allait en enfer, autant rire avec les diables, disait-il, ça ne coûtait pas plus cher et ça vous facilitait la vie. »

A la fin de sa vie : « Il avait tenu plus longtemps qu'il l’eût jamais cru possible et, somme toute, s’estimait satisfait. Il avait survécu à son enfance, à une avalanche et à la guerre. Il n’avait jamais rechigné à la tâche, avait percé un nombre incalculable de trous dans le rocher et abattu probablement assez d'arbres pour entretenir un hiver entier le feu des poêles de toute une bourgade. Il avait suspendu sa vie à un fil entre ciel et terre plus souvent qu'à son tour et, dans ces dernières années de guide de montagne, il en avait plus appris sur les gens qu'il ne pouvait comprendre. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Un livre qui semble plein d'émotions. Merci pour ta participation aux coups de coeur !
Répondre
D
Bonjour Violette, pour moi aussi, des trois romans que j'ai lu cet écrivain, c'est mon préféré. Et puis le personnage d'Andréas est très émouvant. Bon dimanche.
Répondre
T
Ha tu as été conquise alors ? N'y as-tu pas trouvé un quelque chose du Jean-Baptiste Andréa ?
Répondre
M
C'est un auteur noté dans mon carnet mais que je n'ai pas encore lu, c'est rassurant de savoir que j'ai encore plein d'écritures à découvrir :) Merci pour ta chronique qui me donne envie...
Répondre
V
tu avais peur de manger d'idées de lecture? ;)
K
Un très beau roman, comme je les aime (Le tabac Tresniek aussi)
Répondre
V
Je l'ai encore préféré celui-là!! Un bonheur de lecture !
A
C'était ma première lecture de l'auteur et j'ai beaucoup aimé. Tout comme "le tabac Triesnek". J'en lirai d'autres, c'est sûr.
Répondre
V
L'auteur est doué... à suivre!
J
J'aurais pu écrire le même commentaire que Krol !
Répondre
V
Je crois que tout est bon chez ce romancier.
K
Le seul que j'ai lu et que j'ai aimé... Il me reste à lire les autres...
Répondre
V
Bonnes lectures alors :)

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages