Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2022 6 23 /04 /avril /2022 22:11

Cendrillon - Joël Pommerat - Babelio

 

Il me tardait de retourner vers le théâtre. Joël Pommerat propose ici une énième version du célèbre conte.

Sandra, la « très jeune fille » a perdu sa mère qui lui aurait dit, avant de mourir, de ne cesser de penser à elle. Mais la fillette n’est pas sûre d’avoir bien compris. Elle mène une vie triste, rythmée par les sonneries d’une grosse montre qui l’empêchent d’oublier sa mère. Ainsi, quand son père et elle emménagent dans la maison de la « belle-mère », de « Sœur la grande » et « Sœur la petite », elle accepte avec résignation les tâches domestiques qu’on lui ordonne d’accomplir. La belle-mère, très sûre d’elle, est persuadée qu’elle fait moins que son âge et, des trois, c’est elle qui s’apprête le plus pour se rendre au bal donné par le roi pour son fils, le « très jeune prince ». A cette soirée, le prince, angoissé à l’idée de manquer le coup de fil de sa mère, retenue depuis si longtemps par les grèves des transports (… depuis dix ans, en fait !) bouscule Sandra. Les deux discutent un moment avant de se quitter. Le roi, sachant qu’une rencontre a bouleversé son fils, va tout faire pour retrouver la jeune femme. Arrivant à la maison des protagonistes, la belle-mère est convaincue que le prince a eu coup de foudre… pour elle.

Si on devait simplifier, on pourrait dire que cette version est à la fois moderne et tournée vers la réflexion sur le deuil. De nombreux passages sont drôles : la belle-mère s’impose de manière ridicule lorsqu’elle croit que le prince est tombé amoureux d’elle ; le motif de la chaussure est repris mais de manière loufoque (c’est le prince qui offre une de ses chaussures à la très jeune fille) ; la fée jure comme un charretier. Les deux jeunes futurs amoureux se retrouvent parce qu’ils ont, chacun de son côté, de grosses difficultés à vivre le deuil de leur mère parce qu’on a commis une erreur de langage et qu’on les a convaincus, pour le prince, que sa mère n’était pas vraiment morte, pour la jeune fille, qu’elle ne devait passer un seul instant de sa vie sans penser à sa mère. J’ai pris du plaisir à lire cette pièce mais un bémol -de taille- m’a dérangée : la langue. Elle est ouvertement familière et fautive (« on s’est pas donné nos coordonnées c’est vrai, on y a pas pensé. »), Pommerat veut capter le réel, il demande aux comédiens d’être le plus concrets et le plus directs possible. Dans la même logique, il privilégie l’improvisation en début de répétition, s’appuie sur les « surprises » qui peuvent en découler pour retoucher le texte initial. Ainsi, comédiens mais aussi techniciens participent à l’écriture.

La belle-mère à la très jeune fille : « T’es encore là toi ! Qu’est-ce que tu fais là comme ça, inerte ? On dirait un poisson crevé qui flotte à la surface de l’eau ! Il est où ton père, il est pas là ? Tu rêvasses ? Faut arrêter avec les rêvasseries, faut entrer dans la vie réelle ma petite fille maintenant ! Qu’est-ce que tu te tiens mal en plus, c’est pas possible ! »

Je crois qu'Hélène a moins aimé que moi.

Partager cet article
Repost0

commentaires

H
Oui, moins aimé, mais je l'ai lu, peut être que si je l'avais vu sur scène....
Répondre
G
J'aime bien les contes revisités
Répondre
V
n'hésite pas, alors ! Version théâtrale.
A
Aah je ne peux pas rater ça moi qui adore les contes revisités, réinventés, réécrits... ! Merci pour cette découverte !
Répondre
V
ah oui, c'est pour toi alors !!
D
Au lycée, j'avais travaillé sur le conte de Cendrillon et quelques uns de ses 345 (!) versions répertoriées. Rien que pour tous les souvenirs qui me reviennent quand je pense à Cendrillon, j'irais bien voir cette pièce...<br /> Daphné
Répondre
V
345 ! mais ça ne m'étonne pas... j'aime découvrir ces réécritures aussi.
C
Je ne connaissais pas du tout, tu m'intrigue :)<br /> Je prends note !
Répondre
V
tant mieux !
E
j'aime bien son univers aussi, mais je ne connais pas celle là!
Répondre
V
oh, j'ai réussi à te faire découvrir du théâtre... chanceuse, je suis ;)
P
J'ai vu cette pièce il y a très longtemps à Lille et je l'ai adorée. J'aime beaucoup les réinterprétations de classiques ( et de contes en particulier) et j'adore l'univers de Joël Pommerar qui est un de mes metteurs en scène préférés.
Répondre
V
oh, tu as de la chance ! J'aimerais aussi voir la représentation.

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages