Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 12:25

MOLIERE L'ECOLE DES FEMMES COMEDIE LAROUSSE 1938 CLASSIQUES LAROUSSE TEATRO  | eBay

Non, je n’allais pas laisser passer janvier, mois anniversaire de la naissance de notre fameux Jean-Baptiste Poquelin, sans en toucher un mot. Je lis et relis beaucoup le dramaturge pour mon plaisir et pour mon travail, je ne m’en lasse pas et il m’épate à chaque fois.

            Arnolphe est un vieux (42 ans…) célibataire qui, plutôt que de se marier et de se retrouver cocu, a largement anticipé : il a « élevé » depuis ses 4 ans une fille, Agnès, l’a protégée du monde extérieur, l’a éduquée à sa manière, l’a rendue aussi sotte qu’ignorante. Il épousera donc celle qui, à dix-sept ans, se demande « si les enfants qu’on fait se faisaient par l’oreille. » Malheureusement pour Arnolphe, un « jeune homme bien fait » croise son chemin et elle raconte ingénument à son protecteur qu’un amour aussi subit qu’imprévisible a immédiatement lié les deux jeunes gens. Parallèlement, Horace, le fils d’un ami d’Arnolphe, vient confier au barbon qu’il est tombé amoureux d’Agnès, « ce jeune astre d’amour de tant d’attraits pourvu » et que ses « affaires sont en fort bonne posture ». Arnolphe enrage et multipliera les ruses pour défaire cet amour et épouser au plus vite cette jeune femme qui, parce qu’elle lui échappe, trouve de plus en plus grâce à ses yeux. Mais Agnès écoute son cœur et, si elle obéit à Arnolphe quand il lui demande, par exemple, de jeter une pierre à la tête d’Horace, elle l’accompagne également d’une lettre d’amour. Arnolphe persévère en apprenant à Agnès les « maximes du mariage » qui, plutôt que d’assagir la belle ingénue, vont l’effrayer et la faire fuir, « chez vous le mariage est fâcheux et pénible (…) [Horace] le fait, lui, si rempli de plaisirs, que de se marier il donne des désirs. » Un retournement de situation final va légitimer l’union des jeunes gens et laisser Arnolphe … sans voix.

L’École des femmes date de 1662 et reprend les thèmes majeurs de L’École des maris qui date de l’année précédente. Molière y dénonce clairement l’éducation trop stricte des filles et ce carcan étriqué d’un mariage qui n’a jamais rien d’authentique. La pièce a fait polémique, justement parce que le sacrement du mariage était pointé du doigt. J’ai complété ma (re)lecture par une adaptation de Stéphane Braunschweig qui m’a d’abord un peu déstabilisée (la pièce commence dans une salle de sport) et finalement convaincue. Cette version se veut moderne et sensuelle, laissant toute la place à la femme, maîtresse de ses désirs. Suzanne Aubert incarne parfaitement la jolie Agnès pas si bête qu’il n’y paraît et Claude Duparfait apporte une sincérité intéressante au personnage d’Arnolphe, rendu, ainsi, presqu’attachant. La pièce comme cette représentation-là apportent une fraîcheur, une soif de liberté et une envie de briser contraintes et asservissements que chacun pourra reprendre à son compte.

La mise en scène de Braunschweig 

 

Une des maximes du mariage ou « devoirs de la femme mariée » :

« Elle ne se doit parer

Qu’autant que peut désirer

Le mari qui la possède :

C’est lui que touche seul le soin de sa beauté ;

Et pour rien doit être compté

Que les autres la trouvent laide. »

 

Morale prononcée par Chrysalde, l’ami d’Arnolphe :

 « Si n’être point cocu vous semble un si grand bien,

Ne vous point marier en est le vrai moyen. »

    Théâtre : la leçon de «L'École des femmes» - Le Parisien

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
Bonjour Violette, quand je vois ton classique Larousse, cela me fait penser à ma maman. Elle en avait plein et je les ai toujours. Sinon, merci pour cet hommage à Molière qui va être célébré, j'espère, pendant toute cette année. Bon samedi.
Répondre
V
je le célèbrerai toute l'année, pour ma part. Je crois que cette collection nous rappelle tous quelqu'un ou quelque chose !
U
Quelle bonne idée de profiter de cet anniversaire pour relire Molière ! J’adore ton article, lu le sourire aux lèvres ☺️
Répondre
V
merci beaucoup !!
M
C'est bien que tu en parles en effet :) Voilà des années que je n'ai pas lu Molière mais j'ai aimé le faire et le relire plusieurs fois au cours de ma vie...J'aime aussi beaucoup l'édition que tu as choisi pour ce classique, elle me rappelle ma jeunesse, qu'elle était belle et qu'elle allait bien à ces textes !
Répondre
V
Elle a quand même bien vieilli, pour tout te dire :)
P
Il y a quelques années je suivais grâce à Sharon un challenge sur Molière. Je n'ai jamais lu L'école des femmes mais en lisant ta super chronique, je me dis que je perds tout à attendre !
Répondre
V
Oh oui, ça se lit bien ! Tu devrais te régaler !
M
Je préfère ses comédies ballets, mais j'aime tout Molière !
Répondre
V
Moi aussi j'aime tout ! Je ne me lasse pas de les relire
A
Ouhlala cette collection de vieux classiques ! Je me souviens qu'il y en avait toute une étagère chez mon grand-père, et j'en ai lu pas mal d'ailleurs. Molière, indémodable ! Tu me donnerais presque envie de m'y remettre.
Répondre
V
mais oui, n'hésite pas :)
K
Ah les vieux classiques Larousse!!!!
Répondre
V
j'en ai une flopée! ça sent bon !
L
Molière cet auteur qui continue à plaire et pour longtemps encore visiblement
Répondre
V
eh oui, un vrai "intemporel" !

Présentation

  • : Le blog de Violette
  • : Un blog consignant mes lectures diverses, colorées et variées!
  • Contact

à vous !


Mon blog se nourrit de vos commentaires...

Rechercher

Pages