Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2021 3 23 /06 /juin /2021 21:26

Sur les chemins noirs eBook: Tesson, Sylvain: Amazon.fr

       Suite à sa chute de huit mètres de haut d’un toit de chez Rufin, après des mois d’hospitalisation, Sylvain Tesson a pris une décision bien insolite pour se requinquer : traverser la France à pied. Parti le 24 août du Mercantour, à la frontière italienne, il va parcourir le trajet vers la pointe nord du Cotentin souvent seul, parfois accompagné d’un ami et touchera son but le 8 novembre. Ce qui l’importe, c’est de parcourir les « chemins noirs », ces routes peu fréquentées, loin de l’agitation humaine, des voitures et du bruit. Il évoque également par là une ruralité française en souffrance et en perdition, des villages déserts, des commerces qui ferment, des efforts un peu absurdes pour obtenir le wifi.

       Evidemment que j’ai aimé ce court récit de voyage ! Sylvain Tesson force le respect. Alors que d’autres se feraient plaindre et servir, lui sillonne la France avec sa ataraxie et son impertinence coutumières. Mise à part une crise d’épilepsie (une nuit à l’hôpital), quelques douleurs à peine évoquées (et pourtant quotidiennes) et son interdiction de boire de l’alcool, on dirait un jeune homme en pleine forme. Les nombreuses citations le prouvent : j’adore le style ! Son écriture parfume chaque page, agrémentée de réflexions caustiques, souvent drôles, toujours justes. J’aimerais moi aussi m’échapper avec lui, fuir, prendre ce « carton d’invitation à ficher le camp. » Là, tout de suite, maintenant.

 

Son côté rustre : les proches, « je préférais penser à eux que les côtoyer. »

Sa mère est morte quelques mois plus tôt : « On m’avait ramassé. J’étais revenu à la vie. Mort, je n’aurais même pas eu la grâce de voir ma mère au Ciel. Cent milliards d’être humains sont nés sur cette Terre depuis que les Homo sapiens sont devenus ce que nous sommes. Croit-on vraiment qu’on retrouve un proche dans la cohue d’une termitière éternelle encombrée d’angelots ? »

Les chemins noirs : « Ils ouvraient sur l’échappée, ils étaient oubliés, le silence y régnait, on n’y croisait personne et parfois la broussaille se refermait aussitôt après le passage. Certains hommes espéraient entrer dans l’Histoire. Nous étions quelques-uns à préférer disparaître dans la géographie. »

A la presque fin de son périple : « Le matin, j’éprouvais encore de vives douleurs dans le dos. Trois ou quatre kilomètres en venaient à bout : un rouage actionné longtemps s’huile de lui-même. La marche avait aussi ses effets d’alambic moral, dissolvant les scories. Tout corps après sa chute – pour peu qu’il s’en relève – devrait entreprendre une randonnée forcée. »

« On devrait toujours répondre à l’invitation des cartes, croire à leur promesse, traverser le pays et se tenir quelques minutes au bout du territoire pour clore les mauvais chapitres. »

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Un récit qui pourrait vraiment me plaire !
Répondre
G
Un récit que je lirais avec plaisir, d''autant que je viens de passer une semaine de vacances dans le limousin, à arpenter en partie une partie de ces chemins noirs, et à observer et à réfléchir sur la ruralité. Bref, un récit qui tombe à pic pour moi ;)
Répondre
G
Belle écriture
Répondre
T
Je crois que ça pourrait me plaire. Pourtant il ne m'avait jamais tentée jusque là!
Répondre
V
je l'ai, si tu veux ! Vite lu ;)
U
Il m’attend, j’ai prévu de lire cet été. Ta chronique m’y encourage !
Répondre
V
Tu devrais te régaler !
S
Pourquoi pas s'il croise ma route. J'ai lu et moyennement aimé "dans les forêts de Sibérie" mais je veux bien lui donner une seconde chance.
Répondre
V
j'avais tellement aimé Dans els forêts de Sibérie ! On retrouve le même Tesson ici mais comme c'est plus itinérant, ça peut te plare.
A
Moi aussi j'aime tout de cet auteur, même son impertinence et jugements parfois à l'emporte pièce, il me fait sourire, on dirait un vilain gosse ... Et ce titre, je l'avais particulièrement apprécié, en plus j'étais en vacances du côté de Millau, alors les villages désertés et les commerces fermés, je les avais sous les yeux.
Répondre
V
Il y a aussi une part de provoc' et c'est ce que j'aime aussi chez lui. Tu as pu constater par toi-même alors ces villages désertés :(
B
J'avais vraiment bien aimé cette lecture. J'y ai trouvé une profondeur dans les écrits de Tesson que je n'avais pas forcément trouvée dans ses livres précédents.
Répondre
V
j'ai toujours trouvé les textes de Tesson profonds, bonne pioche jusqu'à présent?
E
je l'ai beaucoup aimé aussi, j'aurais même l'accompagner à l'époque, j'avais lu, pas longtemps avant, "Voyage avec un âne dans les Cévennes" de Stevenson ...<br /> en plus c'est une belle manière de faire sa rééducation après son accident et son opiniâtreté force le respect alors on lui pardonne ses excès parfois :-)<br /> j'aime bien me plonger dans ses livres,j'en ai encore quelques uns sous le coude!
Répondre
V
oui, moi je lui pardonne aussi ses excès et ses fanfaronnades :) Oui, bel état d'esprit après un accident alors que d'autres pleurnicheraient sur leur sort !
A
Une lecture qui m'avait réjouie.
Répondre
V
nous voilà d'accord !
H
J'aime beaucoup ce livre !
Répondre
V
moi aussi :))
M
J'ai toujours eu un avis mitigé sur cet auteur, mais je le lis de temps en temps sans avoir eu de coup de cœur pour autant...
Répondre
V
je reconnais ses défauts mais j'aime tellement sa plume, son esprit rebelle !
L
Oui ce marcheur à pied force le respect et jaime beaucoup les passages que tu cites .
Répondre
V
j'adore (sans en être pour autant !) ces rebelles que rien n'abat.
K
Je n'aime pas forcément tous ses livres, mais celui ci est réussi.
Répondre
V
oh oui !
M
Jai du mal avec cet auteur mais je vais essayer de lire ses derniers romans qui pourraient me plaire
Répondre
V
Dans les forêts de Sibérie, tu l'as lu celui-là? J'avais tellement adoré !