Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2021 4 22 /04 /avril /2021 18:46

Pedro Paramo ( Juan Rulfo) - Nuagesetvent

Le challenge international 😊 latino-américain de Goran et Inganmic m’a envie de goûter à toutes ses littératures. Ici, c’est un auteur mexicain mondialement connu que j’ai tenté. Il faut bien parler de tentative puisque j’ai arrêté ma lecture au bout d’une soixantaine de pages.

Juan part sur les traces de son père, Pedro Páramo. En effet, il a promis à sa mère défunte de lui réclamer son dû alors qu’il ne l’a jamais connu. Il va croiser des personnages soit vivants, soit morts, qui vont lui révéler, par petites touches, la vie de ses parents.

Si la chronologie n’est pas du tout linéaire, les narrateurs mais aussi les interlocuteurs se mêlent dans un joyeux bazar où j’ai fini par ne plus rien comprendre. Celui qui parle est-il seulement vivant ? est-il mort ? Pfiouuu… Je fais un billet tout de même : 1. Parce que l’écriture m’a touchée, allez voir la petite citation. 2. Etant donné que le style m’a plu, peut-être existe-t-il des romans plus accessibles ? N’hésitez pas à m’indiquer des titres. On en arrive presque toujours au même constat, cette littérature d’Amérique du Sud, avec son réalisme magique, est décidément parfois bien absconse ! Y’a-t-il seulement une explication à cette impénétrabilité ?

Je crois que la tentative d’Athalie n’a pas été plus heureuse, au moins est-elle allée jusqu'au bout, elle !

« Dehors, dans la cour, il y avait ces bruits de pas, bruits étouffés de gens qui guettent, et là, debout sur le seuil, cette femme dont le corps empêchait le jour d’entrer mais laissait passer, à travers ses bras, des lambeaux de ciel et, sous ses pieds, des traînées de lumière, une lumière qui ruisselait comme si le sol, au-dessous d’elle, était inondé de larmes. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

L
la littérature latino-américaine déçoit souvent .et toujours pour ces mêmes raisons de folies apparentes dans le récit, je ne m'y retrouve jamais
Répondre
Z
C'est vrai que, certaines fois, cela part dans tous les sens, mais cela prend chez moi
Répondre
I
Ah bah mince.. je suis ravie que le mois latino-américain t'ait donné envie d'explorer davantage cette littérature, et j'espère que cette expérience ne t'a pas trop refroidie ! J'avais beaucoup aimé ce titre, lu il y a très longtemps, mais je me souviens avoir été emportée par l'ambiance étrange et énigmatique.
Répondre
S
Je l'ai tenté et abandonné !
Répondre
K
Ah oui la citation est sympa !
Répondre
J
Ben moi j'ai beaucoup aimé. C'est difficile à suivre, impossible même, mais c'est ce qui fait le charme de ce genre de roman ovni je trouve (un peu comme Solénoïde si tu vois ce que je veux dire ;) )
Répondre
V
Oui oui je vois ce que tu veux dire :)) De toute façon, je souffre de troubles de l'attention depuis quelques semaines ^^ alors ce genre de lecture n'est pas pour moi.
L
je ne vais pas m'y frotter .
Répondre
V
certains ont aimé...
E
je ne connais pas non plus mais je ne suis pas tellement tentée, je le reconnais :-)
je sors d'un livre qui a été un véritable pensum alors j'ai besoin d'air
Répondre
V
Je ne donne pas envie, je le crains !
T
Je ne connais pas non plus cet auteur et comme toi je trouve que la littérature d'Amérique du sud n'est pas toujours facile d'accès, un joyeux bordel, c'est aussi comme je m'imagine la vie là-bas. As-tu déjà lu Laura Esquivel?
Répondre
V
Chocolat amer, oui ! Et souvenir mitigé...
A
Et oui, je suis allée jusqu'au bout, mais je n'ai pas tout compris à ce joyeux bazar pour autant ! Il y a de très belles pages, des scènes fortes, mais il faut vraiment faire abstraction de notre rationalité. Pour le réalisme magique, je ne sais pas si il y a vraiment une raison littéraire. Pour ce titre, il semblerait qu'il évoque des traditions et croyances bien ancrées dans la culture mexicaine, le dia de muertos y est une joyeuse fête nationale, c'est loin de notre vision !
Répondre
V
mais oui, il y a de très beaux passages ! Bon, je me suis dit que je pourrais aussi pondre quelques très beaux textes et les assembler sans cohérence :))
M
Pas facile de pénétrer dans une autre culture...je ne connais pas cet auteur. Pourtant dans le passé j'ai lu quelques auteurs mexicains : Octavio Paz, Carlos Fuentes et d'autres que j'ai oublié. Il faudrait que je me repenche un jour sur cette littérature :) Merci pour ton ressenti
Répondre
V
oui, c'est aussi une question de culture, je m'en rends bien compte. Je ne laisse pas tomber la littérature sudaméricaine pour autant !