Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2021 6 27 /03 /mars /2021 15:25

Résultat de recherche d'images pour "Latitude zéro de Mike Horn livre"

Mike a voulu relever un défi encore jamais réalisé : faire le tour du monde en longeant l’équateur. En solitaire. En traversant trois océans. Parti le 2 juin 1999, il traverse d’abord l’océan atlantique depuis Libreville, au Gabon, à bord d’un trimaran. Faut-il préciser qu’il n’est qu’un piètre marin et que le trimaran est loin d’être l’embarcation la plus indiquée pour ce genre de traversée ? Mais ce bateau « se plie » et peut entrer dans un container, il en aura besoin. Ensuite, Mike Horn traverse l’Amazonie d’est en ouest. La jungle, les marécages, les singes, les moustiques, les serpents sont devenus son quotidien. En Colombie, il a à faire à des narcotrafiquants mais gravit aussi, en passant, alors qu’il n’est pas totalement sur son trajet, le mont Cayambe, en Equateur (5790 m). De là, il retrouve son trimaran et va traverser l’océan Pacifique en 79 jours. Après les dangers de l’Indonésie, la traversée de l’océan Indien lui vaudra sa plus grosse tempête, un cyclone qui le laisse presque sans rien. Mais finalement, c’est parcourir l’Afrique d’est en ouest qui s’avérera le plus dangereux, le Congo est en guerre, Mike et ses acolytes devront rivaliser de ruses et de magouilles pour continuer l’aventure. Entre vols, agressions, séjour en prison et abus de pouvoir, la jungle paraissait plus douce… Finalement, Mike Horn rejoint Libreville 17 mois après son départ.

Cette aventure, cet exploit, ce défi presque pas humain force le respect et l’admiration. Mike Horn pagaie, pédale, navigue, marche, nage, escalade. Il ne s’apitoie jamais sur son sort mais veut réussir son projet. La multitude de dangers et de difficultés rencontrés a quelque chose d’étourdissant voire d’irréel pour celui qui lit le bouquin sur son canapé. Mais j’ai aimé suivre ce périple, chercher parfois les lieux cités, voyager quand on nous l’interdit. La force mentale de cet aventurier doit être exceptionnelle, il dit connaître rarement le sentiment de peur, il arrive à s’endormir partout, par grand froid ou sous une pluie battante, il sait rester mouillé des jours entiers, parvient à apprivoiser tous les moyens de transport mais sait aussi vaincre la fatigue, se passer de manger et de dormir. La malaria le ralentit mais ne l’arrête pas. Il est aussi à l’aise par -28 qu’à 40 degrés. Ses qualités physiques s’accompagnent de talents oratoires, il arrive souvent à convaincre des policiers de le laisser passer ou à persuader des voyous qu’il ne leur donnera jamais d’argent. Mais son culot et sa détermination ont été grandement aidés par une logistique gérée essentiellement par son frère et sa femme. Il a passé 17 mois à faire le tour du monde, si on peut applaudir l’exploit, on peut aussi se demander où commence l’égoïsme, à laisser sa famille, sa femme et ses deux jeunes filles si longtemps. Bon, là n’est sans doute pas le sujet.

Eh oui, même si ce n’est pas de la grande littérature, parfois j’aime lire des récits de voyage. Je ferai pareil… dans une autre vie !

« Livré à moi-même sur l’immensité de l’océan, je suis désormais la seule personne au monde à qui je peux demander de l’aide. »

« je n’ai pas envisagé une seconde la possibilité d’un échec, encore moins d’une issue fatale. Je pars pour réussir et je réussirai. Avoir un mental cent pour cent positif, c’est le secret. La clé de toutes les victoires. »

Il doit passer par un marécage avec des « herbes-lames, coupantes comme des rasoirs » : « Debout sur le bord, je consacre dix minutes à un exercice de pensée positive. But de l’opération : arriver, par la concentration, à me rendre mentalement invulnérable. Mon corps va souffrir. Il faut que mon esprit devienne capable de prendre le relais et de me faire franchir l’obstacle à lui seul, le cas échéant. »

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Lu il y a bientôt une quinzaine d'année... J'avais évidemment été captivée et ébahi par ce récit de voyage d'un sacré bonhomme, à la force mentale admirable. je n'ai lu aucun autre de ses livres, mais ai regardé quelques unes de ses émissions télé... ou son discours m'a parfois un peu lassée.
Répondre
M
Je lis très peu de récits de voyage, et quand j'en lis c'est davantage concernant les explorations passées :) Mais pourquoi pas même si je n'approuve pas tous ces exploits sportifs d'aujourd'hui, souvent fortement sponsorisés, en plus, j'admire tout de même
Répondre
V
on se sent tout petits parfois...
L
Je me pose la même question que toi sur sa famille e, mais quand même un grand bravo !
Répondre
V
je suppose que la famille entière a accepté sa décision...
H
J'ai vu le film, c'est impressionnant !
Répondre
V
c'est ce qu'on peut appeler un sur-homme !
E
en cette période où les voyages sont impossibles, je pourrais me laisser tenter si je le croise en bibli!
Répondre
V
oh oui, il faut voyager même de chez soi !
E
je ne suis pas trop branchée roman autour de la mer, (mauvais souvenir d'un essai de lire "Moby Dick ) et je n’apprécie pas trop non plus Mike Horn alors je vais passer mon tour...
son exploit force le respect mais ...
Répondre
V
Je comprends, aucune obligation, c'est ça qui est bien ^^
E
Sûrement très intéressant à lire, mais je ne risque pas de me lancer, je ne supporte pas l'homme, il m'énerve au plus haut point :)
Répondre
C
L'exploit est certes impressionnant mais je n'ai pas vraiment aimé ce livre que je n'ai pas trouvé très bien écrit et dont j'ai gardé une certaine impression d'égocentrisme et de culte du moi qui m'a assez agacée.
En tout cas j'aime toujours autant lire tes critiques! ;-)
Répondre
V
Merci Caro !! Alors je suis d'accord, l'écriture est plate mais je le savais avant d'ouvrir le livre. L'égocentrisme du type... oui et non, ... s'il n'était pas comme ça, il n'aurait pas accompli tous ses exploits.
A
ll ne faut pas avoir froid aux yeux ! Je me demande ce qui pousse un individu à prendre tant de risques .. mais à lire, dans son canapé, avec un bon thé, ça le fait ;-)
Répondre
V
tout le monde n'est pas fait pour vivre de telles aventures, ça c'est sûr ! Je dors déjà mal dans un autre lit moi ^^